19
octo

Chez Max restaurant, la simplicité a du bon

MADAME

MONSIEUR

Mme aime la simplicité, le sourire dans les plats, les intitulés indémodables. Chez Max, elle est bien tombée. C'est un chouette bistrot à Ixelles, convivial et juste : moules de bouchot au curry, acras de morue, tartare de veau parfaitement frais, andouillette rondouillette, moelleux au chocolat Valrhona & glace à la vanille maison (10€).

On ne s'y prend pas la tête, on se fait plaisir, c'est tout ce qui compte pour une soirée décontractée dans le quartier Flagey.

Enfin, la sélection de vins naturels au verre est réjouissante, pour qui veut aborder ces vins très spéciaux.

*Note pour les curieux qui demandent à Mme "c'est quoi" le vin naturel ?
Le vin naturel (ou vin nature) est issu de raisins provenant de l’agriculture biologique (absence de produits phytosanitaires et d'engrais chimiques). Il est vinifié le plus naturellement possible, avec très peu d’intervention de la part du vigneron. Pour ces vins, ce sont les levures indigènes (propres aux raisins et à son environnement) qui sont responsables de la vinification. Il n’y a pas de chaptalisation, pas d’acidification et pas ou peu d’utilisation de dioxyde de soufre. La plupart de ces vins ne sont ni filtrés ni collés.

M. aime les serveuses qui sont des intellectuelles en quête de diplômes et qui devisent de leur mémoire ou de leur thèse en conseillant un rouge gouleyant ou un petit blanc sec façon briquet.

Chez Max on peut sans risque ni chichi tomber sur ce genre de personnel, ou passer à côté, occupé que l'on est à regarder déambuler les passants par la grande baie qui donne sur la rue Lesbroussart, ou perdu dans les différents écriteaux et affiches qui tapissent les murs de l'établissement.

On peut aussi conjuguer les trois et faire honneur à une andouillette de chez Daniel Thierry simplement au four, salade et légumes (22€).

On est bien, rien ne presse, tout glisse indolent comme le récit de Mme qui, bien que pertinent, n'extirpe pas M. de ses rêveries...

 

 

Chez Max restaurant
Rue Lesbroussart 118
B - 1050 Bruxelles
Tel: 02 344 42 32
info@chezmaxrestaurant.be 

Ouvert du mardi au vendredi de 12h à 14h et de 19h à 22H. Samedi de 19h à 22h
Entrées : 11-14€, plats : 16-28€, desserts : 9-11€. Plat du jour à 12€.

Chez Max, le bordeaux donne le ton...

resto, restaurant, coup de coeur, ixelles, bruxelles, brasserie, bistronomie, moins de 75 euros, moins de 120 euros

 

16
sept

Maxime Colin à Kraainem

MADAME

MONSIEUR

Attirée par les destinations bucoliques à un jet de pierre de Bruxelles et par la réputation de la famille Colin, Mme avait réservé un soir d’été chez Maxime, le benjamin.

Le portail franchi, elle s’était émue de trouver là un parc, un château et sa jolie chaumière où Maxime Colin a posé ses fourneaux. Associé à son frère Gaëtan (ancien Jaloa, chef dans sa maison d'hôtes Le Richmond) propriétaire du bâtiment de l'ancien D’Oude Pastorie, il peut s’exprimer en liberté.

Sur la terrasse au soleil couchant, elle a trinqué avec M. et s’est sentie happée par la magie des lieux. Le chef, formé à bonne école à la Villa Lorraine et nommé Jeune Chef de l’année au Gault & Millau 2016, aurait de quoi voir son cou enfler. Mais il n’en est rien. Son sourire, sa jeunesse, ses passages entre les tables pour saluer les convives, verser une sauce, recommander un plat, accentuent l’esprit généreux de sa cuisine. Il crée des mises en bouche appétissantes, un flan de foie gras, espuma de Granny Smith, puis un plat léger et frais, un thon cru aux fèves des marais, caviar et coulis vert. Son plat principal, un omble chevalier du lac Léman, parfaitement cuit, a emballé Madame.

Un œuf à la neige, mangue, coco et citronnelle clôt le dîner en beauté, alors qu’arrivent une ribambelle de mignardises, dont un adorable marshmallow à la chartreuse, fondant et aérien avec notes herbacées en finale.

M. n'a pas l'expérience de Mme quant il s'agit de faire l'historique entrepreneurial et gastronomique de la famille Colin.

M. avait envie de se mettre au vert. De manger chaud, bon et de boire frais.

Pour la mise au vert, direction Kraainem, le Château Jourdain : derrière ce bâtiment imposant se cache  le restaurant de Maxime Colin, un ancien presbytère du 17e siècle, qui étend sa terrasse le long d'un étang.  

La cuisine est excellente, proposée en différents menus (de 3 à 6 services) piochés dans 8 suggestions qui évoluent au gré des idées, succès et saisons. Des produits de qualité toujours.

On regrette un peu la présence sonore du Ring, mais à Bruxelles et en périphérie les belles terrasses sont rarement exemptes de brouhaha, alors on parle et on palabre pour avoir mieux à entendre.

Pour un menu gastronomique 3 services à 52 € (sélection de vins à 25 € recommandée, dont un Costières de Nîmes, Domaine des Perrières, 2014 ou un Limoux, "Chardonnay", Terroir Haute vallée, 2012), c’est justifié.  

Maxime Colin
1-4, Pastoorkesweg
B - 1950 Kraainem
Tél. 02 720 63 46

Menus: 3 services: 52 € Sélection de vins: 25 € - 4 services: 60 €    Sélection de vins: 30 € - 5 services: 68 €    Sélection de vins: 34 € - 6 services: 84 €    Sélection de vins: 37 €. Fermé samedi midi, dimanche soir, lundi.

moins de 100 euros,moins de 120 euros,moins de 150 euros,resto,bruxelles,gastronomie,gault et millau,kraainem

moins de 100 euros,moins de 120 euros,moins de 150 euros,resto,bruxelles,gastronomie,gault et millau,kraainem

moins de 100 euros,moins de 120 euros,moins de 150 euros,resto,bruxelles,gastronomie,gault et millau,kraainem

moins de 100 euros,moins de 120 euros,moins de 150 euros,resto,bruxelles,gastronomie,gault et millau,kraainem

30
mai

Stirwen restaurant bruxellois

MADAME

MONSIEUR

Mme s'émerveille d'avoir le cœur qui bat soudain plus vite, la fourchette suspendue à la lèvre, la glotte muette d'admiration : c'est l'effet d'un plat composé d'asperges vertes (de chez Longlune à Jurbise) épaisses, parfaitement cuites, dialoguant avec trois huîtres (creuses Tatihou, Ste-Maure de Touraine) deux crues, une pochée, une sauce au beurre blanc, quelques grains de crumble de noisettes pour le croquant et de l'avocat grillé. Dans ce moment de grâce s’équilibrent et se renvoient les saveurs, au final l'huître est sublimée par la minéralité d'un Montlouis-sur-Loire (Franck Breton, Les Caillasses, 2014, 41 euros) aux notes de pomme, typique du Chenin blanc.

Pour l'avant et l'après, elle se souvient de mises en bouches titillantes, mousse de burrata, anguille fumée,  pesto  frais de basilic, fleur sel puis un velouté de carotte, chorizo, amande et abricot. D'un tendre veau élevé sous la mère, du pays de Chimay, cuit en basse température, légumes
printaniers.

Et d'un adorable Gâteau de Gènes, aux pistaches, couronné de fraises, de pépites de chocolat blanc et de basilic, caressé par un vin blanc doux, à l'acidité surprenante, Rueda, Apasionado de José Pariente 2013.

Et l'ambiance? Classique. Une palette de grège, de gris perle, de beige, des nappes blanches, un escalier stylé.

 Le coup de cœur de la saison ?

 

PS: Cher papa, la prochaine fois je t'y emmène : ils ont une vraie Dame Blanche à la carte !

M. trouve au quartier Jourdan des airs de place de village. Pas quand la place est éventrée pour travaux, mais bien quand le marché dominical y prend ses aises, ou que l'on y va pour déguster une frite en terrasse. Dans les rues alentour, quelques bonnes tables font la nique au fritkot en marbre de la place et cela permet à chacun d'y trouver son plaisir selon ses envies et la taille de sa bourse.

Du côté des restaurants gastronomiques, le Stirwen est une table à visiter. Axé sur le travail des produits de saison, le chef apporte une touche d'inventivité ou un soin et une attention pour les détails qui font de chaque dégustation une surprise; au plaisir gustatif s'ajoutent des questions sur ce qui est proposé à nos appétits.

De belles combinaisons. Un vitello tonato, tout en légèreté d'une sauce servie siphonnée, la viande traitée comme des ravioles, farcies d'une brunoise de tomate et de fromage frais, des mousses de câpres et du formage vieux. Superbe.

Un poisson du marché suit, un lieu rôti sur peau avec un risotto.

Les tables sont un peu proche, ce n'est pas grave si on a la chance d'être en bonne compagnie, c'est un peu gênant si l'on veut se laisser aller aux confidences.

La maison Stirwen a changé de mains et les 2 trentenaires aux commandes ne déméritent en rien, le service est charmant, souriant, la cuisine impeccable. Les portions à la carte roboratives, le menu bien structuré.

Stirwen
Chaussée Saint-Pierre 15-17
B - 1040 Etterbeek
Tél. : 02 640 85 41
Menu découverte 60 € (+ 30€ avec les vins) 4 services.
Menu dégustation 80 € (+ 40 € avec les vins) 6 services.
Ouvert du lundi au vendredi. Fermé le WE.

bruxelles,resto,restaurant,gastronomie,moins de 120 euros,moins de 150 euros,gault&millau,coup de coeur,chef,cuisine belge

bruxelles,resto,restaurant,gastronomie,moins de 120 euros,moins de 150 euros,gault&millau,coup de coeur,chef,cuisine belge

bruxelles,resto,restaurant,gastronomie,moins de 120 euros,moins de 150 euros,gault&millau,coup de coeur,chef,cuisine belge

25
octo

Alexandre, restaurant gastronomique à Bruxelles

MADAME

MONSIEUR

Mme retourne toujours chez ceux qu’elle aime. Chez Alexandre, c’est la troisième fois depuis qu'Isabelle Arpin règne en cuisine. En quelques mois, elle s’est imposée dans le paysage culinaire comme la cheffe la plus intéressante et la plus douée de la capitale. Sa personnalité attachante allie créativité, rondeur, fraîcheur, étonnement. Le restaurant aux tonalités bois et chocolat a quelque chose d’apaisant, sans doute est-ce sa petite taille, mais c’est surtout grâce à l’accueil et aux soins prodigués par la maîtresse des lieux, Anca Petrescu, que l’on s’y sent bien.

En cuisine, Isabelle et sa brigade s’activent. Dans chaque mise en bouche, l’univers Arpin s’annonce, alliant contrastes, textures et plaisir : crème Champagne, œufs Avruga, concombre, radis, citron, suivi d’un mémorable crémeux de chèvre, betterave, caramel de bière brune, fois gras.

Dans chaque plat, une recherche de plaisir, de correspondances et de résonances entre les ingrédients, l’acidité, le crémeux, la terre et la mer.

L’entrée s’érige au rang de chef d’œuvre : un carpaccio de filet pur Black Angus, une glace aux cèpes maison, des figues, une poudre de noisette, une salade d'herbettes. Le plat donne la satiété, la satisfaction du produit travaillé dans le respect : un cabillaud de la mer du Nord, sauce poivrons, des artichauts, des légumes grillés, un espuma de pomme de terre fumée, une poudre d'olives noires. Le dessert remue d'intenses souvenirs de tarte Tatin, cette fois décomposée avec bonheur. C'est de l'or qu'elle a dans les doigts, l'ardente Arpin.

M. est enthousiasmé à l'idée de partager le plaisir qu'il a eu de retourner chez Alexandre.

D'un premier passage exubérant, M. avait le souvenir de mises en bouche de haute volée. Elles sont toujours là. Sous une forme nouvelle, au gré du moment, de l'inspiration des produits disponibles. 

Les entrées sont superbes, particulièrement dans les accords d'un carpaccio et d'une glace aux cèpes. Note froide tellement bonne que M. en vient à se demander si ce n'est pas le glacier fou du centre qui est à la manoeuvre, erreur, tout est maison, tout est bon et  les vins toujours soigneusement choisis.

Le plat propose un cabillaud, des légumes, des espumas toutes en goût.

Le dessert, fruité, les mignardises et ces madeleines au zeste d'orange... achèvent un repas par des notes de sucre, craquant, couleur qui permettent de prolonger la conversation et la bonne ambiance du lieu.

Alexandre une adresse qui se donne à découvrir dans le cadre du festival de la gastronomie The Fork, elle est avec d'autres fines tables du pays un point d'attrait pour cet événement qui offre des formules tarifaires avantageuses jusqu'au 1er novembre.

Alexandre restaurant
Rue du Midi 164
B - 1000 Bruxelles
Tél. +32 (0)2 502 40 55
Fermé le week-end. Voiturier.

Pendant le festival de la gastronomie The Fork, vous pouvez découvrir ce restaurant et d’autres grandes maisons à Bruxelles et en Wallonie pour un prix très avantageux.

Mise à jour du 14 décembre 2015: Alexandre a désormais une étoile Michelin !

coup de coeur, resto, bruxelles, moins de 120 euros, moins de 150 euros, restaurant, gastronomie, isabelle arpin

coup de coeur, resto, bruxelles, moins de 120 euros, moins de 150 euros, restaurant, gastronomie, isabelle arpin

coup de coeur, resto, bruxelles, moins de 120 euros, moins de 150 euros, restaurant, gastronomie, isabelle arpin

 

coup de coeur, resto, bruxelles, moins de 120 euros, moins de 150 euros, restaurant, gastronomie, isabelle arpin

 

coup de coeur, resto, bruxelles, moins de 120 euros, moins de 150 euros, restaurant, gastronomie, isabelle arpin, tatin

Lire aussi : notre premier article sur la cuisine d'Isabelle Arpin chez Alexandre.