07
sept

Ouverture du 1898 The Post Hôtel à Gand

MADAME

MONSIEUR

Mme et Gand, c’est une histoire d’amour. Quand on l’invite à découvrir un hôtel flambant neuf au cœur du quartier historique, elle est la première à s’y rendre. L’ancien Hôtel des Postes et des Télégraphes de Gand, emblématique, vient d’être rénové en hôtel luxueux. Il se nomme 1898 The Post et recèle de surprises.

Après avoir poussé la grille, voici une cour fleurie, un escalier mystérieux, puis la réception et son décor, qui s’installe comme une histoire : des objets, des antiquités chinées par Géraldine Dohogne, ponctuent la déambulation dans cet établissement pas comme les autres. Chaque pièce semble avoir été pensée comme un décor de film de la Belle-Epoque. Un fauteuil crapaud, une bergère vous invitent à lire un beau-livre, à vous prélasser dans un recueil de Lamartine et à vous croire dans un jeu de Cluedo. Chaque chambre (nommée timbre, lettre ou paquet en fonction de sa taille) a en effet un côté personnel, avec peinture d’époque, papillons sous cloche, lettres anciennes trainant sur le bureau, malles, tables tripodes, plans de l'architecte Louis Cloquet… On n'attend plus que la visite du Colonel Moutarde ou de Melle Rose. Le luxe des détails saute aux yeux, attire la caresse : draps en coton belge, rideaux en laine, plaid et serviettes de bain moelleuses...

Le bar The Cobbler
Au bar, ils ont fait fort : engager Jurgen Nobels, élu meilleur barman de Belgique 2015. Son cocktail de prédilection pour l’occasion, The Cobbler (qui donne le nom au bar) à base de sherry et d’orange était frais et désaltérant, peu sucré. Mme apprécie aussi l’idée d’ajouter à la carte de boissons des cocktails desserts et une sélection de tapas succulents (charcuterie Dierendonck, anchois, sardines, pain et fromage à l’ortie du marché local, pickles maison et sauce à l'ail noir).

Et que dire du service proposé par le concierge, un bateau qui emmène les hôtes sur les canaux ? A la nuit tombée, M. tend la main à Mme pour qu’elle saute avec lui sur le navire et vogue dans ce qu’ils conçoivent comme la plus belle ville de Flandre, dont les façades illuminées jouent de leur magnificence.

1889 The Post, une expérience inoubliable.

Au coeur de Gand, sur les rives de la Lys le bâtiment de l'ancienne poste a un cachet néogothique qui attire le regard. Clochetons, statues, mille détails titillent l'oeil.

Rénové et repensé le vaste bâtiment héberge des commerces et depuis peu un hôtel dont la gestion est confiée au groupe Zannier Hotels d’Arnaud Zannier

Les hôtels Zannier sont peu nombreux, très qualitatifs et visent à harmoniser bâti, décoration et art de vivre. 

A Gand le 1898 The Post explore donc des ambiances fin XIXe où l'on peut se laisser rêver à croiser les héros de Jules Verne ou Arthur Conan Doyle.

M. a beaucoup apprécié la nuit à l'hôtel 1898 The Post. Chambre très confortable, insonorisation de qualité, on jouxte les lieux les plus animés de la ville sans en percevoir les potentielles nuisances, une gageure !   

Les éléments de décoration présents dans les chambres peuvent s'acheter et s'emporter et l'on découvre une liste de prix pour une valise en cuir, une loupe, des objets de vitrine qui donnent ce cachet particulier aux chambres.

Au matin, le petit-déjeuner se prend dans le bar de l'hôtel. Un chef y cuisine des œufs selon vos desideratas.

Ce bar est à lui seul une attraction et draine une foule enthousiaste depuis son ouverture. Jurgen Nobels, barman reconnu et primé, y mixe des cocktails classiques accompagnés de tapas locaux.

Les présentations sont impeccables et, malgré le succès, le service diligent. 

Dans une ville où les bars ne manquent pas, The Cobbler réussi l'exploit de se faire une place de choix dans le pré carré des bars à cocktails dès son ouverture.

 


 1898 The Post Hôtel
Graslei 16
B - 9000 Ghent
T. + (32) 9 391 53 79

www.zannierhotels.com/1898thepost

gand,hôtel,coup de coeur,belgique,voyage,bar,barman,cocktail,architecture,tapas,week-end,flandre

La façade néo-gothique de l'ancienne Poste, bien connue des Gantois, sur le Graslei

gand,hôtel,coup de coeur,belgique,voyage,bar,barman,cocktail,architecture,tapas,week-end,flandre

Le bar The Cobbler ne désemplit pas, le soir, grâce à la réputation de Jurgen Nobels. (photo: au petit déjeuner, c'est plus calme)

gand,hôtel,coup de coeur,belgique,voyage,bar,barman,cocktail,architecture,tapas,week-end,flandre

The Honesty bar, réservé aux clients de l'hôtel d'après un concept ancien qui implique que les visiteurs notent leurs consommations sur un papier et prennent un verre en toute intimité dans cette alcôve. Chic ultime.

gand,hôtel,coup de coeur,belgique,voyage,bar,barman,cocktail,architecture,tapas,week-end,flandre

 Dramatique, le grand escalier de 1900

gand,hôtel,coup de coeur,belgique,voyage,bar,barman,cocktail,architecture,tapas,week-end,flandre

A droite, le barman Jurgen Nobels, embauché par le groupe Zannier Hotels

gand,hôtel,coup de coeur,belgique,voyage,bar,barman,cocktail,architecture,tapas,week-end,flandre

The Cobbler, un cocktail créé en 1862 dans The Bartender's guide

gand,hôtel,coup de coeur,belgique,voyage,bar,barman,cocktail,architecture,tapas,week-end,flandre

Une chambre "Letter" cosy. Tous les objets sont en vente, même le Scrabble
 

02
juil

Un week-end à Gand: que faire, que voir ?

 


Gand, c’est la ville flamande favorite de Madame et Monsieur.
Une ville médiévale, contemporaine, piétonnière, estudiantine, créative, gourmande, pleine de promesses. On s’y sent bien, on a envie de s’y promener, de s’asseoir à l’une de ses tables réputées, de flâner dans ses fameux musées, de tremper les pieds dans l’eau au bord de ses canaux, de faire la fête dans ses bars et d’y goûter bières et genièvres locaux. Gand, c’est une ville ouverte sur le monde, avec une histoire de mille ans, des gens à fort caractère (koppig ou têtus) si attachants.

Gand, c’est la ville de Jan Hoet (le conservateur du SMAK, qui créa en 1986 "Chambres d’amis ", un parcours où l’art contemporain s’invitait chez les habitants) c’est aussi la ville de l’empereur Charles Quint (1500-1558). Et du chef Kobe Desramault (il vient d’y ouvrir son resto Chambre Séparée, tiens, encore une chambre) et d'une pléiade de Flemish Foodies.

Gand, C’est une ville à haute résonance artistique, chaque ruelle en témoigne ou presque. Cité des écrivains Caroline De Mulder, Suzanne Lilar, Maurice Maeterlinck et Jean Ray, du chorégraphe Alain Platel, des peintres Frits van den Berghe et Gustave van de Woestijne, des sculpteurs George Minne et Georges Van der Straeten (arrière grand-oncle de Madame)… Gand est surtout la ville de "L’Agneau mystique", chef d’œuvre des frères van Eyck et de la peinture primitive qu'il faut voir dans la cathédrale Saint-Bavon.  Gand c’est un esprit, une attitude, une déclaration de liberté face à la monotonie.

chateau, moyen-age, gand,gent,flandre,design,musee,weekend,coup de coeur,canaux,peinture,art,bars,belgique

Le château des Comtes de Gand (Gravensteen) se visite

gand,gent,flandre,design,musee,weekend,coup de coeur,canaux,peinture,art,bars,belgique

Farniente au bord de la ville d'eau...



Que voir à Gand lors d’un week-end ?

- Le Coup de cœur de Monsieur : foncez au Musée du design de Gand !
Dans une rue pittoresque (Jan Breydelstraat 5) ce bâtiment classique avec cour intérieure a été rénové. Il renferme une collection de design et une partie consacrée aux expos contemporaines. Ne manquez pas l’extraordinaire expo "Envers/Endroit" sur les frontières de l’art et du design textile. Jusqu’au 11 octobre 2017. On peut toucher des œuvres.

gand,gent,flandre,design,musee,weekend,coup de coeur,canaux,peinture,art,bars,belgique
Rideau en toile de Jouy et vue sur la rue Jan Breydel et son canal. Partie ancienne du Design Museum.

gand,gent,flandre,design,musee,weekend,coup de coeur,canaux,peinture,art,bars,belgique


- Le Coup de cœur de Madame : Le Musée du Docteur Guislain.
Un peu excentré, cet ancien hôpital psychiatrique (18e) vaut déjà la peine de s’y promener pour son architecture remarquable. Transformé en musée, ce cloitre renferme une effrayante collection d’archives sur l’histoire de la psychiatrie et de machines qui "soignaient" les fous. Belle collection d’art brut. Magnifiques expos sur la création et la folie.

gand,gent,flandre,design,musee,weekend,coup de coeur,canaux,peinture,art,bars,belgique

gand,gent,flandre,design,musee,weekend,coup de coeur,canaux,peinture,art,bars,belgique

Saisissants, ces instruments de torture, non?


Les marchés
Place du Kouter : chaque matin, marché aux fleurs.
Place Sint-Jacobs, le marché aux puces chaque vendredi, samedi et dimanche matin

Food markets
Le nouveau Holy Food Market : sur la Beverhoutplein, dans une ancienne chapelle du 16e siècle, plusieurs échoppes mélangent la luxury food (huîtres, tapas, chocolats Darcis) et la food populaire (glaces Magnum, pasta). On n'est pas convaincus par le choix des aliments.

Het Hinkelspel : une fromagerie artisanale. On y trouve aussi du pain, des produits laitier, des quiches, des confitures, des vins bio(dynamiques) … Lousbergkaai 33

Be O-Markt : un marché de producteurs bio (vente directe), où l'on peut aussi déjeuner vegan et boire un café.
  

food market, gand,gent,flandre,design,musee,weekend,coup de coeur,canaux,peinture,art,bars,belgique

Le Holy Food Market a élu domicile dans une ancienne chapelle

Les festivals de Gand
Gent smaakt : en mai, sous les halles, un food market sympa avec de bons produits.
Les Gentse feesten : toute la ville festoie et danse sur la musique en plein air. Du 21 juillet au 30 juillet 2017.

cafe, gand,gent,flandre,design,musee,weekend,coup de coeur,canaux,peinture,art,bars,belgique

Le café Gitane, l'un des plus anciens de Gand (à gauche)

Où manger ?
JEF restaurant : cuisine d'auteur, produits locaux, décontracté.
Roots : du même style, tendance végétale en prime
Midtown Grill: les meilleures viandes, y compris celle de Dierendonck
Volta : bel endroit, bonne cuisine mais service nonchalant


Où boire un verre?
't Dreupelkot
: un bar sans âge, une collection de genièvres à boire d'un coup (shots).
Café Gitane : un très vieux café dans son jus, années '30, sur Meerseniersstraat 9. Bières artisanales.
The Drifter : un tikki bar à cocktails, ambiance Hawaï bon enfant. Oudburg 47
Jigger's : l'un des meilleurs barman du pays, Oudburg 16


Où loger à Gand?
Gent Marriott Hotel : Chic. Hôtel**** avec vue imprenable sur les canaux.

La péniche B3 (Bed and breakfas Boat) : 110 euros la nuit dans la chambre du capitaine. Petit déj sur la terrasse du bateau. Pour Bobos-romantiques.

peniche, bed and breakfast, gand,gent,flandre,design,musee,weekend,coup de coeur,canaux,peinture,art,bars,belgique

La terrasse du B3 (Bed and breakfas Boat) sur un canal calme, à 10 minutes à pied du Gravensteen

gand,gent,flandre,design,musee,weekend,coup de coeur,canaux,peinture,art,bars,belgique

29
juin

Restaurant JEF à Gand

MADAME

MONSIEUR

Mme trouve que ce petit resto a tout d’un grand, le dikke nek en moins. C’est-à-dire qu’il ne se prend pas au sérieux et n’a pas besoin d’un décor modieus (dernier cri et imposant, du style Volta) pour se faire apprécier.

JEF, c’est bon, c’est décontracté. Le service est cool, prend le temps de s’enquérir de vos désirs et de s’y tenir.

Mme s’est réjouie de ce repas, un maquereau fumé en entrée, puis du sébaste - noisettes - bettes et une sauce au jus de homard, huile de crabe, vinaigre et ail. Quel régal ! Et ce vin de Loire nature, Silex du domaine Didier Dagueneau à 32 €, bien minéral, bien sec.

Elle ne s’est pas fait prier pour prendre un café glacé. Coup de foudre, merci JEF.

 M. a tout aimé. Le service, la pils artisanale 13, les portions généreuses, la cuisine pas alambiquée mais avec du travail et de la variété dans le traitement d'un même produit (3 états d'asperges dans une même assiette avec du porc et une émulsion), ou cette bouillabaisse déconstruite où le bouillon est sauce, le poisson en filet et les légumes se la jouent chimichurri rouge, même le départ des voisins bruyants.

C'est très gezellig, décontracté, chic et agréable pour tenter d'approcher de cette coolitude nordique.

Une belle adresse ce J.E.F., acronyme de Jason en Famke, avec une équipe minimale en cuisine et en salle, à l'image d'un duo qui donne le meilleur de lui-même pour que le repas se passe sous les meilleurs auspices. 

De quoi entrer dans un mood festif et filer plus au centre encore boire des cocktails chez Jigger's ou The drifter...

 

J.E.F.
Lange Steenstraat 10
B - 9000 Gent

Tel. + 32 (0)9 336 80 58

gand, resto, restaurant, gastro, gastronomie, chef, gent, flandre, coup de coeur

coup de coeur,moins de 100 euros,resto,gand,restaurant,gastro,chef,flandre

 

18
nove

WY, la table bruxelloise de Bart De Pooter



Mise à jour du 18 novembre 2013 :

Mme & M. ont appris que Bart de Pooter vient de décrocher une nouvelle étoile. Cette fois, c'est pour son restaurant de Bruxelles, le Wy. Le chef nous a chuchoté, il y a quelques jours, que les clients du Wy Brussels sont en majorité flamands. Normal, vu la réputation de Bart en Flandre avec De Pastorale**. Alors, les Bruxellois, allez-y !

MADAME

MONSIEUR

Mme avait rencontré Monsieur De Pooter, lors d'un atelier culinaire (voir l'interview express en 2012). Alors, quand l’un des grands de Flandre s’installe au cœur de la capitale, Mme accourt et emmène M.

Bart est un chef accessible, sympathique, qui attire le beau monde. Tout Bruxelles va-t-il bientôt succomber au Wy ? Grand Sablon, c’est chic. Mais pourquoi donc élire domicile dans un showroom Mercedes Benz ? Rentabilité et diminution de prises de risque obligent. Surtout si l'on se souvient du resto des MRBAB du chef Peter Goossens, situé à quelques pas de là : il a fermé en un éclair.

Ceci dit, le cadre n’a pas déplu à Mme, amusée par le spectacle des cuisines ouvertes, transparentes, où l’on suit les gestes précis des chefs affairés à leurs fourneaux hig tech Electrolux. Et quand il s’agit de Bart de Pooter, rien n’est laissé au hasard. Saviez-vous d'ailleurs que la mode des cuisines ouvertes a été lancée dans les années 70, par le père de A. S. Pic (la cheffe la plus étoilée de France) Jacques Pic à Valence ?

Pour la déco, le choix des œuvres d’art mise sur le contemporain sans risque (toiles de Combaz, affiche de Villeglé...) le mobilier blanc et les jeux de néons, l'ensemble faisant bon ménage. Le large bar appelle à s'y frotter.

Le repas
Tout commence avec les mises en bouches d’une délicatesse rare, pain maison et petits "pots de gras" d’un raffinement complexe - Bart De Pooter sait y faire, même avec le bon gras.

L’entrée : huîtres Gillardeau, avec dashi et infusion de verveine (23 €), exquis. Pour suivre, un beau filet de carrelet parfaitement cuit, servi avec une rouille inoubliable et des couteaux, d’une fraîcheur implacable (29 €).

Au dessert, le Wy Not décline une palette de saveurs sucrées et exotiques, allant de la carotte, la mangue, l’orange au fruit de la passion très concentré (12 €). Un régal ! Dès que Mme a un business lunch ou une soirée entre femmes, elle retourne au Wy !


M. n'est pas un fondu de voitures. Il n'avait donc jamais prêté attention au brand-shop Mercedes du Grand Sablon. Voilà qu'un stratagème marketing de la marque à l'étoile modifie la donne puisque le constructeur automobile a confié les cuisines du restaurant à une sacrée brochette d'étoilés flamands.

Bart De Pooter, meilleur chef belge 2012 selon le Gault&Millaut, arborant 2 étoiles Michelin grâce à son établissement De Pastorale à Reet, tente l'aventure bruxelloise.

La carte du WY porte une seconde signature, particulièrement pour la finger food et les accords avec les cocktails, Wouter van der Vieren qui retrouve les commandes d'une cuisine après la faillite du Clandestino grâce auquel il avait obtenu une étoile Michelin. Le service est aux mains d'une équipe franco-monégasco-flamande zelée.

Et il faut avouer que tant de savoir-faire ne laisse pas de marbre et se ressent dans l'assiette. Le concept n'est sans doute pas de décrocher des étoiles au WY mais bien de s'enraciner dans une ville qui n'a pas l'habitude de faire de cadeaux aux bekende chefs qui s'y frottent.

On est donc dans une cuisine réaliste, accessible, avec un travail et un prix modéré (36€ le menu 3 services, 60€ pour les 5 services) mais sans concession quant à la qualité des produits : des viandes mûries, des herbes et poissons frais, des légumes à la cuisson parfaite, de la technique (fumaison) aussi pour titiller les sens.

Les assiettes sont équilibrées, la palette des textures est complète, le goût du détail révèle un raffinement rare (les beurres et saindoux travaillés qui accompagnent les gressins, touchent au sublîme). 

M. a choisi à la carte les escargots servis avec un jaune d'oeuf fumé, un anneau d'épinard, du cresson et de l'ail. 

Comme plat de résitance faux-filet de Holstein, faisandée (sic) 6 semaines, aubergine, pomme de terre, sauce béarnaise. Cette dernière est aérienne et nape un viande à la tendreté et au goût incomparable. Elle est si légèré (une gageure pour une béarnaise) que M. a fini la saucière à la cuillère.

Les vins se sont commandés au verre sur les conseils avisés du chef de partie. 

La maison propose aussi un breakfast, un brunch et un lunch, le bar est pléthorique. Il faudra y retourner.

Restaurant WY
Rue bodenbroek 22 24
1000 Bruxelles
02/400 42 63

resto, étoilé, Michelin, GaultMillau, bar, cocktail, belge, chef, bruxelles, voiture, Mercedes, terrasse, menu 36€

resto, étoilé, Michelin, GaultMillau, bar, cocktail, belge, chef, bruxelles, voiture, Mercedes, terrasse, menu 36€resto, étoilé, Michelin, GaultMillau, bar, cocktail, belge, chef, bruxelles

resto, étoilé, Michelin, GaultMillau, bar, cocktail, belge, chef, bruxelles, voiture, Mercedes, terrasse, menu 36€

resto, étoilé, Michelin, GaultMillau, bar, cocktail, belge, chef, bruxelles, voiture, Mercedes, terrasse, menu 36€