19
octo

Chez Max restaurant, la simplicité a du bon

MADAME

MONSIEUR

Mme aime la simplicité, le sourire dans les plats, les intitulés indémodables. Chez Max, elle est bien tombée. C'est un chouette bistrot à Ixelles, convivial et juste : moules de bouchot au curry, acras de morue, tartare de veau parfaitement frais, andouillette rondouillette, moelleux au chocolat Valrhona & glace à la vanille maison (10€).

On ne s'y prend pas la tête, on se fait plaisir, c'est tout ce qui compte pour une soirée décontractée dans le quartier Flagey.

Enfin, la sélection de vins naturels au verre est réjouissante, pour qui veut aborder ces vins très spéciaux.

*Note pour les curieux qui demandent à Mme "c'est quoi" le vin naturel ?
Le vin naturel (ou vin nature) est issu de raisins provenant de l’agriculture biologique (absence de produits phytosanitaires et d'engrais chimiques). Il est vinifié le plus naturellement possible, avec très peu d’intervention de la part du vigneron. Pour ces vins, ce sont les levures indigènes (propres aux raisins et à son environnement) qui sont responsables de la vinification. Il n’y a pas de chaptalisation, pas d’acidification et pas ou peu d’utilisation de dioxyde de soufre. La plupart de ces vins ne sont ni filtrés ni collés.

M. aime les serveuses qui sont des intellectuelles en quête de diplômes et qui devisent de leur mémoire ou de leur thèse en conseillant un rouge gouleyant ou un petit blanc sec façon briquet.

Chez Max on peut sans risque ni chichi tomber sur ce genre de personnel, ou passer à côté, occupé que l'on est à regarder déambuler les passants par la grande baie qui donne sur la rue Lesbroussart, ou perdu dans les différents écriteaux et affiches qui tapissent les murs de l'établissement.

On peut aussi conjuguer les trois et faire honneur à une andouillette de chez Daniel Thierry simplement au four, salade et légumes (22€).

On est bien, rien ne presse, tout glisse indolent comme le récit de Mme qui, bien que pertinent, n'extirpe pas M. de ses rêveries...

 

 

Chez Max restaurant
Rue Lesbroussart 118
B - 1050 Bruxelles
Tel: 02 344 42 32
info@chezmaxrestaurant.be 

Ouvert du mardi au vendredi de 12h à 14h et de 19h à 22H. Samedi de 19h à 22h
Entrées : 11-14€, plats : 16-28€, desserts : 9-11€. Plat du jour à 12€.

Chez Max, le bordeaux donne le ton...

resto, restaurant, coup de coeur, ixelles, bruxelles, brasserie, bistronomie, moins de 75 euros, moins de 120 euros

 

02
mars

Nos bouches chérissent Bouchéry

MADAME

MONSIEUR

En cuisine, comme en amour, il est question de dialogue, d’accord et de saveur. Damien Bouchéry et sa compagne Bénédicte Bantuelle ont l’art d’accommoder ces ingrédients. Les yeux pétillants, la maîtresse de maison aux boucles rebondies détaille la carte et les possibilités de décliner chaque plat en deux propositions selon l’appétit. Elle parle volontiers de cueillette, de fleurs et des découvertes qu’offre le terroir.

Mme, en croquant un quignon de pain avec une noix de beurre au citron - le tout fait maison - se voit passer l’après-midi pour explorer la carte, riche en possibilités. Baies de sureau, bouillon de chrysanthème, puntarella. Trois évocations pour titiller l’imagination. De même, le sommelier attire l’attention par sa sélection, comme ce vin d’Alsace non filtré, non sulfité, Domaine Julien Meyer, 2011. Sa robe répond à son nom, Solis. Joyeux soleil.

Arrivent les langoustines bretonnes, servies avec des joues de bœuf et des carottes fumées. Mme a une passion pour tout ce qui est fumé et pour les morceaux particuliers du bœuf comme la joue et la queue.  Rien de tel qu’une joue fondante, relevée d’un jus épatant. Puis une assiette de petits bateaux de lotte fait son show, arrosée d’un délicat jus de genièvre et d’une sacrée purée de panais, tandis qu’une pointe de citron confit renverse les sens.

Pour s’envoler au septième ciel, Mme s’offre un dessert étrange, équilibré en goût et en sensation : le cake au potimarron (fondant), le crumble au pollen (croquant) des quartiers de mandarine (juteuses) ainsi qu'un sorbet d’agrumes (acide) et de berce. Divin.

Trois mignardises font les belles sur le plateau à café : cigarettes de fleur de capucine, loukoum au sureau, dacquoise au beurre salé.

Pour sa troisième venue chez Bouchéry, Mme plane. Une impression d’avoir évolué dans un univers champêtre, parmi des hôtes à l’émerveillement muet.

Le lunch, un mardi froid d’avant Carême. Serpenter en vitesse vers le bas d’Uccle, là où la chaussée d’Alsemberg concentre les restaurants avant de filer vers la Flandre.

Destination Bouchéry, une première pour M. Il a déjà eu vent des louanges de Mme pour l’endroit (il eut fallu être sourd pour l’ignorer). Il la soupçonne de ne pas être objective, de céder à la mèche rebelle et au bleu acier des yeux de Damien Bouchéry. Il va falloir juger sur pièces.

Un mur de briques, une volée de marches, un jardin qui fait espérer l’été, un vestibule où l’on est accueilli entre la cuisine et la véranda. Sourires. Table avec vue sur le jardin. Nappe blanche, lustres turquoise, chaises danoises, boudins écrus pour calfeutrer les fenêtres.  Le cadre fait mouche, une élégance hivernale, juste. Cartes. Palabres curieux et gourmands pour jauger les plats en deux déclinaisons, le lunch et les curiosités éveillées par la carte et détaillées par Mme Bouchéry.

En quelques mots jetés en désordre : le pain suave comme un cake, le cabillaud nacré, le pigeon rosé qu’animent les baies de sureau, les chicons en dessert, la glace maison aux herbes, le cake au butternut façon pain perdu, le poivre judicieusement mouliné, les vins adéquats.

Et comme les tables sont proches, les convives souriants et que le sommelier est loquace quand on le questionne, il règne une atmosphère détendue, propice au relâchement, à la naissance du plaisir. On goûte, déguste, commente, détaille, écoute, mastique et le temps suspend son vol pour laisser éclore ces instants magiques où tous les sens en éveil, on se sent vivant, ici et maintenant.

M. a dû courir pour rejoindre son rendez-vous suivant, le temps avait par magie disparu de ses préoccupations. Un miracle.

Restaurant Bouchéry
Chaussée d'Alsemberg, 812 A
B - 1180 Bruxelles.
Tél. : 32(0)2 332 37 74

Mise à jour de mai 2017 : Le midi, du mardi au vendredi, buffet végétal à 17 euros
Réduisez votre addition en réservant sur le site La Fourchette.be

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre,moins de 30 euros,sureau,boeuf,fumé,berce,chrysanthème

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

23
sept

Quatre mains - Saturne à l'Air du Temps

MADAME

MONSIEUR

Mme suit Degeimbre à la trace. Si le chef invite un comparse dans ses cuisines à l’Air du temps, c’est qu’il a de bonnes raisons de nous le présenter.

Généreux, vif, attentif, Sang Hoon Degeimbre a envie de partager. Ce n’est pas la première fois qu’il  propose un repas à quatre mains. Celui-ci, du 31 août 2014, laissera d’intenses réminiscences. Le risque est de ne pas trouver d’accord, voire de soliloquer. Mais San a convié un petit prodige, le chef de Saturne à Paris. Une personnalité tranchée. Il s’appelle Sven Chartier, son grand-père était suédois, lui est Français. Il connaît les produits qui ont de la gueule et du goût, il les respecte.
Deux produits  sont imposés par les chefs : les tripes et les tomates. Un seul est réalisé à 4 mains : le pigeonneau de Waret.

Mme se souviendra d’amuse-bouche nature (on est à Eghezée dans les prairies et le potager) croustillantes pomme de terre aux trompettes de la mort et  fleur de persil. Une huitre à la poire (Saturne) qu’on a envie de gober encore. Des chips à la réglisse (Degeimbre) qui laissent un long souvenir en bouche.

De fameux plats, un homard transparent, un jus au lait d’amande, de la verveine et la fraîcheur de la noisette (Degeimbre). La version du homard de Sven se joue sur une note sucrée, la pêche, frivole, adorable mariage.

Un clin d’œil à la tomate crevettes, qui sent bon le jardin et la bisque, par Degeimbre. Des ris de veau et langoustines, dont on veut retenir le moelleux et la cervelle de veau nacrée, une audace de Sven Chartier. Même si Mme n’aime pas la cervelle, elle y a goûté.
 
Après trois heures passées à table, une bombe écarlate à la crème chiboust et au melon, contraste avec celui de Saturne, à la betterave et à la figue, relevé par un vinaigre muscat. Tout cela semble si simple mais c’est du grand art.

M. n'avait aucune idée préconçue et n'a manifesté aucune réticence à confier son appétit aux mains de Sang Hoon Degeimbre et Sven Chartier. Toutes ses attentes furent comblées.

Un repas concentrant de la technique, de la gaillardise, du radicalisme sans jamais faire paravent au talent.

Technique

Tout parfaitement décortiqué, cuit, saisi, coloré, nappé, servi... L'Air du temps est une grande maison, et tous les détails du service semblent naturels, une perfection qui permet d'inviter et d'accueillir le travail d'autres maisons sans que les différences ne soient sensibles. Un service rôdé, même quand les envois sont nouveaux.

Gaillardise

Sortir une cervelle de veau, alors que les tripiers ont disparus, chapeau ! Oser des propositions qui rebutent et délaissent les pièces communément nobles. Donner à goûter la maîtrise d'un chef qui ne déconsidère aucune partie des animaux qu'il propose à nos appétits, voilà des expériences à attendre, espérer d'un chef qui s'inscrit dans le présent. On mange tout et tout est bon.

Radicalisme

Les vins de voile, l'oxydation, un voyage à l'extrême du spectre des goûts du vin. Ewen Lemoigne, le sommelier de Saturne fait des propositions décalées, centrées ce jour-là sur une vinification oxydante. Trois vins au traitement particulier, rares, où la différence empiète sur le plaisir. Si ces vins vieux ne sont pas devenus vinaigre, sont-ils pour autant de bons vins ? Pas sûr, mais ils sont mémorables. M. avait le palais plus en accord avec les propositions de Maxim De Muynck, le sommelier résident.

De ces 3 axes, des questions qu'ils suscitent et des expériences qu'ils proposent, M. garde la perception que ces 4 mains travaillent en osmose et que la dizaine d'envois parle la même langue. Le tout basé sur une pratique de la "naturalité" exempte de modisme, l'Air du temps, le zeitgeist s'exprime, selon un philosophie déjà ancienne et légitime. C'est respectueux, simple, proche, goûteux, et magique. 

 


L'Air du Temps
Rue de la Croix Monet 2, 5310 Éghezée
Tél. +32 081 81 30 48

Restaurant Saturne
17 rue Notre-Dame des Victoires - 75002 Paris
Tél : +33 01 42 60 31 90

degeimbre, sven chartier, saturne, air du temps, étoilé, 4 mains, chefs, michelin, nature, vin naturels

degeimbre, sven chartier, saturne, air du temps, étoilé, 4 mains, chefs, michelin, nature, vin naturels

 

degeimbre, sven chartier, saturne, air du temps, étoilé, 4 mains, chefs, michelin, nature, vin naturels

degeimbre, sven chartier, saturne, air du temps, étoilé, 4 mains, chefs, michelin, nature, vin naturels, paris, belgique, namur

degeimbre, sven chartier, saturne, air du temps, étoilé, 4 mains, chefs, michelin, nature, vin naturels, paris, belgique, namur

degeimbre, sven chartier, saturne, air du temps, étoilé, 4 mains, chefs, michelin, nature, vin naturels