22
nove

La Source des Sens en Alsace: spa, hôtel**** et restaurant

MADAME

MONSIEUR

Mme se souvient d’une journée spa appelée La parenthèse, dont elle est ressortie enchantée, légère et requinquée, avec M. qui flottait dans son peignoir blanc. Cela ne leur arrivait pas souvent, un spa rien qu’à deux, aussi profondément relaxant. C’était dans l’un des plus beaux spas d’Alsace : à l’Hôtel restaurant et spa La Source des Sens à Morsbronn Les Bains. Le spa est tellement grand et magnifique que vous y resterez bien tout le week-end !

Chez Anne et Pierre Weller, à la Source des Sens, tout est prévu pour que vous passiez un week-end parfait, gourmand et reposant. Design épuré, écologique, espaces vastes et intimes, service impeccable, massages sur mesure et produits 5 Mondes, piscine intérieure et extérieure chauffée, saunas et hammam, grotte à sel… On ne vous en dira pas plus sur « la parenthèse », car la surprise fait partie de l’expérience  sensuelle. Unique !

A table !
En cuisine, Pierre Weller (46 ans) et sa brigade veillent au grain et délivrent des assiettes dignes d’un gastro où l’on revient encore (Mme et M. s’y sont attablés 5 fois, toujours avec le même plaisir). Tortellinis maison de Munster affiné (17 €), foie gras de canard français, laqué au jus de pomme verte, tartare radis-céleri-pomme (22 €) ou la version fruitée du foie gras poêlé avec des quetsches et un jus aux épices douces, tuiles sésame et pavot (23 €). Maigre de ligne, beurre blanc, carottes et piment doux (26 €). Langoustines, cèpes grillés, persillades, pommes à la parisienne (30 €). Et ce pigeonneau, betteraves, jus des carcasses. Et le Marron – cassis, composé d’une crème légère au marron, d’un biscuit châtaigne, d’une gavotte et d’un sorbet cassis. Sans parler du chariot de fromages, et de ce Munster que l’on saupoudre de cumin.

Pour les vins, faites preuve de patience : le sommelier manque parfois de délicatesse et d’écoute mais il s’y connaît en vins alsaciens.

Chambre à partir de 166 euros en semaine. Demandez celles qui donnent sur le parc, elles sont splendides.

Affaire familiale reprise au début du millénaire par le fils de la maison, l'hôtel pour curistes de la petite station thermale alsacienne de Morsbronn-les-Bains a entrepris une entrée dans le XXIe siècle qui décoiffe.

La table, la cave, les chambres, le spa tout est remarquable.

2000m² de spa ! Quel luxe d'espace et d'aménagements. 3 saunas, 2 hammams, des douches, de la glace et une piscine extérieure, des lieux de calme et de repos mais surtout une expérience sensorielle en 7 étapes à vivre en couple : La parenthèse.

On n'en dévoile pas le parcours ni le contenu, le bonheur de l'initiation se préserve.

Pour la table, c'est le patron qui est au fourneaux. La cuisine de Pierre Weller est actuelle, du marché et minute. Le travail de sa brigade s'observe via des écrans de télévision qui retransmettent le balais des mises en place et des cuissons, la cuisine n'est pas sous surveillance, elle n'a rien à cacher.

Le menu 6 services, adapté chaque jour en fonctions des arrivages et des idées du chef est tarifé 70€, au vu de la qualité et des produits c'est un excellent rapport qualité-prix.

En salle un personnel aguerri et quelques apprentis mettent en oeuvre un balais bienveillant et prévenant dans un décor au design contemporain sobre.

Pour la cave il faut faire confiance à la franchise toute alsacienne de Valère Roussel qui vous initiera à ses dadas. Le riesling, les pinots, il connait toutes les caves tous les chais de la région et bénéficie de la reconnaissance de ses pairs. Il est dans la maison depuis assez longtemps pour être en accord parfait avec la cuisine du chef et les associations que les deux composent sont du plus bel alliage.

 

 

La Source des Sens

19, route de Haguenau
F - 67360 MORSBRONN-LES-BAINS
T. +33 3 88 09 30 53

 

spa,resto,hotel,gastro,coup de coeur,alsace,vin,cuisine française,week-end

 Vue sur le spa de La Source des Sens et sa piscine extérieure, entre les roseaux.

spa,resto,hotel,gastro,coup de coeur,alsace,vin,cuisine française,week-end

Luminothérapie et silence, deux ingrédients majeurs.

spa,resto,hotel,gastro,coup de coeur,alsace,vin,cuisine française,week-end

Vue d'une salle de relaxation sur un érable du Japon

spa,resto,hotel,gastro,coup de coeur,alsace,vin,cuisine française,week-end

Piscine intérieure, jacuzzi, donnant sur un jardin

spa,resto,hotel,gastro,coup de coeur,alsace,vin,cuisine française,week-end

Chambre avec vue sur le parc

spa,resto,hotel,gastro,coup de coeur,alsace,vin,cuisine française,week-end

Le chef Pierre Weller et une sélection d'alcools artisanaux d'Alsace

 

06
juil

Belga Queen, fameuse brasserie de Bruxelles

MADAME

MONSIEUR

Mme (depuis tout ce temps, quinze ans déjà) voulait voir le Belga Queen, restaurant créé par le fameux architecte Antoine Pinto. Quand un expatrié à Bruxelles lui cite un restaurant qui l’a impressionné, le Belga Queen arrive souvent en tête. Pour son décor grandiose, d’abord.

Le Belga Queen, à deux pas de la Monnaie à Bruxelles, était à l’origine l’Hôtel de la Poste, puis une banque. Sa salle centrale, très théâtrale, encadrée de colonnes, en impose. A table, les convives peuvent voir et être vus, mais l’on peut aussi s’asseoir sur des banquettes en cuir plus à l’écart des projecteurs.

A l’avant, un écailler attire les amateurs de fruits de mer. Mais on peut également déguster des huîtres au restaurant, où le service est tout en souplesse.
Mme a choisi des valeurs sûres, une entrée de Saint-Jacques rôties, et un loup de mer qui était très bon, servi avec une purée de brocolis, puis une tarte au citron généreuse. L’accent est mis sur les fournisseurs du pays : vins de producteurs belges, café Ponti (un mélange de grains Pur Arabica, torréfiés par un maître torréfacteur belge), une sélection de bières belges (bouteille ou au fût).

After diner
Après ce dîner bien agréable, Mme a beaucoup ri dans les toilettes, à cause d’un effet trompe l’œil qui en a fait sursauter plus d’un. Elle a rejoint M. et une amie au sous-sol, pour terminer la soirée au bar, boire un cocktail en écoutant le DJ. Le cocktail signature du Belga Queen se nomme Lily's, c’est un gin belge, Buss 509, du jus de pamplemousse, du cidre rosé Goupil de Wignac, une purée de papaye maison et de l’origan.

Enfin, Mme s’est enfoncée dans un fauteuil en cuir au salon fumoir et s’est perdue en pensée sous les lumières tamisées. Monsieur ne s’est pas fait prier pour fumer le cigare et blaguer. Ce club intime, Le coffre (qui a conservé les coffres forts de l’ancienne banque) a quelque chose de cosy, de feutré.
Brasserie, bar à cocktails, à cigares, lounge club, écailler. Le Belga Queen a plus d’une carte à jouer.

M. a fréquenté l'endroit il y a quinze ans. A l'initiative d'un cadre supérieur dominateur et gominé qui utilisait le lieu pour rassembler son équipe, festoyer sous les auspices d'un team building, et qui finissait la soirée avec sa secrétaire, discrètement.

Le lieu était à la mode. M. en avait gardé un souvenir très contrasté.

Un espace superbe, visité quelques années pus tôt quand la Ville de Bruxelles promouvait l'achat de logement groupé et que cette ancienne banque de la rue Fossé aux Loups pouvait devenir ce que l'imagination et l'argent rend possible, et d'une ambiance un brin débridée et d'une table parfois approximative, n'en étaient resté que de vagues souvenirs. Le Belga Queen se cherchait. M. n'avait sans doute pas l'indulgence d'un quadragénaire et avait décidé de ne pas y retourner.

Les années ayant passé, et que le Belga Queen ait survécut 15 ans, ont motivé une réponse positive à une invitation de Mme. Dépasser ses réticences et s'y rendre.

La salle n'a pas changé, la majesté de l'endroit est intacte, les vitraux, les frises, le bar à droite, le tout dissimulé derrière un porte en fer ouvragé et une façade classique. Une alcôve, gigantesque.

L'acoustique est toujours déplorable et c'est ce que tous les commentateurs regrettent, mais le bruit c'est aussi la rançon du succès, qui ne se dément pas malgré le piétonnier et les craintes sécuritaires.

La table est de bonne facture, plats de brasserie contemporaine, cocktails au bar, produits d'origine belge, écailler, tout est possible. Et puis il y a les alcôves plus discrètes et secrètes encore: la salle des coffres recèle un fumoir et un bar créatif. Les toilettes font toujours sensation.

Quand on y est en bonne compagnie on y passe de bons moments. 

 

Belga Queen
Rue du Fossé aux Loups 32
1000 Bruxelles

T: 02 217 21 87

 brasserie, bruxelles, resto, restaurant, cuisine belge, antoine pinto, architecture, cocktail, écailler, cigare

brasserie, bruxelles, resto, restaurant, cuisine belge, antoine pinto, architecture, cocktail, écailler, cigare

brasserie, bruxelles, resto, restaurant, cuisine belge, antoine pinto, architecture, cocktail, écailler, cigare

11
janv

Le Damoiselle, artisan culinaire

MADAME

MONSIEUR

Mme n'est pas difficile. Elle aime faire confiance au plat du jour, au vin du patron. Aux gens généreux. A Monsieur et à ses habitudes du midi.

Comme il traine souvent dans le quartier de la maison communale à Saint-Gilles, il a invité Madame au Damoiselle. Joli nom, belle ambiance: chaleureuse, simple, conviviale. On prend le menu du jour les yeux fermés : huîtres de Cancale, un morceau de pain du vénérable Saint Aulaye. Puis un poisson et un stoemp aux légumes. Revigorant. Pas cher. Sympathique.

Entrées 5,50 € Plat 13€, dessert 5€. Lunch 2 services : 14€.

 PS : Le Damoiselle a pris place là où naguère Il Monticelli faisait aussi merveille...

M. passe au Damoiselle comme il va manger chez un ami.

Bien sûr, un ami qui aurait un terminal de paiement par carte, des saucissons à emporter et une proposition de menu du midi sur des combinaisons de 5 entrées, 5 plats et quasi autant de desserts. Mais un ami quand même, qui accueille le visiteur avec un sourire large, propose de se poser et de profiter d'un moment de bien manger et qui s'enquiert des envies et des questions.

Outre ces attentions, tout est judicieusement choisi. Les vins, les fines, les mets, les fromages, les oeuvres d'art qui ornent les murs et servent d'exposition temporaire des talents d'autres amis.

Comme c'est situé à Saint-Gilles, ce 21e arrondissement de Paris, la radio diffuse FIP en streaming et on se rêve un instant à Montmartre jusqu'à ce que les vibrations bruxelloises du tram 81 ne vous extraient d'une douce rêverie.

Pour le goût ça change si souvent que vous allécher avec des précisions serait risquer de décevoir vos attentes, une page Facebook permet de se faire une idée du moment. 

Le Damoiselle

Rue de Lombardie 28
B - 1060 Saint-Gilles
Tél: 02 539 20 04

Ouvert le midi et le soir, du mardi au samedi.
Belle carte de vin, dépôt de pain Le Saint Aulaye, vente de produits régionaux.

resto,bruxelles,pas cher,moins de 25 euros,moins de 30 euros,moins de 50 euros,cuisine française,saint-gilles

resto,bruxelles,pas cher,moins de 25 euros,moins de 30 euros,moins de 50 euros,cuisine française,saint-gilles

resto, pas cher, lunch, bruxelles, restaurant, moins de 50 euros, moins de 40 euros, moins de 75 euros, cantine

 

resto-le-damoiselle.jpg

04
janv

Restaurant Seino à Ixelles

MADAME

MONSIEUR

Mme avait découvert Seino grâce à une amie japonaise, critique gastronomique, Maki Miyazaki. D’emblée, le lunch lui avait laissé un souvenir heureux, varié, copieux : une farandole de mets légers, découpés à la perfection, relevés là où il faut : savoureux légumes marinés, flan aux champignons - dashi, chou au vinaigre de Xérès  - scampi, foie gras confit - kaki, aubergines au parmesan – shiitakes –lardons –riz – salsifis… Elle avait dégusté une joue de bœuf si tendre avec des baguettes. Pour terminer sur un moelleux au chocolat – tuile – glace au gingembre. Le chef Seino et son adorable épouse (sereine et douce, attentive en salle) forment un couple charmant.

Né au Japon, Minoru Seino a appris la cuisine française à Lyon puis une formation auprès de grands chefs, dont Bernard Loiseau et Pascal Devalkeneer. Quand on lui demande de résumer sa cuisine, de ses yeux malicieux, Seino répond : surtout pas de fusion. Ma cuisine est française, avec des notes japonaises.

Séduite, Mme est retournée cette fois avec Monsieur chez Seino. Parmi les plats au menu du soir, des mises en bouches bulots au saké, velouté de potiron, bouchée de saumon au soja grillé, tout cela fond en bouche. Un éblouissant carpaccio de Saint-Jacques de Bretagne, servi avec une sorte de chimichurri (légumes découpés au scalpel et marinés au vinaigre) et aubergines confites saupoudrées de poudre de parmesan. Un cabillaud meunière – bettes –chou fleur. Petits légumes au beurre, la touche d’acidité  du ponzu, tout forme une étrange harmonie. Le plat signature du chef, joue de bœuf – réduction de vin rouge – chips de panais –  salsifis – jeunes carottes fait un nouvel adepte (M. se tait et mange).

Pour le prix, pour la qualité, le raffinement, Mme invitera une amie à la prochaine occasion.

M. avait répondu à l'enthousiasme de Mme et l'avait accompagnée chez Seino. Resto de coin face au vaisseau amiral de D'Ieteren, moment agréable à flâner autour de cet imposant garage, vestige vivace d'un XXe siècle bruxellois, shadokien en diable.

Arrivés tôt, choix de table à proximité du bar. Peu de couverts, une proposition simple, très axée poisson, ce qui pour M. est plutôt toujours une agréable surprise.

Le chef est japonais, mais il a fait ses classes en France et propose une cuisine personnelle matinée de son parcours, origine et progrès mêlés.

Le service du soir est un peu théâtral, les accueils, annonces, se font avec une certaine obséquiosité, a voix portante, c'est un peu envahissant, sans être désagréable, la conversation s'interrompt au pire.

Le midi c'est plus sobre me glisse Mme. Tout est bon, goûteux, frais. Seul le dessert dénote, peu élaborée, la tatin ne convainc pas. M. aurait du demander à ne pas prendre de dessert et tenter les fromages.

Ce sera pour la prochaine fois, car retourner manger chez Seino semble une bonne idée, sans doute pour un lunch. 

 

 

 
Restaurant Seino
Rue du mail 81
B - 1050 Bruxelles
Tél. 02 538 84 76.
Facebook du restaurant Seino

Fermé dimanche. Ouvert de 12 à 14h, 19 à 21h30. Menu du soir imposé: 45€, 5 services. Lunch 22.50€. Belle sélection de sakés et quelques vins naturels.

bruxelles, restaurant, ixelles, coup de coeur, moins de 100 euros, moins de 75 euros, japonais, cuisine française,