30
octo

Holy Smoke, american BBQ

MADAME

MONSIEUR

Mme sent l'automne qui approche, ses frimas, ses feuilles mortes et ses journées embrumées… Et l’envie de viande fumée. Si si, de la viande fumée !
Holy Smoke, à 1060 Bruxelles, porte bien son nom : tout y est fait maison dans un fumoir. Et la viande de qualité attire les amateurs de chair fraîche.

Mme y a goûté le brisket burger (18€) et a tout de suite fondu de plaisir pour cette étrange chose effilochée. Viande moelleuse à souhait, pain goutû provenant de la boulangerie Renard. Une petite coleslaw (avec de gros raisins noirs, quelle drôle d'idée) et une autre salade de légumes croquants, qui contenait trop de grains de fenouils à son goût. Les pommes de terre en chemise, fumées elles aussi, font le job.

Pour une soirée viande sur le pouce et whiskey bien choisi, Holy Smoke est une bonne adresse.

Déco basique, brut de décoffrage : ampoules brutes, briques, joint des châssis apparents, fils électriques itou, grandes tablées et comptoir à l'entrée. Comme dans un fast food, on vous sert le repas directement sur un plateau en métal recouvert d'un papier, ce qui ennuie Mme. Au prix de 18€ le burger, elle préfère la bonne vieille assiette.

Heureusement, l'endroit grouille déjà de monde et les serveuses ont du répondant.


 

Face à la porte de Hall, dans une ancienne boucherie reconvertie, s'est posé un fumoir et un couple passionné par l'American BBQ. Le barbecue américain, c'est une manière de cuire la viande, longtemps, sans exposition à la flamme uniquement par la circulation de la fumée.

Chez Holy Smoke, en plus du porc effiloché (pulled pork), on fond pour le brisket (poitrine) cuit 20h et les ribs de porc ou de boeuf (7h à 10h au fumoir). Le tout servi en plat ou en burger, accompagné de colslaw, cornbread (un gâteau !) et d'un "side" du jour.

Pour se désaltérer soit des bières US, soit l'autre spécialité de la maison, un bourbon ou un rye.

M. a craqué pour le brisket (21€), trois tranches, servies avec des oignons crus et deux sauces (bbq et ketchup) en plus de la coleslaw et d'un accompagnement, fenouil, orange très frais et bien en contraste avec le plat. C'est fondantissime et juteux. La viande se mange sans couteau. Pour boire, un rye dont la puissance et la longueur aromatique décuplent le goût de fumé.

C'est personnel mais l'expérience des alcools forts avec la dégustation d'un plat n'est pas de nature à satisfaire M., comme si une compétition de puissance gustative devait se régler sur son palais...

Chez Holy Smoke, il est possible d'avoir des conversations un brin chahutées (pour mémoire, ne pas aborder la portée sociétale du rap français actuel avec un ado au resto) sans trop importuner les voisins, les tables sont bien espacées, c'est vaste, brut (briques et flluides apparents). L'important c'est le fumoir, le reste ne sert qu'à cette découverte et c'est très bien ainsi.

Holy Smoke

Avenue de la Porte de Hal 9
B - 1060 Saint-Gilles
 
Ouvert en soirée du mardi au samedi.

 

burger,barbecue,américain,viande,fumé,whiskey, holey smoke, moins de 50 euros, moins de 25 euros

 

30
avri

Wesley’s butcher shop à Schaerbeek: on y fonce!

 

C’est fou comme ça bouge dans la commune de Schaerbeek !
En quelques mois se sont ouverts resto, bar, crèmerie et maintenant un boucher de qualité. Wesley’s est situé pas loin de la Place Jamblinne de meux et rue du Noyer sur la place Wappers. Wesley est d’origine brésilienne, son associée est anglaise. Ils parlent français. Pour la petite histoire, Wesley a rencontré sa Dulcinée, Julia Craig-McQuaide en travaillant chez Jack O Shea, rue Franklin. les connaisseurs savent que Jack O Shea a fermé (il a eu un grave accident). Ensuite, Wesley a bossé chez Milcamps, une boucherie traiteur du coin.

boucher,boucherie,viande,schaerbeek,1030,bruxelles,porc,boeuf


En poussant la porte de Wesley's, on reconnait la bonne bouille du boucher et de sa femme, dont les gens du quartier se souviennent. Le sourire, l'attention. Et la qualité, pour un prix honnête.

Viandes maturées et certifiées
Ensemble, ils viennent d’ouvrir leur boucherie haut de gamme, de viandes d'élevage à taille humaine: du bœuf irlandais maturé (affiné ou dry aged), de l’agneau d’Écosse, du porc fermier des Ardennes, élevé en plein air… De quoi nous sustenter, nous qui préférons acheter moins de viande mais mieux. Wesley et Julia se font un plaisir de vous conseiller, de découper la viande selon vos envies, devant vous.

T-Bone steak et angus
Madame et Monsieur ont testé le T-bone steak, le jour de l’ouverture, il n’était pas encore très maturé mais, quelle qualité de viande ! Avec ça, une délicieuse sauce barbecue, relevée (une version spicy existe aussi) sans conservateurs.
La prochaine fois, ce sera bavette, angus short ribs, côte de veau, gigot désossé ou saucisses anglaises à la sauge. Voilà, n’hésitez pas à faire un saut chez Wesley, c’est sans aucun doute LA boucherie que Schaerbeek attendait. Bon, il reste juste à ouvrir un poissonnier dans notre si jolie commune…

Wesley’s butcher shop
Place Wappers 3-4
B - 1030 Bruxelles
02 304 43 42
Facebook de Wesley’s

boucher,boucherie,viande,schaerbeek,1030,bruxelles,porc,boeuf

boucher,boucherie,viande,schaerbeek,1030,bruxelles,porc,boeuf

boucher,boucherie,viande,schaerbeek,1030,bruxelles,porc,boeuf

01
mars

Vodka food pairing, la tendance inattendue par Benjamin Laborie

MADAME

MONSIEUR

Madame n’est ni russe ni polonaise, elle ne boit jamais de vodka à table. Alors, quand Benjamin Laborie du restaurant Colonel à Bruxelles l’a invitée à déguster son repas viande & vodka, elle a ouvert de grands yeux.

Le résultat ? Une association réussie, en particulier grâce à la qualité des viandes choisies, de leur cuisson et du choix de vodkas Belvedere. Pure, élaborée à partir des meilleurs seigles polonais. Une bonne idée de food pairing, qui surprendra les adeptes du caviar & vodka.


Le menu de Benjamin Laborie, chef du Colonel
(ancien de Chou et The Bowery)

Entrée 1
Tartare de bœuf charolais parfumé au citron Meyer, caviar Avruga, coques d’oignons à la crème de riz à la vodka Belvedere aromatisée au citron
Verre : vodka Belvedere aromatisée au citron

Une viande tendre, mariée à l’acidité du citron, relevée par le côté fumé de l’Avruga et adoucie par la crème de riz. Belle mise en valeur du plat grâce à la vodka Belvédère aromatisée au citron, longue en bouche et fraîche. Légère amertume, croquant des agrumes, tendreté du bœuf et notes citronnées : mon accord préféré.

Entrée 2
Côte de veau poêlée, sorbet « tomate séchée », vodka Belvedere, céleri, jus à la sauce anglaise
Verre : vodka Belvedere

Joli clin d’œil au « Bloody Mary », avec des tomates séchées. Belle association du plat à la vodka Belvedere, riche de notes florales et vanillées, poivre blanc.

Plat
Volaille de la Cour d’Armoise (ah, la fameuse volaille française, nourrie au maïs et blé !) en cocotte au foin ivre de vodka Belvedere unfiltered, chanterelles, rösti au pain de seigle.
Verre : vodka Belvedere unfiltered

Que ces parfums automnaux répondent à la cuisson au foin ! Notes surprenantes de la vodka non filtrée, qui s’accorde aux ingrédients de base du rösti au pain de seigle.

Dessert
Ganache au chocolat blanc Opalys, poivre Timut, vodka Belvedere aromatisée au pamplemousse, suprême de pamplemousse en compression à froid à l’estragon.
Verre : vodka Belvedere aromatisée au pamplemousse

Madame n’a pas aimé ce dessert (et elle en a assez du chocolat blanc, insipide, que l’on voit partout). Heureusement qu’il y avait des notes de pamplemousse et la fraîcheur de l’estragon, avec un verre de vodka Belvedere, aromatisée au pamplemousse.

Dans l’ensemble, l’association vodka - viande était très attirante.

Monsieur n'était pas là.

 
Restaurant Colonel
"Prime Cuts and Meat Culture”
Rue Jean Stas, 24
B - 1060 Bruxelles
Tél: 02/538 57 36
www.colonelbrussels.com
Ouvert du mardi au samedi, midi et soir
Parking Louise Village (rue Dejoncker,36), accessible 24h/24, avec entrée directe vers le restaurant via le niveau -1

 

resto,restaurant,bruxelles,viande,vodka,food pairing, belvedere, mixologie

resto,restaurant,bruxelles,viande,vodka,food pairing

 

05
mars

La Brasserie Bijgaarden

MADAME

MONSIEUR

Mme a vécu une soirée mouvementée au Bijgaarden. En trois mot, c'est le genre de brasserie où vous pouvez
1° bien manger sans vous ruiner
2° boire un bon verre de vin
3° vous disputer avec M. pour une queue de cerise
4° vous réconcilier sous l’œil compatissant du serveur

Une entrée légère et parfumée à la coriandre et au curry de coco, un nem de scampi sur un wok de légumes au gingembre (15 €), rien à redire, et des ris de veau (un poil moins cuits auraient été parfaits selon  son goût) champignons des bois et mousse de butternut, avec une crème de porto (23 €) et un café gourmand. Mme reviendra goûter au tournedos béarnaise à 19 €.

Bonne adresse pour la cuisine de brasserie. A conseiller pour le rapport qualité prix et la célérité du service. Grande terrasse. Ambiance manoir et style Flamant. Pour une virée en Brabant Flamand.

M. parfois manque de tact ou de patience, pas le personnel de la Brasserie Bijgaarden.

Dans les couples, certains jours, l'orage est prêt à gronder pour le moindre prétexte. Tout le monde est d'accord, mais ne le comprend pas et voilà que l'on palabre sur l'incompréhension mutuelle et que le ton monte car vraiment l'écoute n'est pas bonne. Soit. Quand ça arrive dehors, au restaurant c'est parfois compliqué, c'est bruyant, incommode pour les tables voisines.

Au Bijgaarden M. et Mme ont pu se chamailler sans trop importuner les voisins, les salles sont spacieuses, les tables nombreuses, occupées par des familles, qui devisent et couvrent les grognements des colériques.

La brasserie propose une cuisine classique, qui parfois tente un brin de modernité, dont M. doute de la pertinence. Les plats classiques sont généreusement servis et très bons. De son duo de croquettes M. a préféré celle au fromage, du Reypenaer VSOP, un Gouda qui a du goût !

En plat, un tournedos de thon Rossini, ragoût de champignons, jus brun au porto et Pont-neuf de polenta, un accord terre-mer où la terre l'emporte mais qui fait un plat hivernal particulièrement réconfortant.

A 7 km de Bruxelles et faisant face au Château de Grand-Bigard, la brasserie permet une pause après la visite des Floralia du château ou un lunch "au vert".

Brasserie Bijgaarden
Isidoor Van Beverenstraat 20
B - 1702 Groot-Bijgaarden
Réservations : 02 464 20 90

Ouvert 7 jours sur 7 - Menus 25 - 48 €  - Lunch 25 €

brasserie,resto,viande,moins de 100€,moins de 120 euros,moins de 150 euros