02
mars

Nos bouches chérissent Bouchéry

MADAME

MONSIEUR

En cuisine, comme en amour, il est question de dialogue, d’accord et de saveur. Damien Bouchéry et sa compagne Bénédicte Bantuelle ont l’art d’accommoder ces ingrédients. Les yeux pétillants, la maîtresse de maison aux boucles rebondies détaille la carte et les possibilités de décliner chaque plat en deux propositions selon l’appétit. Elle parle volontiers de cueillette, de fleurs et des découvertes qu’offre le terroir.

Mme, en croquant un quignon de pain avec une noix de beurre au citron - le tout fait maison - se voit passer l’après-midi pour explorer la carte, riche en possibilités. Baies de sureau, bouillon de chrysanthème, puntarella. Trois évocations pour titiller l’imagination. De même, le sommelier attire l’attention par sa sélection, comme ce vin d’Alsace non filtré, non sulfité, Domaine Julien Meyer, 2011. Sa robe répond à son nom, Solis. Joyeux soleil.

Arrivent les langoustines bretonnes, servies avec des joues de bœuf et des carottes fumées. Mme a une passion pour tout ce qui est fumé et pour les morceaux particuliers du bœuf comme la joue et la queue.  Rien de tel qu’une joue fondante, relevée d’un jus épatant. Puis une assiette de petits bateaux de lotte fait son show, arrosée d’un délicat jus de genièvre et d’une sacrée purée de panais, tandis qu’une pointe de citron confit renverse les sens.

Pour s’envoler au septième ciel, Mme s’offre un dessert étrange, équilibré en goût et en sensation : le cake au potimarron (fondant), le crumble au pollen (croquant) des quartiers de mandarine (juteuses) ainsi qu'un sorbet d’agrumes (acide) et de berce. Divin.

Surprise ! Trois mignardises font les belles sur le plateau à café : cigarettes de fleur de capucine, loukoum au sureau, dacquoise au beurre salé.

Pour sa troisième venue chez Bouchéry, Mme plane. Une impression d’avoir évolué dans un univers champêtre, parmi des hôtes à l’émerveillement muet.

Le lunch, un mardi froid d’avant Carême. Serpenter en vitesse vers le bas d’Uccle, là où la chaussée d’Alsemberg concentre les restaurants avant de filer vers la Flandre.

Destination Bouchéry, une première pour M. Il a déjà eu vent des louanges de Mme pour l’endroit (il eut fallu être sourd pour l’ignorer). Il la soupçonne de ne pas être objective, de céder à la mèche rebelle et au bleu acier des yeux de Damien Bouchéry. Il va falloir juger sur pièces.

Un mur de briques, une volée de marches, un jardin qui fait espérer l’été, un vestibule où l’on est accueilli entre la cuisine et la véranda. Sourires. Table avec vue sur le jardin. Nappe blanche, lustres turquoise, chaises danoises, boudins écrus pour calfeutrer les fenêtres.  Le cadre fait mouche, une élégance hivernale, juste. Cartes. Palabres curieux et gourmands pour jauger les plats en deux déclinaisons, le lunch et les curiosités éveillées par la carte et détaillées par Mme Bouchéry.

En quelques mots jetés en désordre : le pain suave comme un cake, le cabillaud nacré, le pigeon rosé qu’animent les baies de sureau, les chicons en dessert, la glace maison aux herbes, le cake au butternut façon pain perdu, le poivre judicieusement mouliné, les vins adéquats.

Et comme les tables sont proches, les convives souriants et que le sommelier est loquace quand on le questionne, il règne une atmosphère détendue, propice au relâchement, à la naissance du plaisir. On goûte, déguste, commente, détaille, écoute, mastique et le temps suspend son vol pour laisser éclore ces instants magiques où tous les sens en éveil, on se sent vivant, ici et maintenant.

M. a dû courir pour rejoindre son rendez-vous suivant, le temps avait par magie disparu de ses préoccupations. Un miracle.

Restaurant Bouchéry
Chaussée d'Alsemberg, 812 A
B - 1180 Bruxelles.
Tél. : 32(0)2 332 37 74

Mise à jour mai 2014 : Ouvert uniquement le soir, du lundi au samedi.
Mise à jour 2 mars 2015 : nous y sommes retournés en janvier et la cuisine est toujours au top !
Réduisez votre addition en réservant sur le site La Fourchette.be

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre,moins de 30 euros,sureau,boeuf,fumé,berce,chrysanthème

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

30
avri

Va doux vent, épices, etc.

 

Restaurant fermé depuis le 11 juillet 2015

 

MADAME

MONSIEUR

Mme s’étonne de la démocratisation des prix des restos étoilés. Chez Va doux vent à Uccle, le lunch surfe avec élégance sur trois services, pour 35 €. Du plaisir à la portée d’un déjeuner royal. Business ou coquin, amical ou égoïste, un lunch d'envergure.

Gontran, Romain et Stefan, les trois comparses tiennent la barre. A 25 ans, le chef Stefan Jacobs a le vent en poupe, au point de décrocher une étoile en un an et demi. Ses armes, il les a faites au Sea grill, chez Roellinger et au Gastronome.

Ses dadas ? Les épices, comme le vadouvent - mélange indien, qu’il assemble sur le conseil de Rudy Smolarek et propose même à la vente dans son établissement (8 € la fiole, photo infra)... Mme voue une passion pour les effluves de curry, depuis la première fois où elle a posé le pied sur le sol du Rajasthan. Toute tentative de retrouver cet unique bouquet lui procure un plaisir infini.

Pour débuter léger, la bonite crue au goût fumé, saumurée maison, séduit le palais, tandis que les chips d'oignons des Cévennes croquent sous la dent. Quelques jeunes pousses donnent la verdure du plat, quoi qu’elles n’apparaissent qu'en coup de vent.

Suit une joue de bœuf, au bel effet, un peu trop salée, cependant, mariée à la puissance de l’artichaut, la délicate fève des marais, servie avec une purée de pois et une émulsion de beurre noisette. 

Enfin, les premières fraises de saison, enrobées d'un ruban de céleri confit, trônent autour d’une boule de sorbet à la violette. Sans oublier le biscuit croquant anisé. Un plat frivole, acidulé, contrebalancé par le gras du chocolat blanc, il clôt la traversée en beauté.

M. a peu de mémoire, ou son accès n'est pas direct. Pour se remémorer il note, fait confiance à ses disques durs, utilise aussi des indices visuels. Un lieu stocke des souvenirs, qui remontent à la surface quand M. le fréquente.

Le 93 de la rue des carmélites est une maison chargée de deux visites, mais il s'agit en fait d'un temps qui n'a plus cours. Qui est déjà venu, se sent toujours à l'aise dans ce petit restaurant, mais si les murs restent, tout est nouveau pourtant.

Le maître d'hôtel, le sommelier vous sourient. Et cette nouveauté a du charme. Le service est parfait, attentionné, sans être envahissant, prévenant sans être empressé. 

Nous y étions pour le lunch, carpaccio de bonite, joue de boeuf et dessert aux fraises pour 35€. L'étoilé sait rester accessible. Et quelque part sur les murs s'inscrit un nouveau souvenir, la douceur d'une chips d'oignon doux des Cévennes en contraste avec le poisson saumuré. Ce croquant, cette longueur en bouche... 

Ce jour-là des hommes d'affaire français donnaient des échos de Paris. En cuisine on se demandait où restaient les primeurs malmenées par la longueur de l'hiver. La nouveauté ne ternit pas le souvenir, le souvenir est conforté dans son assurance que là-bas chez Va doux vent on mange bien.


Va doux vent
Rue des carmélites, 93
1180 Uccle
02 346 65 05

Business lunch 3 services, 35 €

resto, Michelin, une étoile, menu 35 euros, Bruxelles, Uccle, épices, curry, fraises, sommelier, chef français,

resto, Michelin, une étoile, menu 35 euros, Bruxelles, Uccle, épices, curry, fraises, sommelier, chef français,

resto,étoilé,michelin,épices,curry,fraises,chef français,menu 35 euros,sommelier

resto, Michelin, une étoile, menu 35 euros, Bruxelles, Uccle, épices, curry, fraises, sommelier, chef français,