02
mars

Nos bouches chérissent Bouchéry

MADAME

MONSIEUR

En cuisine, comme en amour, il est question de dialogue, d’accord et de saveur. Damien Bouchéry et sa compagne Bénédicte Bantuelle ont l’art d’accommoder ces ingrédients. Les yeux pétillants, la maîtresse de maison aux boucles rebondies détaille la carte et les possibilités de décliner chaque plat en deux propositions selon l’appétit. Elle parle volontiers de cueillette, de fleurs et des découvertes qu’offre le terroir.

Mme, en croquant un quignon de pain avec une noix de beurre au citron - le tout fait maison - se voit passer l’après-midi pour explorer la carte, riche en possibilités. Baies de sureau, bouillon de chrysanthème, puntarella. Trois évocations pour titiller l’imagination. De même, le sommelier attire l’attention par sa sélection, comme ce vin d’Alsace non filtré, non sulfité, Domaine Julien Meyer, 2011. Sa robe répond à son nom, Solis. Joyeux soleil.

Arrivent les langoustines bretonnes, servies avec des joues de bœuf et des carottes fumées. Mme a une passion pour tout ce qui est fumé et pour les morceaux particuliers du bœuf comme la joue et la queue.  Rien de tel qu’une joue fondante, relevée d’un jus épatant. Puis une assiette de petits bateaux de lotte fait son show, arrosée d’un délicat jus de genièvre et d’une sacrée purée de panais, tandis qu’une pointe de citron confit renverse les sens.

Pour s’envoler au septième ciel, Mme s’offre un dessert étrange, équilibré en goût et en sensation : le cake au potimarron (fondant), le crumble au pollen (croquant) des quartiers de mandarine (juteuses) ainsi qu'un sorbet d’agrumes (acide) et de berce. Divin.

Surprise ! Trois mignardises font les belles sur le plateau à café : cigarettes de fleur de capucine, loukoum au sureau, dacquoise au beurre salé.

Pour sa troisième venue chez Bouchéry, Mme plane. Une impression d’avoir évolué dans un univers champêtre, parmi des hôtes à l’émerveillement muet.

Le lunch, un mardi froid d’avant Carême. Serpenter en vitesse vers le bas d’Uccle, là où la chaussée d’Alsemberg concentre les restaurants avant de filer vers la Flandre.

Destination Bouchéry, une première pour M. Il a déjà eu vent des louanges de Mme pour l’endroit (il eut fallu être sourd pour l’ignorer). Il la soupçonne de ne pas être objective, de céder à la mèche rebelle et au bleu acier des yeux de Damien Bouchéry. Il va falloir juger sur pièces.

Un mur de briques, une volée de marches, un jardin qui fait espérer l’été, un vestibule où l’on est accueilli entre la cuisine et la véranda. Sourires. Table avec vue sur le jardin. Nappe blanche, lustres turquoise, chaises danoises, boudins écrus pour calfeutrer les fenêtres.  Le cadre fait mouche, une élégance hivernale, juste. Cartes. Palabres curieux et gourmands pour jauger les plats en deux déclinaisons, le lunch et les curiosités éveillées par la carte et détaillées par Mme Bouchéry.

En quelques mots jetés en désordre : le pain suave comme un cake, le cabillaud nacré, le pigeon rosé qu’animent les baies de sureau, les chicons en dessert, la glace maison aux herbes, le cake au butternut façon pain perdu, le poivre judicieusement mouliné, les vins adéquats.

Et comme les tables sont proches, les convives souriants et que le sommelier est loquace quand on le questionne, il règne une atmosphère détendue, propice au relâchement, à la naissance du plaisir. On goûte, déguste, commente, détaille, écoute, mastique et le temps suspend son vol pour laisser éclore ces instants magiques où tous les sens en éveil, on se sent vivant, ici et maintenant.

M. a dû courir pour rejoindre son rendez-vous suivant, le temps avait par magie disparu de ses préoccupations. Un miracle.

Restaurant Bouchéry
Chaussée d'Alsemberg, 812 A
B - 1180 Bruxelles.
Tél. : 32(0)2 332 37 74

Mise à jour mai 2014 : Ouvert uniquement le soir, du lundi au samedi.
Mise à jour 2 mars 2015 : nous y sommes retournés en janvier et la cuisine est toujours au top !
Réduisez votre addition en réservant sur le site La Fourchette.be

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre,moins de 30 euros,sureau,boeuf,fumé,berce,chrysanthème

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

bruxelles,uccle,cuisine française,fleurs,botanique,coup de coeur,lunch 29 €,menu 39 €,moins de 150 euros,joue de boeuf,sommelier,vin naturel,locavorre

23
sept

A la catalane : tapas et bières du Cap d'Ona

MADAME

MONSIEUR

Depuis que Mme se laisse conduire par Monsieur (en voiture), elle accepte d'entrer par hasard dans des lieux incongrus. Et d'avoir d'excellentes surprises. Là, à deux pas de la mer, un petit jardin attire par sa fraîcheur, la pergola aux fauteuils profonds invite au prélassement.

Juste deux ou trois bières primées et une assiette de tapas (Bellota 18 € : jambon, chorizo, olives, anchois Roque, pommes de terres et bouchées croustillantes...). Bien bien.

Finir sur un café gourmand catalan (5 € ), servi avec 3 délices irrésistibles : chocolat, flan catalan et une tranche de Touron, la spécialité catalane (praliné, miel, amandes). Une tuerie !

En cadeau, faire un saut à la boutique à côté, et admirer le brasseur à travers la vitre. Si c'est pas de l'artisanat, ça...

M. aime au détour d'une route couper le moteur et pousser la porte d'un établissement. Surtout si celui-ci n'a pas la tête de l'emploi, ne fait pas couleur locale.

Tomber sur une brasserie en pays catalan, à Argelès-sur-mer, entre un lotissement et une zone commerciale, voilà le type d'incongruité qui suscite la curiosité de Monsieur. Surtout si la brasserie, en plus d'arborer le sang et or régional, se targue de prix nationaux décernés à ses produits.

La brasserie du Cap d'Ona c'est une pergola, quelques tables et un hangar où se brassent les bières servies avec les tapas.

Bières bouteille

Blonde bio, blanche, ambrée, brune et surtout la Banyuls (4,50  €).

Bières pression
50 cl : Blonde (4,50 €), ambrée (5 € ), spéciale saison (6 €)...

La bière au Banyuls (ce vin rouge doux qui fait la fierté de la région) est sans doute un bière unique en son genre puisqu'elle mèle une pils et un vin doux. Le résultat est délicat, frais, plus charpenté, un heureux mariage improbable. 

Brasserie Cap d'Ona
29 av. des Flamants Roses
66700 Argelès-sur-mer

brasserie,moins de 30 euros,bière,artisanal,locavorre,slow food,tapas,touron

brasserie,moins de 30 euros,bière,artisanal,locavorre,slow food,tapas,touron

brasserie,moins de 30 euros,bière,artisanal,locavorre,slow food,tapas,touron