26
nove

Buvette Sint-Sebastiaan à Schaerbeek

MADAME

MONSIEUR

Mme décerne à Manu le titre de Roi de la frite. Manu est chef. On le rencontre le dimanche, dans un endroit insoupçonné de la capitale. Récit.

Depuis plus d’un an, Mme se refait une santé avec  une promenade au parc Josaphat et une frite chez Manu. Ce parc, posé au creux d’une vallée où s’accrochent rochers et rocailles, voit d'étranges statues toiser les cygnes sur l’étang, tandis que deux ânes emblématiques de Schaerbeek attendant le passant.

À la Buvette Sint-Sebastiaan, chaque dimanche, Emmanuel Dache prépare des frites dorées, croustillantes, dodues, gourmandes. Sa mayonnaise maison arrache un soupir profond (un zeste de citron, de bons œufs, beaucoup de vinaigre). L’été, on s’attable en terrasse ou on picore un paquet de frites sur les pelouses. L’hiver, on réserve sa table pour goûter le plat du dimanche. Manu fait par exemple une blanquette légère, avec cette viande fondant en bouche provenant de notre boucher préféré, Wesley's.

Le chef apporte le plat et on se lèche déjà les doigts. Il lance, goguenard, que les frites sont à volonté. Manu a le sourire, la belle énergie, l’envie de faire plaisir. La première fois qu’on lui a demandé d’où tu viens, il il a répondu des Brigittines, le restaurant de Dirk Miny. Respect.

Retour à l’ambiance à la buvette, le client est riant, chaleureux, francophone ou flamand, tout mélangé, les petits sirotent un verre de Simone a soif, les grands une bière belge. David, le serveur, fait goûter la bière d’hiver, dès la première gorgée remontent des souvenirs de Noël et de douceur au coin du feu. Il arrive que le patron de la buvette Sint-Sebastiaan y déjeune en famille. Bernard Leboucq fait partie de ces entrepreneurs bruxellois autodidactes, qui ont de l’idée et du talent à revendre: c’est lui qui a lancé la fameuse Brasserie de la Senne avec son associé, Yvan De Baets.  Leurs bières connaissent un beau succès : la Taras boulba, la Zinne bir, le Brusseleir, la Jambe-de-Bois ou leur nouveauté, la Bruxellensis refermentée en bouteilles pendant 4 mois, d’autres à l’ancienne, non filtrées, non pasteurisées, sans additif.

Fort de leur succès, ces brasseurs investissent aujourd’hui dans de nouveaux bâtiments à Tour et Taxi. En attendant, le dimanche, c’est frites et boulettes, ou frites et carbonnades à la Buvette Sint-Sebastiaan!

M. aime les buvettes. Surtout si elles sont logées dans un parc et qu'elles servent de repère à des sportifs interlopes ou putatifs amateurs de convivialité et de découvertes.

Ici on vante les mérites du tir à la perche, ce tir à l'arc vertical typique des Flandres, mais aussi des bières artisanales et de la gourmandise soignée.

Un excellent spot.

Depuis 2015, le fondateur de la Brasserie de la Senne a repris la gérance du lieu. On s'y initie au tir les mercredis pour les enfants et le jeudi pour les adultes du printemps à l'automne, en été on y mange des paellas etc. Et les vendredis soir c'est Fish Party et le dimanche midi c'est frietjesdag toute l'année.

Fish Party : Tous les vendredis plusieurs propositions autour du poisson et des crustacés. Tout frais, tout maison. Pour se faire une idée de la proposition de la semaine on file sur Facebook se pourlécher les babines d'avance.

Frietjesdag :  Aux commandes Manu. Le chef mitonne un plat mijoté et des frites maison qui, il faut l'avouer, sont les meilleures de ce côté-ci de la Senne. 15€ le plat, repasse de frites incluse et mayonnaise maison qui se mangerait toute seule.

Le rendez-vous des amateurs de boulettes sauce tomate, c'est tous les premiers dimanche du mois.

Comme tout est cuisiné dehors, soit on mange à l'extérieur, soit quand les frimas sont tenaces, on s'attable à l'intérieur dans un décor au charme incomparable. Derrière les pompes, David sert des bières selon vos goûts ou confectionne des Irish coffees qui ouvrent les portes de la perception et de la sieste dominicale...

 

Buvette Sint-Sebastiaan
Parc Josaphat
Avenue Ambassadeur Van Vollenhoven
1030 Schaerbeek

Lu-Ma-Me : 15-20h / Je-Ve : 15-22h / Sa : 14-20h / Di : 12h-20h

Prix : 15€/adulte et 9€/enfant. Réservations possibles via buvettesintsebastiaan@gmail.com.

buvette, parc, frites, dimanche, coup de coeur, moins de 25 euros, moins de 50 euros, moins de 75 euros, schaerbeek, bruxelles, resto

Voici Manu, le Roi de la frite. Et depuis qu'on a goûté son veau, on dit juste chapeau !

buvette, resto, dimanche, parc, bruxelles, moins de 50 euros, moins de 25 euros, moins de 75 euros, coup de coeur, frites, bière, brasserie

A côté de la buvette, les membres de la Gilde de St Sebastiaan tirent parfois à l'arc

buvette, resto, dimanche, parc, bruxelles, moins de 50 euros, moins de 25 euros, moins de 75 euros, coup de coeur, frites

Le parc Josaphat, l'un des plus charmants de Bruxelles

 

26
juil

Mme & M. chez Léon de Bruxelles


MADAME

MONSIEUR

Mme voulait goûter aux moules de la saison, qui viennent d'arriver chez Léon !

Une institution où elle n'osait plus mettre les pieds depuis des lustres, craignant d'être déçue par les foules touristiques. Accueillie par le maître d'hôtel, Monsieur Mario, grand homme fier et élégant, Mme se sent à l'aise. Elle prend place là où Sacha Guitry et Juliette Gréco ont leur nom, à la table du patron.

C'est sûr, les murs de ces 9 maisons accolées les unes aux autres (!) ont de quoi raconter: photos de la dynastie de la famille, des clients célèbres et des menus d'antan où la croquette de crevettes grises était à 2 francs. Zwanze bruxelloise aussi, malgré le flot de gourmands japonais et espagnols attirés par le cachet et l'excellent rapport qualité-prix (on fait la queue dans la rue, nous dit-on, le samedi soir).

Mais Léon, c'est bon. D'abord, les moules parquées, servies avec la sauce dite des pauvres, du nom du vieux quartier des "Marolles" (moutarde, poivre, eau) très bien. Les moules de Zélande peuvent se permettre d'être servies crues, car elles sont certifiées par un vétérinaire. Pure qualité.

Suit une énorme sole grillée, à la chair ferme et délicate, accompagnée de pommes vapeur et de haricots verts extra fins au beurre. Parfait. Enfin, le vin conseillé par Mario, un Pouilly-Fumé Les Duchesses, domaine Laporte, 2011, parfait ce repas.

Mme est contente, elle commande un pain perdu aux fraises, légèrement croustillant et copieux.

L'expérience est bonne, le mythe Léon reste intact. Si Mme a des amis étrangers qui déboulent en tribu, elle n'hésitera pas à les emmener chez Léon. La capacité ? 400 couverts !

 

 

L'été M. n'est plus un hipster. Fini la course aux endroits nouveaux, aux fornostars et aux étoiles. M. aime parcourir sa ville en suivant la foule des touristes pour goûter aux classiques. Il consent dès lors à manger rue des Bouchers mais fait quand même valoir une simple exigence: l'enseigne doit au minimum avoir 120 ans. 

Chez Léon donc !

Bonne pioche pour se faire plaisir avec des moules de Zélande de juillet à mi-avril. Zwanzer avec les serveurs et écouter Monsieur Mario (46 ans de maison et pensionné depuis 2009 mais toujours en salle les mercredi et jeudi) détailler l'histoire du lieu, les secrets de cuisine ou bien l'admirer poser pour les photographes japonais. Et quelle belle moustache !

Si la rue des Dominicains se visite quasi les yeux fermés, la rue des Bouchers comporte toujours son lot de lieux interlopes, mais un contrôle rigoureux des autorités limite le racolage et a fait disparaître les étals à poissons qui annonçaient le mixte de fin de service ou la soupe du lendemain. La tchatche en moins, ces lieux perdent de leur factice superbe et Léon, néons et tabliers verts au vent, à cheval sur les deux artères, vibre comme l’épicentre de l’Îlot Sacré.

Pour l’assiette M. était très très moule. En entrée les parquées sauce Marolles, avec ce petit « trop » de poivre qui met le feu aux papilles une fois qu’elles se sont habituées au vinaigre et à la moutarde. Un crescendo que l’on déguste bien après que la dernière moule crue fût gobée. Si bien que l’on y retourne avec un morceau de pain pour prolonger la sensation et le plaisir. Comme Mme était généreuse, on a partagé aussi une assiette de croquettes de crevettes qui se marient particulièrement bien avec la sauce Marolles. 

En plat, des moules au vin blanc, cuites parfaitement, les légumes et le jus aussi. Des frites, de la mayonnaise en accompagnement. Au final des craquements, des chuintements, des lapements et beaucoup de plaisir.

Si on est en famille, les enfants de moins de 12 ont un menu gratuit et le dimanche, c'est moule à volonté dès 18h30. Et si la tradition était la nouvelle hype ?

Chez Léon
Rue des Bouchers 18
B-1000 Bruxelles
+32 2 511 14 15
welcome@leon1893.com
Ouvert tous les jours de l'année.
Dimanche au jeudi de 11h30 à 23h00 et vendredi et samedi de 11h30 à 23h30.

moules,frites,spécialité belge,léon,bruxelles,touristique,institution,tradition,belgitude

moules,frites,spécialité belge,léon,bruxelles,touristique,institution,tradition,belgitude