20
juin

Le Ghent Marriott Hotel et son Midtown grill

MADAME

MONSIEUR

Mme a fait bonne chère avec M. à Gand au Midtown Grill, le nouveau restaurant du Ghent Marriott Hôtel****. C’est un vrai steakhouse américain, à l’ambiance détendue et au décor années 30. Les viandes sont sublimes et elles ont un goût unique grâce au grill Montague broiler. Elles sont aussi affinées, maturées sur place: Black Angus (Prime USDA steaks de bovins du Kansas ), Holstein, Simmental. Madame a choisi une viande provenant de chez le fameux boucher Dierendonck, du picanha de Wagyu élevé en Wallonie, fondant en bouche et cuit saignant.

Dierendonck fournit aussi des Rib-Eye de Holstein, du filet pur de Simmental. Sinon, les Pork chops proviennent des porcs Brasvar de Nevele et sont géants.

Bravo aussi pour l’astucieuse présentation de la carte des vins, conçue selon les goûts (floral, fruité, minéral…) par la maison Lambrecht Wijnen de Sint-Martens-Latem. Une vraie bonne adresse pour les amateurs de viande ! Réservez une table près de la fenêtre ou en terrasse (40 couverts).

Enfin, de leur chambre au deuxième étage de l'hôtel Marriott, Mme et M. ont terminé la soirée en admirant l'agitation tout au long de la Korenlei, l'une des plus belles vues de Gand assurément!

PS : service voiturier gratuit à l'hôtel.

M. a du façadisme des cauchemars bruxellois, à Gand derrière des façades classiques se cachent des trésors de modernité et de confort, alliance réussie car discrète, insoupçonnable.

Sur les quais du Korenlei derrière 2 façades classiques se loge un gigantesque hall verrière, servant de salle de petit déjeuner et de lobby au Marriott de Gand.

A grande chaîne, grands volumes et grands espace, même au centre d'un cité ancienne, c'est un très beaux lieux aux standard internationaux, comme la clientèle qui afflue du monde entier.

C'est moderne, vaste, aéré et central, un spot idéal pour partir à la découverte du coeur historique de la cité.

Au rez un restaurant, le Midtown Grill, est un lieu dédié aux carnivores. Viandes aux origines choisies, maturées et cuites au grill.

La carte offre aussi des échappatoires à tous les appétits, mais il serait dommage de passer à côté des production de Dierendonck ou de viandes US.

Les portions sont parfois gargantuesques (les ribs !), il est préférable de partager une entrée pour ne pas caler.

Service charmant et souriant dans une salle avec vue sur les belles bâtisses du Korenlei.

 

Marriott Hotel Gent

Korenlei 10
B - 9000 Gand (Gent)
Tél. + 32 9 233 93 93

Photo : Vue de la chambre 229 du Ghent Marriott Hotel sur le korenlei  

grill, gand, hotel, bar, viande, dierencdonck, steakhouse, boeuf

grill, gand, htel, bar, viande, dierencdonck, steakhouse, boeuf

Photo : Monsieur dévorre la viande du Midtown grill

26
avri

Maxime Colin à Kraainem

MADAME

MONSIEUR

Attirée par les destinations bucoliques à un jet de pierre de Bruxelles et par la réputation de la famille Colin, Mme avait réservé un soir d’été chez Maxime, le benjamin.

Le portail franchi, elle s’était émue de trouver là un parc, un château et sa jolie chaumière où Maxime Colin a posé ses fourneaux. Associé à son frère Gaëtan (ancien Jaloa, chef dans sa maison d'hôtes Le Richmond) propriétaire du bâtiment de l'ancien D’Oude Pastorie, il peut s’exprimer en liberté.

Sur la terrasse au soleil couchant, elle a trinqué avec M. et s’est sentie happée par la magie des lieux. Le chef, formé à bonne école au Chalet de la Forêt et à la Villa Lorraine et nommé Jeune Chef de l’année au Gault & Millau 2016, aurait de quoi voir son cou enfler. Mais il n’en est rien. Son sourire, sa jeunesse, ses passages entre les tables pour saluer les convives, verser une sauce, recommander un plat, accentuent l’esprit généreux de sa cuisine. Il crée des mises en bouche appétissantes, un flan de foie gras, espuma de Granny Smith, puis un plat léger et frais, un thon cru aux fèves des marais, caviar et coulis vert. Son plat principal, un omble chevalier du lac Léman, parfaitement cuit, a emballé Madame.

Un œuf à la neige, mangue, coco et citronnelle clôt le dîner en beauté, alors qu’arrivent une ribambelle de mignardises, dont un adorable marshmallow à la chartreuse, fondant et aérien avec notes herbacées en finale.

M. n'a pas l'expérience de Mme quant il s'agit de faire l'historique entrepreneurial et gastronomique de la famille Colin.

M. avait envie de se mettre au vert. De manger chaud, bon et de boire frais.

Pour la mise au vert, direction Kraainem, le Château Jourdain : derrière ce bâtiment imposant se cache  le restaurant de Maxime Colin, un ancien presbytère du 17e siècle, qui étend sa terrasse le long d'un étang.  

La cuisine est excellente, proposée en différents menus (de 3 à 6 services) piochés dans 8 suggestions qui évoluent au gré des idées, succès et saisons. Des produits de qualité toujours.

On regrette un peu la présence sonore du Ring, mais à Bruxelles et en périphérie les belles terrasses sont rarement exemptes de brouhaha, alors on parle et on palabre pour avoir mieux à entendre.

Pour un menu gastronomique 3 services à 52 € (sélection de vins à 25 € recommandée, dont un Costières de Nîmes, Domaine des Perrières, 2014 ou un Limoux, "Chardonnay", Terroir Haute vallée, 2012), c’est justifié.  

Lunch gastronomique à 27 et 32 € (2 ou 3 services).

Maxime Colin
1-4, Pastoorkesweg
B - 1950 Kraainem
Tél. 02 720 63 46

Fermé samedi midi, dimanche soir, lundi.

Mise à jour du 26 avril 2017 : Madame y est retournée et a été encore plus impressionnée par la maitrise du chef. Pourquoi n'a-t-il pas encore d'étoile ? Mystère.
Lisez aussi le Portrait gourmand de Maxime Colin par Madame sur Skynet.be

moins de 100 euros,moins de 120 euros,moins de 150 euros,resto,bruxelles,gastronomie,gault et millau,kraainem,coup de coeur

moins de 100 euros,moins de 120 euros,moins de 150 euros,resto,bruxelles,gastronomie,gault et millau,kraainem

bruxelles,moins de 100 euros,moins de 120 euros,moins de 150 euros,resto,gastronomie,gault et millau,kraainem,coup de coeur

bruxelles,moins de 100 euros,moins de 120 euros,moins de 150 euros,resto,gastronomie,gault et millau,kraainem,coup de coeur

 

13
avri

La péniche à Wavre

MADAME

MONSIEUR

Mme adore les plateaux de fruits de mer, le homard, les huitres en particulier. Parmi les meilleurs écaillers qu’elle a découverts récemment, La péniche est le plus original. Sur la chaussée de huy, à Wavre, cette péniche attire le regard. Elle n’est pas sur l’eau, mais son décor est authentique ! Et dans l’assiette, tous les plaisirs des Belges s’y retrouvent, moules parquées, croquettes de crevette, sole meunière… Mme a commandé un plateau d’écailler pour une personne, car M. avait d’autres envies ce soir-là. Mais c’était si copieux que Monsieur l’a aidée  à finir. Et elle a goûté la crème brûlée, irrésistible. Enfin, surprise, le repas s'est terminé sur des mignardises.

Une soirée en beauté, dans un endroit original, jovial.

M. aime les écaillers. M affectionne aussi les lieux étranges, comme ces hôtels-restaurants en forme de bateaux qui émaillent  le littoral de ses souvenirs enfantins.

Quelle joie donc d'aller manger à la Péniche, écailler établi dans une vraie péniche à Wavre.

Si le cadre suffit à réveiller la curiosité enfantine de M. la table apporte aussi son lot de surprises agréables. Du poisson bien sûr, à la mode du moment (sauces épicées, en cassolette,...) ou selon les grands classiques (soles, raies,...), le tout parfaitement frais. M. a aussi succombé aux fruits de mer excellents et surtout aux bigorneaux dont la chaleur du poivre oscille entre caresse passionnée et brûlure avec une maîtrise de funambule... délicieux.

 

La Péniche
4 chaussée de Huy
1300 Wavre.

T. : 010 22 88 18
Ouvert tous les jours.


resto,restaurant,péniche,wavre,ecailler,crustaces,coup de coeur

resto,restaurant,péniche,wavre,ecailler,crustaces,coup de coeur

 

 

11
avri

Arabelle Meirlaen, cheffe de file de la cuisine intuitive

MADAME

MONSIEUR

Quand Mme aime, elle frémit à l’idée de partager la nouvelle. Arabelle Meirlaen, tout le monde devrait la connaître et goûter sa cuisine. Il faudrait célébrer cette grande dame tout autant que ses confrères masculins. Car Arabelle est pour nous la cheffe de file de la cuisine féminine en Belgique.

Rendez-vous en province de Liège, près de Huy, dans le village de Marchin pour découvrir le fief d’Arabelle et de son mari Pierre. La famille vit à l’étage du restaurant, et il n’est pas rare de voir courir deux fillettes au jardin et un chat angora à travers la baie vitrée. Ce restaurant est à l’image de la cheffe, authentique, raffiné, ultra créatif.

Cuisine ouverte
Mme et M. se sont assis à la table la plus proche des cuisines pour suivre les chorégraphies de la brigade, tout en dégustant un repas éblouissant. Parmi les amuse-bouche, Mme se souvient de la puissance des panoufles (les côtes) de lapin mijotées au piment d'Espelette. Suit une assiette vivifiante, « Iode et peps de coques », légumes croquants et crus, avocat, huile bergamote, agrumes, patate douce mauve, sorbet mangue et poivre chinois. Croquant et floral, ce plat révèle la saveur des coques bretonnes. Un autre plat intense nommé « Tendresse de langoustines » joue sur les notes terre et mer, avec l’artichaut, l’amarante croquante, les crosnes, l’oca (tubercule) et une bisque longue en bouche. Dans l’harmonie sucré-acidulé, Mme retient la dacquoise d’amandes, chocolat et praliné, bergamote, sorbet oranges sanguine et violettes.

Végétale

Arabelle fait a part belle faite au végétal et la manière dont elle travaille les légumes déborde de créativité: crus, marinés, fermentés, en décoction… L’envie d’explorer les saveurs, de marier les épices, les textures, les couleurs, son art de faire progresser les sensations, pour que les goûts explosent en bouche, tout cela, Arabelle Meirlaen le réussit. Et c’est rare.

Dans ses plats règne une osmose parfaite. Arabelle ne verse pas dans la cuisine décorative (2 ou 3 taches, quelques fleurs plic ploc). Au contraire, tout a un sens. Elle vous parlera (comme elle l’a fait dans l’interview que nous publions dans l'article de Marie Claire Belgique d’avril) de son parcours familial, de son credo (santé, circuit court, bio), et aussi de la joie d’être en forme tout en étant gourmand.

Au sortir de table, après avoir goûté un menu qui se tient du début à la fin, accompagné de champagne rosé Veuve Cliquot, parfait pour l'occasion (sans oublier les desserts affolants) on sort de là repus, conquis, inspirés.

Chez elle, Arabelle vous emmène dans son univers original, à la fois puissant et délicat, jamais tonitruant.

Sur une erreur de jugement M. aurait pu tout sa vie durant passer à côté du talent d'Arabelle Meirlaen. Se dire que manger des fleurs, des légumes, des céréales, une peu de viande ou de poisson, encore des légumes, des fruits, des céréales, ce n'est pas son genre.

C'est une conférence qu'elle avait donnée au Kikk à Namur en 2015 avec le professeur Castronovo qui avait allumé la curiosité de M.

Ce que cuisinait Arabelle sur scène avait l'air magique. Beau, bon, sain et roboratif.

M. a donc décidé de ne plus avoir tort est s'en est allé sur les hauteurs de Huy, à Marchin découvrir la cuisine d'Arabelle.

Une grande salle donnant sur le jardin et le potager en avant-plan d'une vallée où en face sommeille un manoir. La vue est belle aussi à l'intérieure qui donne sur la cuisine où s'affaire la brigade de la cheffe. Balais millimétré, tout en murmures et envois par vagues douces.

L'ambiance est bonne, les habitués saluent le personnel; ceux qui ont un événement à fêter sont choyés et les enfants s'accommodent d'un repas de famille au restaurant.

Pour ce qui est de l'assiette à chaque fois les surprises ont été excellentes. Les assiettes sont superbes, plaisantes et colorées, elles ravissent l'oeil avant de combler le palais.

On y savoure des propositions équilibrées, étagées en goût et puissance. Les légumes sont du moment, les fleurs et les fruits jouent de fraîcheur, ça croque, ça jute, ça goûte !

La magie est que si la cuisine s'inspire des approches "sans" on est jamais dans le manque. Toute assiette est complète et comme on est en dehors de "classiques" et que chaque proposition est autosuffisante on n'est pas à se demander ce que cela aurait donné avec du gluten, du lactose, des sucres. Pourquoi s'en soucier ?

Le tout avec bienveillance et un brin de folie décalée dans les looks de Pierre (M. adore ses lunettes) et du personnel de salle bien plus "dans les règles".

Une adresse pour se faire plaisir, assurément.

 

 

Mme conseille aussi la lecture du livre de Jean-Pierre Gabriel : Arabelle Mairlaen, Ma cuisine intuitive, avec de superbes photos, des recettes et la vaisselle artisanale de Roos Van De Velde.

Arabelle Meirlaen
Chemin de Bertrandfontaine 7
B - 4570 Marchin
T. 085 25 55 55

7 services  110€ -  Sélection de 5 verres de vin à 50 €
6 Services 90€  -  Sélection de 4 verres de vin à 40€
5 Services 75€  -  En semaine  -  Sélection de 3 verres de vin à 30€

Sur demande, possibilité de Menu Végétarien ou Végétalien.
Signalons aussi la 2e édition du Guide "Les femmes Chefs du guide Michelin Veuve Clicquot" avec 6 cheffes étoilées, dont Arabelle Meirlaen.       

restaurant,michelin,cuisine,gastronomie,coup de coeur,huy,wallonie,cheffe,gault&millau

 

Extrait de l'interview d'Arabelle Meirlaen par Mme M. (Découvrez la suite dans le magazine Marie-Claire Belgique d'avril)

- "Le plus important, c’est d’écouter mon corps, aller au plus profond de moi, écouter les saisons, celles du corps et les associer. Trouvez la cuisine qui vous convient. Apprenez à vous écouter, à savoir ce que vous voulez. Vous être seul maître de votre corps."

- "Ma cuisine s’enrichit toujours de ce que j’apprends, de mon expérience de vie, de mes rencontres avec les petits producteurs et mes découvertes d’épices."

- "Pour être chef, il faut être en forme, car c’est un métier très dur. Savoir ce qu’on veut. Avoir son style. Expliquer, faire comprendre et transmettre. Apprendre à déléguer, c’est le plus difficile. En ce moment, on est trois en cuisine, plus une pâtissière et deux stagiaires. Je passe beaucoup de temps derrière ma brigade. Au départ, je n’ai jamais pensé être étoilée. Je voulais un restaurant qui soit bon, où l’on se sent bien. Puis Pierre, mon mari, est venu me rejoindre. Il est très méticuleux, jovial, convivial. On a évolué. Puis il y a eu 18/20 au Gault et Millau et une étoile au Michelin."

restaurant,michelin,cuisine,gastronomie,coup de coeur,huy,wallonie,cheffe,gault&millau

restaurant,michelin,cuisine,gastronomie,coup de coeur,huy,wallonie,cheffe,gault&millau

restaurant,michelin,cuisine,gastronomie,coup de coeur,huy,wallonie,cheffe,gault&millau