18
nove

WY, la table bruxelloise de Bart De Pooter



Mise à jour du 18 novembre 2013 :

Mme & M. ont appris que Bart de Pooter vient de décrocher une nouvelle étoile. Cette fois, c'est pour son restaurant de Bruxelles, le Wy. Le chef nous a chuchoté, il y a quelques jours, que les clients du Wy Brussels sont en majorité flamands. Normal, vu la réputation de Bart en Flandre avec De Pastorale**. Alors, les Bruxellois, allez-y !

MADAME

MONSIEUR

Mme avait rencontré Monsieur De Pooter, lors d'un atelier culinaire (voir l'interview express en 2012). Alors, quand l’un des grands de Flandre s’installe au cœur de la capitale, Mme accourt et emmène M.

Bart est un chef accessible, sympathique, qui attire le beau monde. Tout Bruxelles va-t-il bientôt succomber au Wy ? Grand Sablon, c’est chic. Mais pourquoi donc élire domicile dans un showroom Mercedes Benz ? Rentabilité et diminution de prises de risque obligent. Surtout si l'on se souvient du resto des MRBAB du chef Peter Goossens, situé à quelques pas de là : il a fermé en un éclair.

Ceci dit, le cadre n’a pas déplu à Mme, amusée par le spectacle des cuisines ouvertes, transparentes, où l’on suit les gestes précis des chefs affairés à leurs fourneaux hig tech Electrolux. Et quand il s’agit de Bart de Pooter, rien n’est laissé au hasard. Saviez-vous d'ailleurs que la mode des cuisines ouvertes a été lancée dans les années 70, par le père de A. S. Pic (la cheffe la plus étoilée de France) Jacques Pic à Valence ?

Pour la déco, le choix des œuvres d’art mise sur le contemporain sans risque (toiles de Combaz, affiche de Villeglé...) le mobilier blanc et les jeux de néons, l'ensemble faisant bon ménage. Le large bar appelle à s'y frotter.

Le repas
Tout commence avec les mises en bouches d’une délicatesse rare, pain maison et petits "pots de gras" d’un raffinement complexe - Bart De Pooter sait y faire, même avec le bon gras.

L’entrée : huîtres Gillardeau, avec dashi et infusion de verveine (23 €), exquis. Pour suivre, un beau filet de carrelet parfaitement cuit, servi avec une rouille inoubliable et des couteaux, d’une fraîcheur implacable (29 €).

Au dessert, le Wy Not décline une palette de saveurs sucrées et exotiques, allant de la carotte, la mangue, l’orange au fruit de la passion très concentré (12 €). Un régal ! Dès que Mme a un business lunch ou une soirée entre femmes, elle retourne au Wy !


M. n'est pas un fondu de voitures. Il n'avait donc jamais prêté attention au brand-shop Mercedes du Grand Sablon. Voilà qu'un stratagème marketing de la marque à l'étoile modifie la donne puisque le constructeur automobile a confié les cuisines du restaurant à une sacrée brochette d'étoilés flamands.

Bart De Pooter, meilleur chef belge 2012 selon le Gault&Millaut, arborant 2 étoiles Michelin grâce à son établissement De Pastorale à Reet, tente l'aventure bruxelloise.

La carte du WY porte une seconde signature, particulièrement pour la finger food et les accords avec les cocktails, Wouter van der Vieren qui retrouve les commandes d'une cuisine après la faillite du Clandestino grâce auquel il avait obtenu une étoile Michelin. Le service est aux mains d'une équipe franco-monégasco-flamande zelée.

Et il faut avouer que tant de savoir-faire ne laisse pas de marbre et se ressent dans l'assiette. Le concept n'est sans doute pas de décrocher des étoiles au WY mais bien de s'enraciner dans une ville qui n'a pas l'habitude de faire de cadeaux aux bekende chefs qui s'y frottent.

On est donc dans une cuisine réaliste, accessible, avec un travail et un prix modéré (36€ le menu 3 services, 60€ pour les 5 services) mais sans concession quant à la qualité des produits : des viandes mûries, des herbes et poissons frais, des légumes à la cuisson parfaite, de la technique (fumaison) aussi pour titiller les sens.

Les assiettes sont équilibrées, la palette des textures est complète, le goût du détail révèle un raffinement rare (les beurres et saindoux travaillés qui accompagnent les gressins, touchent au sublîme). 

M. a choisi à la carte les escargots servis avec un jaune d'oeuf fumé, un anneau d'épinard, du cresson et de l'ail. 

Comme plat de résitance faux-filet de Holstein, faisandée (sic) 6 semaines, aubergine, pomme de terre, sauce béarnaise. Cette dernière est aérienne et nape un viande à la tendreté et au goût incomparable. Elle est si légèré (une gageure pour une béarnaise) que M. a fini la saucière à la cuillère.

Les vins se sont commandés au verre sur les conseils avisés du chef de partie. 

La maison propose aussi un breakfast, un brunch et un lunch, le bar est pléthorique. Il faudra y retourner.

Restaurant WY
Rue bodenbroek 22 24
1000 Bruxelles
02/400 42 63

resto, étoilé, Michelin, GaultMillau, bar, cocktail, belge, chef, bruxelles, voiture, Mercedes, terrasse, menu 36€

resto, étoilé, Michelin, GaultMillau, bar, cocktail, belge, chef, bruxelles, voiture, Mercedes, terrasse, menu 36€resto, étoilé, Michelin, GaultMillau, bar, cocktail, belge, chef, bruxelles

resto, étoilé, Michelin, GaultMillau, bar, cocktail, belge, chef, bruxelles, voiture, Mercedes, terrasse, menu 36€

resto, étoilé, Michelin, GaultMillau, bar, cocktail, belge, chef, bruxelles, voiture, Mercedes, terrasse, menu 36€



 

 

10
juil

Hortense Spirits & Cocktails, mélancolie en sous-sol

MADAME

MONSIEUR

Mme voudrait donner à Hortense une deuxième chance. La première fois ne fut pas la bonne. Des caves, elle en a déjà vu, surtout au Sablon. Des barmens en herbe aussi. Des cocktails classiques, itou.

Rien ne l'a vraiment surprise dans ce sous-sol à la musique tonitruante. Il parait que les serveuses sont plus avenantes que le barman.

Mme retournera chez Hortense, histoire de vérifier si.

Pour mémoire, elle aime ces bars à cocktails à Bruxelles : Crystal Bar, Idiz Bogam The Dominican, et la terrasse panoramique du Viage. 

Et elle vient d'apprendre que Hector De la Rosa du Thon Hôtel EU à Bruxelles, est classé 3e au concours mondial Disaronno Mixing Star 2013.

Et à Anvers ? Le SIPS. Et à Gand ? Jigger's, les maîtres de la mixologie.

M. trouve un beau potentiel au lieu. Cave voutée en brique, cocktails amers, gin. 

Par contre la musique sort un peu de nulle part, le barman est pour le moins difficile à suivre, si pas versatile, l'ambiance générale manque de chaleur.

C'était un mercredi, nous étions 3 au bar et une alcôve accueillait des business men en fin de service, les vers mystérieux de Rimbaud imprimés au dos du menu ne permettent pas plus d'éclairer le concept qui anime le lieu* que les conversations intermittentes du barman. Les soupirails jettent à la belle saison une lumière un peu crue sur le dénument général du lieu.

Seul le bar semble proposer un peu de chaleur. A la carte un Other woman cocktail de vermouth, bitter et champagne et un Dessert au Neptune fait de pamplemousse, orange sanguine et sloe gin. Très bon mais sans aucun décorum.

Le traitement sans chichis, sur l'os, renforce le sentiment de dédain et de peu d'intérêt pour ses hôtes. M. ne plaide pas pour un traitement baroque roccoco du cocktail, mais il avait l'impression de boire un coup en sous-sol, plutôt que de découvrir un lieu habité d'une intention. Dommage. 

*Si vous cherchez sur le net vous trouverez sur Hortense des explications assez cocasses.


H Hortense
Rue des Sablons 7

 


1000 Bruxelles
Tél. 02 514 43 47


Ouvert de 18h à minuit.

 

F

ermé lundi & mardi

bar, cocktail, bartender, barmen, Bruxelles, champagne, Sablon

 

09
avri

Cointreau Fizz garden, bar pop up fleuri

MADAME

MONSIEUR

A la veille du printemps, Mme sort au Cointreau Fizz garden. Ça sonne bien. Féérique ? Un brin. Poétique ? Plutôt kitsch. Du faux gazon, des guirlandes de fleurs en tissu et au naturel (l'artiste Thierry Boutemy) du mobiler de jardin rétro en fer forgé, quelques coussins colorés et une balancelle… Peuplé de jolis monsieurs et demoiselles, c’est LE pop up bar du printemps. Ephémère, il ne dure que 5 semaines. Musical, il reçoit des DJ’s fameux. Mixologue, il propose un florilège de cocktails à base du divin breuvage.

Originale, l’idée d’ouvrir la verrière d’une banque fermée depuis naguère ! La CGER - FORTIS face à l’Hôtel SAS, et à deux pas du  Belga Queen. L’archi art déco signée Alban Chambon et Henri Beyaert vaut le détour.

Mme a siroté le fameux Cointreau Fizz garden, jus de citron vert, eau pétillante, champagne Piper Heidsieck, menthe sirop de sureau, pétale de fleur de pensée. Frais, mais tout cela ne nous a pas apporté le printemps. Finalement, le favori de Mme reste le Cointreaupolitan, qui fait tourner les têtes des filles.

M. a un peu exagéré, devisé, papoté, polémiqué, ri avec tout ce qui pouvait passer à portée de sa voix et de ses oreilles. Le Cointreau le rend curieux et loquace.

D'autres s'adonnent à la contemplation, la séduction ou la danse, selon les heures, les imbibements et l'imbibition générale.

Bar à cocktail (s mais faut-il y mettre un s ?), les doses sont chiches, les glaçons flateurs. De 9 à 11€ pour des variations sur le Cointreau, plus ou moins florales, végétales ou viriles selon les adjuvants.

C'est trendy en diable, éphémère donc urgent, mais il faut être sur la guest list, s'annoncer, slalomer entre les chantiers et les no man's land du centre. Le quartier des bas-fond bien que (re-)bruxellisé reste peu glamour.

Il est des bars plus établis où l'offre est plus variée, l'accueil plus chaud (n'abandonnez pas toutes vos couches au vestiaire, les halls de banque sont plein de courants d'air), sans doute moins bien sonorisés par des DJ choisis, mais ce Fizz garden ne dure que le temps d'une rose, on lui pardonnera donc ces quelques épines.

Cointreau Fizz garden
Rue Fossé aux Loups, 48
1000 Bruxelles
Ouvert les jeudis, vendredis et samedis jusqu'au 20 avril 2013.
Pour vous inscrire il suffit de vous rendre sur le site

bar, cointreau, Fizz garden, pop up bar, art deco, Thierry Boutemy, Bruxelles, mixologie, cocktails, gratuit

bar, cointreau, Fizz garden, pop up bar, art deco, Thierry Boutemy, Bruxelles, mixologie, cocktails, gratuitmixologie,cocktails,bar,pop up bar,bruxelles,moins de 12 euros,fun,cointreau,jardin,fleurs,thierry boutemy

04
janv

Le bar Idiz Bogam

MADAME

MONSIEUR

Mme papillonne chez Idiz Bogam depuis qu'elle a l'âge de chausser des bottes rétro à talons hauts et d'enfiler des robes fifties, que sa directrice d'école catholique jugeait frivole. Mme se souvient de l'ancienne enseigne rue Dansaert et de ses 20 ans.

Un soir de décembre, par hasard, Monsieur attire Madame par une porte entrebaîllée...

Au bar, l'ambiance mise sur les tons foncés, le laqué noir, tapis plein léopard et sièges de velours ou cuir marron. Mme fond.

En dégustant un cosmopolitan, son imagination divague devant les figurines kitsch (main géante sortie d'Orange Mécanique, animaux jungle) en passant par les délires du Space style déco seventies...

Ne résiste pas à tendre l'oreille - conversation de voisins entre une célèbre créatrice de lingerie fine et son mannequin, accompagnées de messieurs distingués) et papote avec M. Bogam de restauration de mobilier et du fanzine de son associée, Jacqueline Ezman, "à lire avant de mourir" à propos de La Fin du monde qui n'a pas eu lieu.

Monsieur aime le brol, lui dont les ancètres ont arpenté les trottoirs de la rue Haute depuis des lustres.

Un soir de visite au Ploegmans (le meilleur os à moëlle de la Capitale), le lit en velours bleu de la devanture voisine d'Idiz Bogam avait attiré la curiosité du couple d'adultes.

La porte d'entrée du magasin semblait disjointe. Nous l'avons poussée, à l'intérieur un bar nous tendait ses verres.

La déco de bric et de broc, les tirages limités des photos du Space Project de Vincent Fournier donnent au lieu son charme, son cachet, l'accueil bon teint assure une appropriation décomplexée de l'espace, tout va bien se passer.

Les cocktails sont à moins de 9€, bien servis et frais.

The place to be, en plus il y a un fanzine à feuilleter.

 

Idiz Bogam bar et boutique
Rue Haute, 180-182
1000 Bruxelles
Tél. 02 512 10 32

bar, cocktails, cocktail, gin fizz, cosmopolitan, déco, kitsch, bruxelles, seventies, sixties, fifties, eighties, style, rétro, vintage

bar, cocktails, cocktail, gin fizz, cosmopolitan, déco, kitsch, bruxelles, seventies, sixties, fifties, eighties, style, rétro, vintage