22
avri

Le Louise 345 un écrin pour Isabelle Arpin

MADAME

MONSIEUR

Mme retrouve Isabelle Arpin dans son élément. C’est une demeure sise avenue Louise, 345. Maison de maitre d’un avocat, proche d'un club de gentleman anglais dans son atmosphère, Louise 345 a quelque chose de feutré, de cosy, qu’on trouve rarement. À l’étage, on peut y loger dans une suite. Au jardin, prendre le café. C’est un lieu qui en impose, avec son service en gants blancs et ses mets gastronomiques. Les réjouissances ont duré cinq services, pendant lesquels Madame a plané haut, échangeant avec Monsieur des œillades complices : Arpin est bien là où elle voulait être. Dans son biotope.

L’asperge verte de Pertuis, se décline sur l’axe Chèvre | Lait battu | Noix de cajou. Suit un plat signature d’Isabelle Arpin : Langoustine | Céleri | Granny Smith | Foie gras. Un classique, déjà. Puis une Sole| Carotte | Orange | Gingembre, qui nous fait l’effet d’un rayon de soleil dans l’assiette, avec une note de gingembre et le mariage parfait d’un Châteauneuf du Pape blanc ample, aux parfums d'agrumes. Autre classique de la cheffe, la mousse de Comté | Bouleau | Roquette | Olive. Par gourmandise, on croque le dessert Chocolat | Matcha | Réglisse | Caramel, peu gras, bien dans le cacao torréfié.

Michelin a envoyé ses inspecteurs il y a peu. Isabelle retrouvera-t-elle l'étoile de ses précédents restaurants? La réponse cet automne.

Pour l’heure, on conseille aux âmes raffinées de réserver une table, sans tarder.

M. était très curieux de découvrir le Louise 345. Une belle demeure sur l'avenue Louise. Une sonnette, un homme ganté de blanc qui vous propose d'entrer, une volée de marches en marbre blanc, un hall avec vitraux, une porte à passer et l'on pénètre dans un intérieur bruxellois de 3 larges pièces en enfilade donnant sur une terrasse et un vaste jardin. Quelles pièces !

A l'avant un salon aux murs tendus de fresques d'inspiration indonésienne avec diverses tables pour prendre un apéritif. Proposition de divers Champagne pour satisfaire les velléités festives.

Les pièces centrale et arrière accueillent la restauration. Sur les tables, la cuisine d'Isabelle Arpin dont nous avons plaisir à suivre les aventures depuis son arrivée à Bruxelles.

Aux fourneaux du Louise 345, Isabelle fait merveille. Produits de grande qualité en touches explosives, voluptueuses et raffinées font vibrer les palais des amuse-bouches au dessert.

Certains de ses classiques (langoustine, foie gras) ponctuent ces nouvelles associations et recettes.

La collaboration avec le sommelier permet de proposer un accord mets-vins qui est très jouissif et multiplie la sapidité et les surprises.


Louise 345
345 Avenue Louise
B- 1050 Bruxelles
T. 02/644.48.87

Sur réservation pour le restaurant et la terrasse : reservations@louise345.com

Pas de réservation pour Le jardin. Le jardin est ouvert à partir du 15 mai 2018, du mardi au vendredi de 12h00 à 14h30, de 17h00 à 21h30 et le samedi de 17h00 à 21h30.

isabelle arpin,cheffe,cuisine française,gastro,moins de 250 euros,coup de coeur,bruxelles,jardin,terrasse,resto

photo : F. Raevens

 

Lisez aussi notre article sur Isabelle Arpin quand elle était cheffe du restaurant Alexandre

Et sa première étoile Michelin

06
mars

Le Médicis, table de Woluwe-Saint-Pierre

MADAME

MONSIEUR

Mme sort rarement du côté de Woluwe-Saint-Pierre le samedi soir. Dans cette commune verte de Bruxelles, une adresse, classique et de bon ton, résiste au temps : le Médicis. Cela fait plus de vingt ans que ce restaurant tient le haut du pavé tout en gardant des prix justes, et plusieurs années que Mme et M. n’y étaient plus allés.

Dans le quartier de la Place Dumon, c’est une grande demeure des années vingt, un escalier central, deux salles au rez-de-chaussée, dont l’une réchauffée par un feu ouvert. De grands luminaires contemporains, quelques touches de couleur, une ambiance feutrée. Les restaurateurs associés, Jean-Luc Couty et Yves Balthazar, assurent une carte comprenant 5 entrées, 5 plats et 5 desserts.

Un menu 3 services à 40 € (avec sélection de vins 60 €). Mme a envie de légumes et de croquant, de légèreté: une rappée d'artichauts à l'avocat, champignons, laitue et jus de betterave. Pour suivre, un magret de canard au genévrier, navets et cardons fondant aux épices, parfaitement réalisé, avec le bon dosage de viande et de légume, ce que Mme apprécie.
Mme hésite entre le sabayon au champagne, la mousseline de ricotta au caramel, poivre et pamplemousse et un sablé de spéculoos et mascarpone aux mangues.

Une table de qualité, qui ne se laisse pas intimider par les cantines gastro qui se suivent et se ressemblent.

M. avait passé au Médicis il y a quelques années une belle soirée avec Madame et une amie chère qui vit dans le quartier. A l'époque le cadre était déjà sobre, classique, la bâtisse offre de superbes volumes; mais la carte était pléthorique. Depuis le cadre est resté le même, cossu, mais la carte s'est resserrée autour de 3 x 5 propositions en entrées, plats, dessert. On peut combiner à l'envi pour composer un menu à 40€ ou si on souhaite un apéro, le vin et un café à 60€.  

Les assiettes s'articulent autour de produits nobles, de saison sans jamais omettre les légumes qui trouvent leur place dans quasi chaque assiette.

Quelques raretés, délicatesses, osent tenter les convives selon le marché et les envies du chef, comme ces fritots de cervelle. Les produits de la mer sont mis en avant comme ces gambas rôties et jus d'oursin qui ont bien plu à M. Le chef, dans la maturité de la maîtrise de son art propose une belle diversité de produits, de préparations, et c'est bon.

Pas d'effets de manche, pas d'artifice, la carte est descriptive, analytique et l'on s'y retrouve parfaitement, l'assiette tient les promesses de la carte.

Le vin rouge, en accompagnement des viandes était parfait un Languedoc 2016, Château de Gaure.

Une adresse à garder sous le coude pour les tablées familiales, nos voisins dinaient à 7 autour d'une table circulaire pour célébrer un ainé.  A l’étage, une salle peut accueillir des groupes jusqu’à 35 personnes. En été, une terrasse ombragée permet de manger dehors.


Le Médicis
Avenue de L’Escrime, 124
B - 1150 Bruxelles (Woluwé-Saint- Pierre)
Tél. : 02 779 07 00

www.restaurantmedicis.be
info@restaurantmedicis.be
Ouvert de 12 h à 14 h30 et de 19 h à 21 h30 – Fermé le samedi midi et le dimanche

 

resto,restaurant,bruxelles,cuisine française,classique,moins de 60 euros,moins de 120 euros,moins de 50 euros,diner

 

resto,restaurant,bruxelles,cuisine française,classique,moins de 60 euros,moins de 120 euros,moins de 50 euros,diner

 

 

 

22
nove

La Source des Sens en Alsace: spa, hôtel**** et restaurant

MADAME

MONSIEUR

Mme se souvient d’une journée spa appelée La parenthèse, dont elle est ressortie enchantée, légère et requinquée, avec M. qui flottait dans son peignoir blanc. Cela ne leur arrivait pas souvent, un spa rien qu’à deux, aussi profondément relaxant. C’était dans l’un des plus beaux spas d’Alsace : à l’Hôtel restaurant et spa La Source des Sens à Morsbronn Les Bains. Le spa est tellement grand et magnifique que vous y resterez bien tout le week-end !

Chez Anne et Pierre Weller, à la Source des Sens, tout est prévu pour que vous passiez un week-end parfait, gourmand et reposant. Design épuré, écologique, espaces vastes et intimes, service impeccable, massages sur mesure et produits 5 Mondes, piscine intérieure et extérieure chauffée, saunas et hammam, grotte à sel… On ne vous en dira pas plus sur « la parenthèse », car la surprise fait partie de l’expérience  sensuelle. Unique !

A table !
En cuisine, Pierre Weller (46 ans) et sa brigade veillent au grain et délivrent des assiettes dignes d’un gastro où l’on revient encore (Mme et M. s’y sont attablés 5 fois, toujours avec le même plaisir). Tortellinis maison de Munster affiné (17 €), foie gras de canard français, laqué au jus de pomme verte, tartare radis-céleri-pomme (22 €) ou la version fruitée du foie gras poêlé avec des quetsches et un jus aux épices douces, tuiles sésame et pavot (23 €). Maigre de ligne, beurre blanc, carottes et piment doux (26 €). Langoustines, cèpes grillés, persillades, pommes à la parisienne (30 €). Et ce pigeonneau, betteraves, jus des carcasses. Et le Marron – cassis, composé d’une crème légère au marron, d’un biscuit châtaigne, d’une gavotte et d’un sorbet cassis. Sans parler du chariot de fromages, et de ce Munster que l’on saupoudre de cumin.

Pour les vins, faites preuve de patience : le sommelier manque parfois de délicatesse et d’écoute mais il s’y connaît en vins alsaciens.

Chambre à partir de 166 euros en semaine. Demandez celles qui donnent sur le parc, elles sont splendides.

Affaire familiale reprise au début du millénaire par le fils de la maison, l'hôtel pour curistes de la petite station thermale alsacienne de Morsbronn-les-Bains a entrepris une entrée dans le XXIe siècle qui décoiffe.

La table, la cave, les chambres, le spa tout est remarquable.

2000m² de spa ! Quel luxe d'espace et d'aménagements. 3 saunas, 2 hammams, des douches, de la glace et une piscine extérieure, des lieux de calme et de repos mais surtout une expérience sensorielle en 7 étapes à vivre en couple : La parenthèse.

On n'en dévoile pas le parcours ni le contenu, le bonheur de l'initiation se préserve.

Pour la table, c'est le patron qui est au fourneaux. La cuisine de Pierre Weller est actuelle, du marché et minute. Le travail de sa brigade s'observe via des écrans de télévision qui retransmettent le balais des mises en place et des cuissons, la cuisine n'est pas sous surveillance, elle n'a rien à cacher.

Le menu 6 services, adapté chaque jour en fonctions des arrivages et des idées du chef est tarifé 70€, au vu de la qualité et des produits c'est un excellent rapport qualité-prix.

En salle un personnel aguerri et quelques apprentis mettent en oeuvre un balais bienveillant et prévenant dans un décor au design contemporain sobre.

Pour la cave il faut faire confiance à la franchise toute alsacienne de Valère Roussel qui vous initiera à ses dadas. Le riesling, les pinots, il connait toutes les caves tous les chais de la région et bénéficie de la reconnaissance de ses pairs. Il est dans la maison depuis assez longtemps pour être en accord parfait avec la cuisine du chef et les associations que les deux composent sont du plus bel alliage.

 

 

La Source des Sens

19, route de Haguenau
F - 67360 MORSBRONN-LES-BAINS
T. +33 3 88 09 30 53

 

spa,resto,hotel,gastro,coup de coeur,alsace,vin,cuisine française,week-end

 Vue sur le spa de La Source des Sens et sa piscine extérieure, entre les roseaux.

spa,resto,hotel,gastro,coup de coeur,alsace,vin,cuisine française,week-end

Luminothérapie et silence, deux ingrédients majeurs.

spa,resto,hotel,gastro,coup de coeur,alsace,vin,cuisine française,week-end

Vue d'une salle de relaxation sur un érable du Japon

spa,resto,hotel,gastro,coup de coeur,alsace,vin,cuisine française,week-end

Piscine intérieure, jacuzzi, donnant sur un jardin

spa,resto,hotel,gastro,coup de coeur,alsace,vin,cuisine française,week-end

Chambre avec vue sur le parc

spa,resto,hotel,gastro,coup de coeur,alsace,vin,cuisine française,week-end

Le chef Pierre Weller et une sélection d'alcools artisanaux d'Alsace

 

06
juil

Belga Queen, fameuse brasserie de Bruxelles

MADAME

MONSIEUR

Mme (depuis tout ce temps, quinze ans déjà) voulait voir le Belga Queen, restaurant créé par le fameux architecte Antoine Pinto. Quand un expatrié à Bruxelles lui cite un restaurant qui l’a impressionné, le Belga Queen arrive souvent en tête. Pour son décor grandiose, d’abord.

Le Belga Queen, à deux pas de la Monnaie à Bruxelles, était à l’origine l’Hôtel de la Poste, puis une banque. Sa salle centrale, très théâtrale, encadrée de colonnes, en impose. A table, les convives peuvent voir et être vus, mais l’on peut aussi s’asseoir sur des banquettes en cuir plus à l’écart des projecteurs.

A l’avant, un écailler attire les amateurs de fruits de mer. Mais on peut également déguster des huîtres au restaurant, où le service est tout en souplesse.
Mme a choisi des valeurs sûres, une entrée de Saint-Jacques rôties, et un loup de mer qui était très bon, servi avec une purée de brocolis, puis une tarte au citron généreuse. L’accent est mis sur les fournisseurs du pays : vins de producteurs belges, café Ponti (un mélange de grains Pur Arabica, torréfiés par un maître torréfacteur belge), une sélection de bières belges (bouteille ou au fût).

After diner
Après ce dîner bien agréable, Mme a beaucoup ri dans les toilettes, à cause d’un effet trompe l’œil qui en a fait sursauter plus d’un. Elle a rejoint M. et une amie au sous-sol, pour terminer la soirée au bar, boire un cocktail en écoutant le DJ. Le cocktail signature du Belga Queen se nomme Lily's, c’est un gin belge, Buss 509, du jus de pamplemousse, du cidre rosé Goupil de Wignac, une purée de papaye maison et de l’origan.

Enfin, Mme s’est enfoncée dans un fauteuil en cuir au salon fumoir et s’est perdue en pensée sous les lumières tamisées. Monsieur ne s’est pas fait prier pour fumer le cigare et blaguer. Ce club intime, Le coffre (qui a conservé les coffres forts de l’ancienne banque) a quelque chose de cosy, de feutré.
Brasserie, bar à cocktails, à cigares, lounge club, écailler. Le Belga Queen a plus d’une carte à jouer.

M. a fréquenté l'endroit il y a quinze ans. A l'initiative d'un cadre supérieur dominateur et gominé qui utilisait le lieu pour rassembler son équipe, festoyer sous les auspices d'un team building, et qui finissait la soirée avec sa secrétaire, discrètement.

Le lieu était à la mode. M. en avait gardé un souvenir très contrasté.

Un espace superbe, visité quelques années pus tôt quand la Ville de Bruxelles promouvait l'achat de logement groupé et que cette ancienne banque de la rue Fossé aux Loups pouvait devenir ce que l'imagination et l'argent rend possible, et d'une ambiance un brin débridée et d'une table parfois approximative, n'en étaient resté que de vagues souvenirs. Le Belga Queen se cherchait. M. n'avait sans doute pas l'indulgence d'un quadragénaire et avait décidé de ne pas y retourner.

Les années ayant passé, et que le Belga Queen ait survécut 15 ans, ont motivé une réponse positive à une invitation de Mme. Dépasser ses réticences et s'y rendre.

La salle n'a pas changé, la majesté de l'endroit est intacte, les vitraux, les frises, le bar à droite, le tout dissimulé derrière un porte en fer ouvragé et une façade classique. Une alcôve, gigantesque.

L'acoustique est toujours déplorable et c'est ce que tous les commentateurs regrettent, mais le bruit c'est aussi la rançon du succès, qui ne se dément pas malgré le piétonnier et les craintes sécuritaires.

La table est de bonne facture, plats de brasserie contemporaine, cocktails au bar, produits d'origine belge, écailler, tout est possible. Et puis il y a les alcôves plus discrètes et secrètes encore: la salle des coffres recèle un fumoir et un bar créatif. Les toilettes font toujours sensation.

Quand on y est en bonne compagnie on y passe de bons moments. 

 

Belga Queen
Rue du Fossé aux Loups 32
1000 Bruxelles

T: 02 217 21 87

 brasserie, bruxelles, resto, restaurant, cuisine belge, antoine pinto, architecture, cocktail, écailler, cigare

brasserie, bruxelles, resto, restaurant, cuisine belge, antoine pinto, architecture, cocktail, écailler, cigare

brasserie, bruxelles, resto, restaurant, cuisine belge, antoine pinto, architecture, cocktail, écailler, cigare