11
avri

Arabelle Meirlaen, cheffe de file de la cuisine intuitive

MADAME

MONSIEUR

Quand Mme aime, elle frémit à l’idée de partager la nouvelle. Arabelle Meirlaen, tout le monde devrait la connaître et goûter sa cuisine. Il faudrait célébrer cette grande dame tout autant que ses confrères masculins. Car Arabelle est pour nous la cheffe de file de la cuisine féminine en Belgique.

Rendez-vous en province de Liège, près de Huy, dans le village de Marchin pour découvrir le fief d’Arabelle et de son mari Pierre. La famille vit à l’étage du restaurant, et il n’est pas rare de voir courir deux fillettes au jardin et un chat angora à travers la baie vitrée. Ce restaurant est à l’image de la cheffe, authentique, raffiné, ultra créatif.

Cuisine ouverte
Mme et M. se sont assis à la table la plus proche des cuisines pour suivre les chorégraphies de la brigade, tout en dégustant un repas éblouissant. Parmi les amuse-bouche, Mme se souvient de la puissance des panoufles (les côtes) de lapin mijotées au piment d'Espelette. Suit une assiette vivifiante, « Iode et peps de coques », légumes croquants et crus, avocat, huile bergamote, agrumes, patate douce mauve, sorbet mangue et poivre chinois. Croquant et floral, ce plat révèle la saveur des coques bretonnes. Un autre plat intense nommé « Tendresse de langoustines » joue sur les notes terre et mer, avec l’artichaut, l’amarante croquante, les crosnes, l’oca (tubercule) et une bisque longue en bouche. Dans l’harmonie sucré-acidulé, Mme retient la dacquoise d’amandes, chocolat et praliné, bergamote, sorbet oranges sanguine et violettes.

Végétale

Arabelle fait a part belle faite au végétal et la manière dont elle travaille les légumes déborde de créativité: crus, marinés, fermentés, en décoction… L’envie d’explorer les saveurs, de marier les épices, les textures, les couleurs, son art de faire progresser les sensations, pour que les goûts explosent en bouche, tout cela, Arabelle Meirlaen le réussit. Et c’est rare.

Dans ses plats règne une osmose parfaite. Arabelle ne verse pas dans la cuisine décorative (2 ou 3 taches, quelques fleurs plic ploc). Au contraire, tout a un sens. Elle vous parlera (comme elle l’a fait dans l’interview que nous publions dans l'article de Marie Claire Belgique d’avril) de son parcours familial, de son credo (santé, circuit court, bio), et aussi de la joie d’être en forme tout en étant gourmand.

Au sortir de table, après avoir goûté un menu qui se tient du début à la fin, accompagné de champagne rosé Veuve Cliquot, parfait pour l'occasion (sans oublier les desserts affolants) on sort de là repus, conquis, inspirés.

Chez elle, Arabelle vous emmène dans son univers original, à la fois puissant et délicat, jamais tonitruant.

Sur une erreur de jugement M. aurait pu tout sa vie durant passer à côté du talent d'Arabelle Meirlaen. Se dire que manger des fleurs, des légumes, des céréales, une peu de viande ou de poisson, encore des légumes, des fruits, des céréales, ce n'est pas son genre.

C'est une conférence qu'elle avait donnée au Kikk à Namur en 2015 avec le professeur Castronovo qui avait allumé la curiosité de M.

Ce que cuisinait Arabelle sur scène avait l'air magique. Beau, bon, sain et roboratif.

M. a donc décidé de ne plus avoir tort est s'en est allé sur les hauteurs de Huy, à Marchin découvrir la cuisine d'Arabelle.

Une grande salle donnant sur le jardin et le potager en avant-plan d'une vallée où en face sommeille un manoir. La vue est belle aussi à l'intérieure qui donne sur la cuisine où s'affaire la brigade de la cheffe. Balais millimétré, tout en murmures et envois par vagues douces.

L'ambiance est bonne, les habitués saluent le personnel; ceux qui ont un événement à fêter sont choyés et les enfants s'accommodent d'un repas de famille au restaurant.

Pour ce qui est de l'assiette à chaque fois les surprises ont été excellentes. Les assiettes sont superbes, plaisantes et colorées, elles ravissent l'oeil avant de combler le palais.

On y savoure des propositions équilibrées, étagées en goût et puissance. Les légumes sont du moment, les fleurs et les fruits jouent de fraîcheur, ça croque, ça jute, ça goûte !

La magie est que si la cuisine s'inspire des approches "sans" on est jamais dans le manque. Toute assiette est complète et comme on est en dehors de "classiques" et que chaque proposition est autosuffisante on n'est pas à se demander ce que cela aurait donné avec du gluten, du lactose, des sucres. Pourquoi s'en soucier ?

Le tout avec bienveillance et un brin de folie décalée dans les looks de Pierre (M. adore ses lunettes) et du personnel de salle bien plus "dans les règles".

Une adresse pour se faire plaisir, assurément.

 

 

Mme conseille aussi la lecture du livre de Jean-Pierre Gabriel : Arabelle Mairlaen, Ma cuisine intuitive, avec de superbes photos, des recettes et la vaisselle artisanale de Roos Van De Velde.

Arabelle Meirlaen
Chemin de Bertrandfontaine 7
B - 4570 Marchin
T. 085 25 55 55

7 services  110€ -  Sélection de 5 verres de vin à 50 €
6 Services 90€  -  Sélection de 4 verres de vin à 40€
5 Services 75€  -  En semaine  -  Sélection de 3 verres de vin à 30€

Sur demande, possibilité de Menu Végétarien ou Végétalien.
Signalons aussi la 2e édition du Guide "Les femmes Chefs du guide Michelin Veuve Clicquot" avec 6 cheffes étoilées, dont Arabelle Meirlaen.       

restaurant,michelin,cuisine,gastronomie,coup de coeur,huy,wallonie,cheffe,gault&millau

 

Extrait de l'interview d'Arabelle Meirlaen par Mme M. (Découvrez la suite dans le magazine Marie-Claire Belgique d'avril)

- "Le plus important, c’est d’écouter mon corps, aller au plus profond de moi, écouter les saisons, celles du corps et les associer. Trouvez la cuisine qui vous convient. Apprenez à vous écouter, à savoir ce que vous voulez. Vous être seul maître de votre corps."

- "Ma cuisine s’enrichit toujours de ce que j’apprends, de mon expérience de vie, de mes rencontres avec les petits producteurs et mes découvertes d’épices."

- "Pour être chef, il faut être en forme, car c’est un métier très dur. Savoir ce qu’on veut. Avoir son style. Expliquer, faire comprendre et transmettre. Apprendre à déléguer, c’est le plus difficile. En ce moment, on est trois en cuisine, plus une pâtissière et deux stagiaires. Je passe beaucoup de temps derrière ma brigade. Au départ, je n’ai jamais pensé être étoilée. Je voulais un restaurant qui soit bon, où l’on se sent bien. Puis Pierre, mon mari, est venu me rejoindre. Il est très méticuleux, jovial, convivial. On a évolué. Puis il y a eu 18/20 au Gault et Millau et une étoile au Michelin."

restaurant,michelin,cuisine,gastronomie,coup de coeur,huy,wallonie,cheffe,gault&millau

restaurant,michelin,cuisine,gastronomie,coup de coeur,huy,wallonie,cheffe,gault&millau

restaurant,michelin,cuisine,gastronomie,coup de coeur,huy,wallonie,cheffe,gault&millau

15
avri

Le Moulin de Vencimont, une boulangerie artisanale

MADAME

MONSIEUR

Mme aime pardessus tout l'odeur du pain au four, la croûte dorée et croustillante voire recuite, la mie dense, peu aérée, le pain artisanal, au levain, fait avec amour et patience. A Bruxelles, elle se rend chez Yves Guns. Quand elle séjourne en Ardenne, plus précisément en Famenne, elle va désormais au Moulin de Vencimont (Gedinne). Un domaine datant de 1729.

La boulangerie du Moulin de Vencimont a ouvert en septembre 2015. Sa boulangère, la jeune Chloé, prépare trois sortes de pain, dont un épeautre et  froment au levain, parfait. il est fait à base de farine maison sans additifs ni gluten industriel. C'est important de le souligner, car les farines artisanales de cette qualité sont encore rares dans nos contrées.

Deux grands gites au Moulin sont disponibles à la location.

 

M.aime le lieu, la rénovation est belle, respectueuse des matériaux, les gîtes semblent exceptionnels. L'eau guidée par un bief alimente des turbines qui produisent l'énergie du lieux. Houille, source d'énergie propre, si l'on veut faire des slogans. Mais aussi lieu de loisir pour les kayakistes de haut vol.

Le moulin produit une farine qui est transformée sur place sans adjonction d'additifs. La boulangère en fait des pains dont la conservation est meilleure que celle des pains à base de farines industrielles.

Un pain au levain a fait la joie des enfants, M. lui trouvait un moelleux de gâteau et une croûte sans trop de croquant. M. voudrait essayer d'autres produits, il y retournera.

PS : Le Moulin de Vencimont fournit son pain artisanal à L'Agathopède (à Namur) et Au Pont des Anges (à Beauraing) deux restaurants que nous aimons beaucoup.

 

Moulin de Vencimont

Rue Grande, n°95
5575 Vencimont (Gedinne)
Belgique 

Horaires d’ouverture de la boulangerie:
Jeudi de 14h à 18h
Vendredi de 8h à 18h
Samedi de 8h à 18h
Dimanche de 8h30 à 12h
contact@moulindevencimont.be
+32 (0) 471 02 32 22

pain,artisan,wallonie,ardenne,famenne,boulanger,boulangerie 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pain,artisan,wallonie,ardenne,famenne,boulanger,boulangeriepain,artisan,wallonie,ardenne,famenne,boulanger,boulangerie

05
juil

Cuisine sauvage, apprendre à cueillir en s'amusant

Madame

Monsieur

Mme est parfois surnommée Belle des champs (rapport à ses envies de nature, de fleurs et de goûts purs). Elle adore la cueillette, encore plus depuis qu’elle a interviewé Lionel Raway pour le magazine Victoire en mars 2015. Par une belle matinée, Mme M. ont rejoint ce botaniste ethnologue, lors d’une de ses balades organisées sur la Citadelle de Namur. Il y fait bon glaner les herbes folles en suivant les conseils avisés de ce guide nature enthousiaste. Avec son asbl Cuisine sauvage, Lionel propose à chacun d’apprendre à reconnaitre les plantes de son jardin et à les cuisiner. Son approche est formidable. Tout le monde peut apprendre à cueillir dès l’âge de 5 ans.

Dans votre jardin
Sur un mode ludique, le guide explique la différence entre l’ortie mâle et femelle, apprend à préparer une salade de boutons de pissenlits en pickels (cueillir les boutons encore fermés et les mettre dans du vinaigre en bocal) un pesto avec de l’ail des ours (fabuleux, écrasé avec des noisettes et de l'huile), à reconnaître les trois sortes de plantain, dont l’épi comme les feuilles se croquent et évoquent le goût du champignon… Que de surprises vous trouvez dans les bois à deux pas de chez vous ! "Dans les bois, on trouve tout un repas", est le credo de Lionel. Ce jour-là, en lisière du bois, il y avait de l’égopode, de l'ail des ours et une flopée de lierre terrestre, une herbe qui sent la menthe, la lavande, et la citronnelle quand on froisse la feuille.


Après la cueillette, une dégustation était organisée chez le Namurois Carl Gillain au restaurant L’Agathopède, que Mme aime beaucoup. Le chef a préparé des dégustations à base de mozzarella et d’égopode, ainsi qu’une déclinaison de pommes, oxalis et pignons de pin pour le dessert. La forêt dans l’assiette, le bonheur.

M. est inculte des terres incultes. Il fallait y remédier.

Comment discerner parmi les plantes qui poussent loin du soin des hommes celles qui peuvent présenter un intérêt alimentaire ?

L'association "Cuisine sauvage" propose des sorties à proximité du domicile de ses clients pour décoder la nature, cueillir et déguster les trouvailles alentour.

Des choses simples, du pissenlit, de l'ail des ours, des orties sont propices à poser un regard frais sur ces friches, terrains vagues et autres bosquets où s'épanouissent de nombreuses essences gustativement intéressantes.

L'animation de la sortie est empreinte d'humour, de conseils et anecdotes, d'éveil.

Les conseils permettent de rappeler certaines règle de sûreté, de ne pas cueillir en bord de route (pollution hydrocarbures), de s'abstenir de cueillir quand on doute de l'identité d'une plante, etc.

Les meilleures périodes sont le printemps, l'été et l'automne, lorsque la nature est généreuse et que l'on trouve des jeunes pousses, des fruits à foison.

Une fois l'atelier suivi, les plantes du voisinage sont démystifiées et l'on peut équipé d'un livre de référence partir à la découverte d'autres territoires.

 

 

 

Le site : http://cuisinesauvage.be

Cuisine sauvage participe à l'Expo 2015 à Milan. Rendez-vous dans la cave du pavillon belge, où sont exposées des solutions à l’étude pour relever le défi alimentaire. Aquaponie, culture d’algues et d’insectes, etc.

cueillette, guide nature, cuisine sauvage, reportage, namur, lionel rawet, wallonie, herbes, plantes, botanique

cueillette, guide nature, cuisine sauvage, reportage, namur, lionel rawet, wallonie, herbes, plantes, botanique

cueillette, guide nature, cuisine sauvage, reportage, namur, lionel rawet, wallonie, herbes, plantes, botanique

cueillette, guide nature, cuisine sauvage, reportage, namur, lionel rawet, wallonie, herbes, plantes, botanique

cueillette, guide nature, cuisine sauvage, reportage, namur, lionel rawet, wallonie, herbes, plantes, botanique

Extrait de l’article sur la cueillette de V. Nimal et D. Balencourt publié dans Victoire en mars 2015.

"Porteuse d’un projet environnemental, l’asbl Cuisine sauvage met avant tout l’accent sur le plaisir. Nous avions envie de promouvoir une façon différente de vivre notre relation à la nature.  Tout le monde se dit un jour : je pourrais faire de la soupe avec mes orties. Certains s’imaginent que la cueillette est un univers obscur, que si on se trompe on peut s’empoisonner… En réalité, 96 % des plantes sont comestibles ! On ne cueille pas de plantes rares, mais des « mauvaises herbes » comme le pissenlit ou la capselle… Nous formons des personnes curieuses et non initiées. Il n’y a pas vraiment de cours théoriques. Soit, vous vous inscrivez à une balade guidée, suivie d’un atelier culinaire, soit nous venons à la demande dans les foyers."

Lionel Raway précise que 85 % des Bruxellois ont accès à des espaces verts, un petit bois ou un jardin. « Nous aidons les personnes qui ont envie de cueillir près de chez elles, des plantes qu’elles pourront utiliser au quotidien. Et pas question de donner de nom latins, on est là pour s’amuser !" Le site internet propose des recettes et des fiches pour reconnaître les plantes sauvages :
http://cuisinesauvage.be

cueillette,nature,promenade,wallonie,bruxelles,guide nature,lionel rawet,cuisine sauvage,plantes,botaniques,herbes,carl gillain,agathopède,namur,coup de coeur

cueillette,nature,promenade,wallonie,bruxelles,guide nature,lionel rawet,cuisine sauvage,plantes,botaniques,herbes,carl gillain,agathopède,namur,coup de coeur

cueillette,nature,promenade,wallonie,bruxelles,guide nature,lionel rawet,cuisine sauvage,plantes,botaniques,herbes,carl gillain,agathopède,namur,coup de coeur