01
déce

Restaurant François à Bruxelles: gagnez un bon de 50€

MADAME

MONSIEUR

Mme n'était jamais allée chez François, maison de poisson bien connue des Bruxellois. Dans le même genre que Les Armes de Bruxelles (la même famille Veulemans était à l'origine propriétaire des deux enseignes), François a un côté chic (service voiturier et bientôt limousine) et imparable dans la qualité de ses produits : produits frais, crevettes grises épluchées devant vous à la main... Et le plateau François, langoustines, crevettes géantes,  bigorneaux, bulots, moules parquées, tourteau, citron et pain beurré.

Rachetée l'an dernier
Reprise récemment par la famille Citgez, la maison née en 1922 conserve son jus et son personnel (le maître d'hôtel à 38 ans de maison, l’un des serveurs 40 ans de maison et le chef, Simon Kambala Bajikila, 23 ans de service).

Lorsque Mme y est allée en novembre, elle y a croisé Claude Lelouch, Jean Dujardin et un ou deux acteurs de séries (c'était le Festival du Film de Bruxelles). Elle a aussi eu le plaisir de papoter avec l'ancienne propriétaire de François, Anne-Marie Veulemans, 65 ans, qui veille toujours à ce que le nom François soit préservé.

Ecailler
Mme a succombé à la fraîcheur des Tia Mara, des huîtres irlandaises affinées par Gillardeau, avec un verre de Reuilly, puis aux délicieuses croquettes de crevettes maison et au fameux homard Belle-Vue accompagné de mayonnaise maison aux épices dont on ne dévoile pas le contenu, secret oblige.

Monsieur n'a pas pu y aller,  trop de b(o)ulot il est resté dans sa coquille.

Traiteur François
Et pour remercier nos lecteurs fidèles d'avoir lu cette page en entier, Mme propose un concours sur www.facebook.com/MadameMonsieur.be pour gagner un bon de 50€ chez le traiteur François ou au restaurant.

Comment participer ?
1. Likez notre page Facebook Madame Monsieur.
2. Commentez le post Facebook Concours François en invitant 3 amis à participer à ce concours.

Attention, ce concours est ouvert uniquement à la Belgique jusqu’au 8 décembre à minuit. Le gagnant sera tiré au sort et recevra le bon par la poste. Bonne chance !

Bon valable jusqu'au 31 déc. 2017 chez François.

 
François restaurant et traiteur
Quai aux Briques, 2 (Place Ste Catherine)
B - 1000 Bruxelles

Service traiteur à côté du restaurant.
www.restaurantfrancois.be
Tél : 02 511 60 89

bruxelles,resto,restaurant,poisson,écailler,fruits de mer,belgique,concours

bruxelles,resto,restaurant,poisson,écailler,fruits de mer,belgique,concours

bruxelles,resto,restaurant,poisson,écailler,fruits de mer,belgique,concours

bruxelles,resto,restaurant,poisson,écailler,fruits de mer,belgique,concours

 

24
nove

Humus Botanical Gastronomy, gloire aux légumes de Nicolas Decloedt !

 

MADAME

MONSIEUR

Mme a connu un orgasme de légumes chez le chef Nicolas Decloedt. Look de rockeur, un petit air d’Ozark Henry, le Flamand végétarien reçoit chez lui une vingtaine de convives à Jette. La table d’hôtes a ceci de particulier : le végétal y est roi.

Invitée à déguster de délicats vins belges de Popss, servis avec les plats de Nicolas Decloedt, Mme a vécu un moment épatant. Le légume a souri, pétillé, croqué, fondu, mordu, il a séduit les appétits sous diverses formes, grâce aux mains expertes du chef : Lentilles et poireaux. Betteraves - sarrasin - algues. Basilic - citron - fromage de brebis Roux des carmes. Potiron - ricotta fumée (un délice). Topinambour - coing - champignons. Salsifis pourpres - châtaigne - citron. Chou noir - blette - corne de gattes - pavé de Soignies (un fromage au lait cru que Mme ne connaissait pas et qui est fameux). Meringue aux raisins d’Overijse - amandes - agastache. Sucette myrtille – citron. Et avec le café, un petit beurre aux myrtilles, fait maison bien sûr. Quel festival de couleurs, de senteurs, de sensations !

Formé chez Kobe Desramaults (In de Wulf) et Christophe Hardiquest (Bon Bon), Nicolas a eu envie d’ouvrir sa table. Et il regorge d’idées, comme de créer une Wild farming, une ferme sauvage suivant le modèle du circuit court. Il cherche un terrain boisé, avec des amis pour lancer ce projet de forêt comestible et durable. On peut le suivre et s’inscrire à ses agapes végétales sur son Facebook.

Des vins belges
Sélectionnés par Popsss*, 3 vins de vignerons belges ont accompagné le repas : le Bacquaert brut du Wijndomein Entre-deux-Monts, un vin pétillant élégant et racé. Un Beaujolais Villages Blanc 2014, Cuvée Prestige du Château de Durette (propriété d’une famille liégeoise). Et enfin un rouge bio, la cuvée Les Rizannes 2013 du Domaine Constant-Duquesnoy, un Côtes du Rhône gouleyant.

M. n'a pas une grande pratique des tables d'hôtes.

Il a bien fréquenté régulièrement la table des Filles avant qu'elles ne bougent vers le centre. Mais jamais au grand jamais il n'aurait imaginé manger, à Jette, un service exclusivement végétarien, servi avec maestria par un jeune chef flamand.

Gloire aux légumes ! Gloire aux légumes ! Eructe-t-il depuis, charmé qu'il fût par le brio des assiettes servies.

Les épiphanies de M. sont parfois un peu exagérées. Mais ici c'est à peine. Enchainer des légumes de saison traités en croquettes, snackés, agrémentés de mousses de fromage, vinaigrés... les combinaisons sont quasi infinies et Nicolas Decloedt les maîtrise au point de proposer de beaux contrastes.

7 services qui comblent l'appétit d'un omnivore gourmand. Cette visite se faisait à l'occasion de la présentations de vins végétaliens par Popsss, le spécialiste des vins belges du Monde.

Un vin végétalien ? Un vin qui dans son processus de production ne mobilise aucun composant, dérivé animal. Oeuf ou poisson au collage par exemple. 

Après le repas, M. a oublié un beau foulard bleu au porte-manteau, c'est un cadeau de Mme Marghem, il se dit qu'il faudra repasser le chercher et sans doute croquer quelques végétaux, légumineuse, fruit ou légume... ah les légumes... 

Gloire aux légumes !

Humus Botanical Gastronomy
Avenue Giele 20
B - 1090 Bruxelles
Tél : 0474/65.37.06

*La boutique en ligne popsss.com distribue exclusivement les vins produits par des vignerons belges. Pour faire découvrir ces vins, Popsss s’associe régulièrement avec des chefs réputés et propose des colis “3 vins, 3 recettes” pour des accords mets-vins parfaits.

 

légume,végétal,végétarien,vin,vin bio,vin nature,table d'hôtes,bruxelles,restaurant,chef,belgique

légume,végétal,végétarien,vin,vin bio,vin nature,table d'hôtes,bruxelles,restaurant,chef,belgique

légume,végétal,végétarien,vin,vin bio,vin nature,table d'hôtes,bruxelles,restaurant,chef,belgique

légume,végétal,végétarien,vin,vin bio,vin nature,table d'hôtes,bruxelles,restaurant,chef,belgique,bio

 

 

06
août

Volkaerts père et fils, au restaurant L'amandier à Genval

MADAME

MONSIEUR

Mme aime la cuisine qui sourit. La délicatesse, la gentillesse, la créativité. Martin Volkaerts, 24 ans, est comme ça. Prodige de Top Chef, on le surnomma Ratatouille lors de ses apparitions télévisées. Un minois malicieux, une attitude élégante en toute circonstance : Martin est devenu un WC (Wallon connu). Tombé tout jeune dans les chaudrons magiques de ses parents, Martin a rejoint son père en cuisine à L’Amandier. Après l’Ecole Hôtelière de Namur, le jeune homme se voue au compagnonnage, et passe chez les grandes pointures, Noma, Quique Dacosta, l’Air du Temps, De Pastorale…

L’ambiance est au chuchotement, dans cette maison bourgeoise du Brabant wallon. On peut prendre place près des chefs, père et fils, pour suivre les préparations : la cuisine s’ouvre sur la salle à manger.

Un ballet précis commence, dirigé par Madame Volkaerts. Sur les assiettes, les couleurs contrastent, les textures dialoguent en bouche. Les cuissons sont parfaites. Du début à la fin, on savoure chaque bouchée. Au menu, un sublime bœuf Holstein, chips pommes de terre, encre de seiche, aubergines. Un filet de maigre à l'aneth et aux agrumes. Un rouget trempé dans la farine de blé dur, une minute à la poêle, ça croustille ! arrosé d'un gaspacho tomate et de crème d'avocat. La touche sucrée : un chocolat d’Olivier Molitor (Genval) marié au cuberdon, et une glace aux fruits rouges, acidulée. Du plaisir, de l’allant. On dit que c’est le meilleur restaurant du brabant wallon. Certainement.

M. ignore depuis belle lurette les concours de cuisine télévisés. Il n'avait donc de l'Amandier et de Ratatouille aucune idée préconçue. Il savait qu'un lien existait mais c'est lointain et de toute façon c'est anecdotique.

Il avait plus en mémoire les louanges du Gault-Millau lors de la rénovation du lieu et du renfort du fils aux fourneaux tenus par son père et son oncle.

L'amandier est un lieu convivial tenu depuis près d'un quart de siècle par la famille Volkaerts.

Pour s'y rendre il faut serpenter vers le Lac de Genval. Le restaurant oeuvre dans la gamme des classiques, les présentations sont contemporaines, tout est parfaitement exécuté.

Une excellente adresse pour un repas formel, dans une catégorie de prix raisonnable, ni une affaire, ni le coup de fusil.

La table est élégante, le service soigné et souriant. Les plats sont plein d'une minutie tendance. Les goûts sont donc puissants, chaque point, ombre, vague, tache apportant son lot d'effet et de goût.

Du beau du bon et des portions qui en 5 coups sustentent les convives.

A refaire !

L'Amandier
9, rue de Limalsart
1332 Genval
Tél. 02/6530671

Fermé le samedi midi, le mardi soir, le dimanche soir et  le mercredi.
Menu fleurs, 47 € en harmonie avec nos vins 71 €
Menu fruits, 57 € en harmonie avec nos vins 87 €
Menu quintessence, 72 € en harmonie avec les vins 102 €
Tous les midis en semaine mise en bouche d’ accueil, entrée,plat et dessert à 32 €

 

top chef, martin volkaerts, resto, restaurant, moins de 100 euros, moins de 120 euros, genval, belgique, coup de coeur, gastronomie, chef

top chef, martin volkaerts, resto, restaurant, moins de 100 euros, moins de 120 euros, genval, belgique, coup de coeur, gastronomie, chef

 

 

24
févr

Salon du chocolat à Bruxelles - Benoit Nihant séduit Japonais et Coréens

MADAME

MONSIEUR

Mme est accro au chocolat, à la cuisine coréenne et japonaise. Le rapport ? Vous allez voir.
Si, au détour d’un chemin, un gourmet asiatique vous demande "quel est votre chocolatier préféré ?" Mme répond Benoit Nihant. Plus discret que Pierre Marcolini, tout aussi épatant.

Salon du chocolat
Mme s'est rendue en février au Salon du chocolat à Bruxelles, pour féliciter la famille Nihant d’avoir relevé un nouveau pari : ouvrir une boutique au Japon et en Corée.

Un Belge en Asie
Contrairement à ce que l’on peut croire, le chocolat belge n’est pas la star en Asie. Seuls quelques noms parviennent à pénétrer le marché. A Tokyo, il a fallu plusieurs années de tractations pour que Nihant puisse ouvrir boutique. Désormais, raconte Anne Nihant, les amoureux font la file pour acheter une praline Nihant dans une jolie boite, comme on s’offre un bijou ! Même engouement à Séoul, précise Benoit, où il a pu s'installer plus rapidement, avec l’aide d’investisseurs locaux. Une réussite !

Un vrai cacao-févier
Cet artisan peut se targuer d’être l’un des seuls cacao-féviers en Belgique. Traduction ? Il produit du chocolat, de la fève à la tablette (from bean to bar). Contrairement à la majorité des confrères (les chocolatiers d’assemblage) il n’utilise pas le chocolat des usines Belcolade et Callebaut.

Benoit Nihant sélectionne les meilleures origines, tisse des liens avec les producteurs de cacao sur leurs plantations et développe un commerce basé sur des rapports équitables. Le plus important ? Il marie des saveurs subtiles, personnelles. La maison mise sur l’élégance de son packaging et crée l’engouement autour de la collection Haute couture (irrésistibles ganaches fruitées et florales).

Chaque plantation de cacao renferme un éventail de possibilités gustatives typiques de la terre, selon l’ensoleillement, l’humidité, le temps de fermentation… Le bon chocolat, c’est comme le bon vin, une histoire de terroir et de cru. Mme a pu le constater lors d’un reportage sur une plantation bio en République dominicaine en 2013.

Mme préfère :
Les Céleste (coquilles colorées renfermant Yuzu, citron vert ou griotte) mais aussi les Grands crus comme le Venezuela Cuyagua, un criollo voluptueux, légèrement acidulé ou, pour les amateurs de lait, le Madagascar au lait bio à la fleur de sel.

M. n'a aucune fierté nationale pour le chocolat. Il a parfois du mal à comprendre l'engouement qui l'entoure. Dans la majeure partie des cas c'est industriel, gras, sucré, acide et sans grand intérêt.

A Bruxelles se tenait le salon du chocolat. Sans appétit M. y a suivi Mme.

Un hall de foire, des stands avec des macarons, des douceurs, des chocolatiers et un podium pour voir se pavaner de jolies filles couvertes de robes en chocolat, au son des mariachi. M. trouve cela aussi stimulant que d'associer le travail des bouchers Dierendonck et Desnoyer à la robe de viande de Lady Gaga. Kitsch, pour rester agréable.


M. a pourtant de la sympathie pour quelques artisans, dans de rares cas, le chocolatier belge est aussi cacaofévier. Nihant, Marcolini.

Vu les terroirs où le cacao pousse, il est rare que le cacaofévier européen soit cacaoculteur. Mais bon, trop de purisme ne fait pas voyager le cacao, produit de mondialisation comparable au café.

Payer pour entrer dans un lieu concentrant des boutiques de chocolat, il y a comme un paradoxe. Voilà qu'il faut payer pour commencer à consommer... 

Non décidément M. n'est pas prêt pour le salon du chocolat.

Benoit Nihant
Liège, Maastricht, Embourg et aussi chez Rob Bruxelles.
http://shop.benoitnihant.be

 

chocolat,belgique,chocolat belge,cacao-févier,artisan chocolatier,coup de coeur,salon du chocolat,japon,corée,tokyo,séoul

chocolat,belgique,chocolat belge,cacao-févier,artisan chocolatier,coup de coeur,salon du chocolat,japon,corée,tokyo,séoul

chocolat,belgique,chocolat belge,cacao-févier,artisan chocolatier,coup de coeur,salon du chocolat,japon,corée,tokyo,séoul