22
avri

Le Louise 345 un écrin pour Isabelle Arpin

MADAME

MONSIEUR

Mme retrouve Isabelle Arpin dans son élément. C’est une demeure sise avenue Louise, 345. Maison de maitre d’un avocat, proche d'un club de gentleman anglais dans son atmosphère, Louise 345 a quelque chose de feutré, de cosy, qu’on trouve rarement. À l’étage, on peut y loger dans une suite. Au jardin, prendre le café. C’est un lieu qui en impose, avec son service en gants blancs et ses mets gastronomiques. Les réjouissances ont duré cinq services, pendant lesquels Madame a plané haut, échangeant avec Monsieur des œillades complices : Arpin est bien là où elle voulait être. Dans son biotope.

L’asperge verte de Pertuis, se décline sur l’axe Chèvre | Lait battu | Noix de cajou. Suit un plat signature d’Isabelle Arpin : Langoustine | Céleri | Granny Smith | Foie gras. Un classique, déjà. Puis une Sole| Carotte | Orange | Gingembre, qui nous fait l’effet d’un rayon de soleil dans l’assiette, avec une note de gingembre et le mariage parfait d’un Châteauneuf du Pape blanc ample, aux parfums d'agrumes. Autre classique de la cheffe, la mousse de Comté | Bouleau | Roquette | Olive. Par gourmandise, on croque le dessert Chocolat | Matcha | Réglisse | Caramel, peu gras, bien dans le cacao torréfié.

Michelin a envoyé ses inspecteurs il y a peu. Isabelle retrouvera-t-elle l'étoile de ses précédents restaurants? La réponse cet automne.

Pour l’heure, on conseille aux âmes raffinées de réserver une table, sans tarder.

M. était très curieux de découvrir le Louise 345. Une belle demeure sur l'avenue Louise. Une sonnette, un homme ganté de blanc qui vous propose d'entrer, une volée de marches en marbre blanc, un hall avec vitraux, une porte à passer et l'on pénètre dans un intérieur bruxellois de 3 larges pièces en enfilade donnant sur une terrasse et un vaste jardin. Quelles pièces !

A l'avant un salon aux murs tendus de fresques d'inspiration indonésienne avec diverses tables pour prendre un apéritif. Proposition de divers Champagne pour satisfaire les velléités festives.

Les pièces centrale et arrière accueillent la restauration. Sur les tables, la cuisine d'Isabelle Arpin dont nous avons plaisir à suivre les aventures depuis son arrivée à Bruxelles.

Aux fourneaux du Louise 345, Isabelle fait merveille. Produits de grande qualité en touches explosives, voluptueuses et raffinées font vibrer les palais des amuse-bouches au dessert.

Certains de ses classiques (langoustine, foie gras) ponctuent ces nouvelles associations et recettes.

La collaboration avec le sommelier permet de proposer un accord mets-vins qui est très jouissif et multiplie la sapidité et les surprises.


Louise 345
345 Avenue Louise
B- 1050 Bruxelles
T. 02/644.48.87

Sur réservation pour le restaurant et la terrasse : reservations@louise345.com

Pas de réservation pour Le jardin. Le jardin est ouvert à partir du 15 mai 2018, du mardi au vendredi de 12h00 à 14h30, de 17h00 à 21h30 et le samedi de 17h00 à 21h30.

isabelle arpin,cheffe,cuisine française,gastro,moins de 250 euros,coup de coeur,bruxelles,jardin,terrasse,resto

photo : F. Raevens

 

Lisez aussi notre article sur Isabelle Arpin quand elle était cheffe du restaurant Alexandre

Et sa première étoile Michelin

06
mars

Le Médicis, table de Woluwe-Saint-Pierre

MADAME

MONSIEUR

Mme sort rarement du côté de Woluwe-Saint-Pierre le samedi soir. Dans cette commune verte de Bruxelles, une adresse, classique et de bon ton, résiste au temps : le Médicis. Cela fait plus de vingt ans que ce restaurant tient le haut du pavé tout en gardant des prix justes, et plusieurs années que Mme et M. n’y étaient plus allés.

Dans le quartier de la Place Dumon, c’est une grande demeure des années vingt, un escalier central, deux salles au rez-de-chaussée, dont l’une réchauffée par un feu ouvert. De grands luminaires contemporains, quelques touches de couleur, une ambiance feutrée. Les restaurateurs associés, Jean-Luc Couty et Yves Balthazar, assurent une carte comprenant 5 entrées, 5 plats et 5 desserts.

Un menu 3 services à 40 € (avec sélection de vins 60 €). Mme a envie de légumes et de croquant, de légèreté: une rappée d'artichauts à l'avocat, champignons, laitue et jus de betterave. Pour suivre, un magret de canard au genévrier, navets et cardons fondant aux épices, parfaitement réalisé, avec le bon dosage de viande et de légume, ce que Mme apprécie.
Mme hésite entre le sabayon au champagne, la mousseline de ricotta au caramel, poivre et pamplemousse et un sablé de spéculoos et mascarpone aux mangues.

Une table de qualité, qui ne se laisse pas intimider par les cantines gastro qui se suivent et se ressemblent.

M. avait passé au Médicis il y a quelques années une belle soirée avec Madame et une amie chère qui vit dans le quartier. A l'époque le cadre était déjà sobre, classique, la bâtisse offre de superbes volumes; mais la carte était pléthorique. Depuis le cadre est resté le même, cossu, mais la carte s'est resserrée autour de 3 x 5 propositions en entrées, plats, dessert. On peut combiner à l'envi pour composer un menu à 40€ ou si on souhaite un apéro, le vin et un café à 60€.  

Les assiettes s'articulent autour de produits nobles, de saison sans jamais omettre les légumes qui trouvent leur place dans quasi chaque assiette.

Quelques raretés, délicatesses, osent tenter les convives selon le marché et les envies du chef, comme ces fritots de cervelle. Les produits de la mer sont mis en avant comme ces gambas rôties et jus d'oursin qui ont bien plu à M. Le chef, dans la maturité de la maîtrise de son art propose une belle diversité de produits, de préparations, et c'est bon.

Pas d'effets de manche, pas d'artifice, la carte est descriptive, analytique et l'on s'y retrouve parfaitement, l'assiette tient les promesses de la carte.

Le vin rouge, en accompagnement des viandes était parfait un Languedoc 2016, Château de Gaure.

Une adresse à garder sous le coude pour les tablées familiales, nos voisins dinaient à 7 autour d'une table circulaire pour célébrer un ainé.  A l’étage, une salle peut accueillir des groupes jusqu’à 35 personnes. En été, une terrasse ombragée permet de manger dehors.


Le Médicis
Avenue de L’Escrime, 124
B - 1150 Bruxelles (Woluwé-Saint- Pierre)
Tél. : 02 779 07 00

www.restaurantmedicis.be
info@restaurantmedicis.be
Ouvert de 12 h à 14 h30 et de 19 h à 21 h30 – Fermé le samedi midi et le dimanche

 

resto,restaurant,bruxelles,cuisine française,classique,moins de 60 euros,moins de 120 euros,moins de 50 euros,diner

 

resto,restaurant,bruxelles,cuisine française,classique,moins de 60 euros,moins de 120 euros,moins de 50 euros,diner

 

 

 

01
déce

La Table de Mus

MADAME

MONSIEUR

Mme a déjà déjeuné chez Mus avec une amie, l'année passée. Elle avait envie d’y retourner. Ce restaurant du centre (Place de la Vieille Halle aux Blés) allie cuisine fine et prix justes. C'est le genre d'adresse que l'on se refile pour sortir le lundi soir, alors que la plupart des enseignent ferment leurs portes.

Dans ce resto intime, impossible de ne pas remarquer la bonne humeur du patron, Mus, toujours affairé en salle. Formé il y a vingt ans dans de solides maisons (chez Roland Debuyst et Gaëtan Colin, époque étoilée) Mus a eu envie de lancer sa table et d’y proposer un menu unique (3 à 5 services). Il a bien mené sa barque : le succès est là.

La salle remplie un lundi soir fait plaisir à voir, on y parle japonais, français, suédois et anglais.

Quelles étaient les agapes ? Un carpaccio de canard, mousse de céleri et foie gras, avec un verre de bon Sauvignon. Des saint-Jacques, topinambour et jus de veau brun, bel accord terre et mer, avec un Saint-Véran floral. Une joue de marcassin (un peu dure à la mâche) et une partie plus tendre, servis avec une poire pochée vin rouge et chips de légume. Un verre de syrah côte du Rhône, parfait. En fin de repas, Mus craque devant nos yeux une coque de chocolat. Dedans, des fruits rouge, un baba au rhum et une glace vanille s'offrent aux gourmands.

A quelques encablures de la Grand-Place et du Manneken-Pis la Table de Mus draine une clientèle de touristes titillés par la place de choix que l'établissement occupe dans les recommandations de Tripadvisor.

C'est une table roborative, tournée vers la générosité dans les portions et les produits. Qualitatifs, sans être exclusifs. On mange bien, de saison et à bon prix vu le travail engagé.

Mus connaît son affaire, sait jouer d'humour et d'une verve tonique pour enchaîner plats, boissons, effets de présentation. L'ambiance d'un lundi soir surprend dans un centre ville que la rumeur présente comme sinistré... Il est notable que certains par la qualité de leur travail et l'attention au service maintiennent une attractivité que piétonnier, émeutiers ou terroristes ne sauraient entamer.

M. a beaucoup goûté les Saint-Jacques, lui qui n'en prend jamais pour en avoir trop mangé, les a trouvées parfaitement saisies et justement accompagnées de topinambours.

Le dessert lui aussi jouait sur des ressorts que M. ne pratique pas souvent et réussit également à convaincre. C'est ludique, inspiré de la présentation "Oops, I dropped the Lemon Tart" mais version chocolat baba... Ca fait toujours un bel effet de casser le dessert. On en parle...


La Table de Mus
Place de la Vieille Halle aux Blés, 31
B - 1000 Bruxelles
+32 2 511 05 86
www.latabledemus.be

 

restaurant,resto,bruxelles,moins de 100 euros,loins de 120 euros,gastro

Une cuisine contemporaine ouverte sur le comptoir

restaurant,resto,bruxelles,moins de 100 euros,loins de 120 euros,gastro

 

 

26
nove

Buvette Sint-Sebastiaan à Schaerbeek

MADAME

MONSIEUR

Mme décerne à Manu le titre de Roi de la frite. Manu est chef. On le rencontre le dimanche, dans un endroit insoupçonné de la capitale. Récit.

Depuis plus d’un an, Mme se refait une santé avec  une promenade au parc Josaphat et une frite chez Manu. Ce parc, posé au creux d’une vallée où s’accrochent rochers et rocailles, voit d'étranges statues toiser les cygnes sur l’étang, tandis que deux ânes emblématiques de Schaerbeek attendant le passant.

À la Buvette Sint-Sebastiaan, chaque dimanche, Emmanuel Dache prépare des frites dorées, croustillantes, dodues, gourmandes. Sa mayonnaise maison arrache un soupir profond (un zeste de citron, de bons œufs, beaucoup de vinaigre). L’été, on s’attable en terrasse ou on picore un paquet de frites sur les pelouses. L’hiver, on réserve sa table pour goûter le plat du dimanche. Manu fait par exemple une blanquette légère, avec cette viande fondant en bouche provenant de notre boucher préféré, Wesley's.

Le chef apporte le plat et on se lèche déjà les doigts. Il lance, goguenard, que les frites sont à volonté. Manu a le sourire, la belle énergie, l’envie de faire plaisir. La première fois qu’on lui a demandé d’où tu viens, il il a répondu des Brigittines, le restaurant de Dirk Miny. Respect.

Retour à l’ambiance à la buvette, le client est riant, chaleureux, francophone ou flamand, tout mélangé, les petits sirotent un verre de Simone a soif, les grands une bière belge. David, le serveur, fait goûter la bière d’hiver, dès la première gorgée remontent des souvenirs de Noël et de douceur au coin du feu. Il arrive que le patron de la buvette Sint-Sebastiaan y déjeune en famille. Bernard Leboucq fait partie de ces entrepreneurs bruxellois autodidactes, qui ont de l’idée et du talent à revendre: c’est lui qui a lancé la fameuse Brasserie de la Senne avec son associé, Yvan De Baets.  Leurs bières connaissent un beau succès : la Taras boulba, la Zinne bir, le Brusseleir, la Jambe-de-Bois ou leur nouveauté, la Bruxellensis refermentée en bouteilles pendant 4 mois, d’autres à l’ancienne, non filtrées, non pasteurisées, sans additif.

Fort de leur succès, ces brasseurs investissent aujourd’hui dans de nouveaux bâtiments à Tour et Taxi. En attendant, le dimanche, c’est frites et boulettes, ou frites et carbonnades à la Buvette Sint-Sebastiaan!

M. aime les buvettes. Surtout si elles sont logées dans un parc et qu'elles servent de repère à des sportifs interlopes ou putatifs amateurs de convivialité et de découvertes.

Ici on vante les mérites du tir à la perche, ce tir à l'arc vertical typique des Flandres, mais aussi des bières artisanales et de la gourmandise soignée.

Un excellent spot.

Depuis 2015, le fondateur de la Brasserie de la Senne a repris la gérance du lieu. On s'y initie au tir les mercredis pour les enfants et le jeudi pour les adultes du printemps à l'automne, en été on y mange des paellas etc. Et les vendredis soir c'est Fish Party et le dimanche midi c'est frietjesdag toute l'année.

Fish Party : Tous les vendredis plusieurs propositions autour du poisson et des crustacés. Tout frais, tout maison. Pour se faire une idée de la proposition de la semaine on file sur Facebook se pourlécher les babines d'avance.

Frietjesdag :  Aux commandes Manu. Le chef mitonne un plat mijoté et des frites maison qui, il faut l'avouer, sont les meilleures de ce côté-ci de la Senne. 15€ le plat, repasse de frites incluse et mayonnaise maison qui se mangerait toute seule.

Le rendez-vous des amateurs de boulettes sauce tomate, c'est tous les premiers dimanche du mois.

Comme tout est cuisiné dehors, soit on mange à l'extérieur, soit quand les frimas sont tenaces, on s'attable à l'intérieur dans un décor au charme incomparable. Derrière les pompes, David sert des bières selon vos goûts ou confectionne des Irish coffees qui ouvrent les portes de la perception et de la sieste dominicale...

 

Buvette Sint-Sebastiaan
Parc Josaphat
Avenue Ambassadeur Van Vollenhoven
1030 Schaerbeek

Lu-Ma-Me : 15-20h / Je-Ve : 15-22h / Sa : 14-20h / Di : 12h-20h

Prix : 15€/adulte et 9€/enfant. Réservations possibles via buvettesintsebastiaan@gmail.com.

buvette, parc, frites, dimanche, coup de coeur, moins de 25 euros, moins de 50 euros, moins de 75 euros, schaerbeek, bruxelles, resto

Voici Manu, le Roi de la frite. Et depuis qu'on a goûté son veau, on dit juste chapeau !

buvette, resto, dimanche, parc, bruxelles, moins de 50 euros, moins de 25 euros, moins de 75 euros, coup de coeur, frites, bière, brasserie

A côté de la buvette, les membres de la Gilde de St Sebastiaan tirent parfois à l'arc

buvette, resto, dimanche, parc, bruxelles, moins de 50 euros, moins de 25 euros, moins de 75 euros, coup de coeur, frites

Le parc Josaphat, l'un des plus charmants de Bruxelles