08
mars

CŎCĪNA : Negozio & trattoria à Ixelles

MADAME

MONSIEUR

Mme se demandait si cette trattoria allait assurer, un soir de Saint Valentin. Elle peut confirmer : malgré le monde ce soir-là, tout s'est déroulé dans la bonne humeur. Le service en salle, enjoué, les cuisiniers véloces, que l'on admire du comptoir, l'ambiance bon enfant qui y règne: tout cela contribue à faire de Cocina un spot réjouissant.
Dans l'assiette d'antipasti, de bons produits italiens, frais et bien préparés, des charcuteries, et le sourire d'Antonio, le chef italien. Puis, des pasta scialatielli al vongole e botarga (aux coques et à la poutargue) bien goûtus.

Une assiette de homard entouré de légumes croquants a rehaussé le dîner en amoureux. Madame aurait aimé un vin blanc pour l'accompagner, mais la serveuse lui a fourgué un rouge des Pouilles, trop corsé à son goût. La prochaine fois, elle s'imposera.

Cocina a élu domicile à la place de l’ancienne maison Félix, rue Washington, en face du Parc Tenbosch. Une déco simple, qui mélange différents matériaux (bois, carrelage, acier noirci) et une cuisine ouverte.

Cocina propose aussi des plats à emporter, du côté negozio (épicerie et traiteur).

Un des marronniers de la restauration c'est bien le soir de la Saint Valentin. C'est bondé, tout le monde veut plaire, on en fait beaucoup, le menu s'impose.

Se plonger dans cette ambiance nous a semblé un jeu, prendre du bon temps, regarder le théâtre de la vie. Des couples, ces reflets de ce que nous sommes et faisons, à disposition. Rideau !

Mme excellente intervieweuse, sortait d'un cinq-à-sept avec Tahar Rahim. Star du cinéma. Beau gosse, affolant. Monsieur récupérait Madame pour une sortie au Loui et chez CŎCĪNA dans la foulée.

De belles scènes en perspectives. Lieux peu communs pour eux. En sirotant un cocktail M.pose un ultimatum :  Mme peut pérorer sur l'acteur dont "seul le dos suffit pour s'exprimer" jusqu'à 20:15, après M. tire sa révérence. Rires.

D'autres galanteries joyeuses émailleront cette superbe soirée.

De la table M. garde un bon souvenir pour l'accueil, l'attention du service, l'agitation en cuisine, soutenue et contenue, rien d'importun.

Une soirée faite d'assiettes solo, mangées en duo. Idéal, on picore, un accumule, on partage, on varie, tout est plaisir.

Le conseil du vin privilégie peut-être des goûts personnels, autant suivre son instinct.

Mais pour un soir de Saint-Valentin impeccable et abordable.

 

CŎCĪNA
Negozio & trattoria
Rue Washington 149
B - 1050 Ixelles
T. +32 (0)2 850 59 90
Ouvert Lundi - vendredi, 10-22h, Samedi 19-22h

 

 

 

trattoria, resto, restaurant, italien, pas cher, bruxelles, ixelles, moins de 100 euros, moins de 75 euros, moins de 120 euros

 

 

 

01
mars

Vodka food pairing, la tendance inattendue par Benjamin Laborie

MADAME

MONSIEUR

Madame n’est ni russe ni polonaise, elle ne boit jamais de vodka à table. Alors, quand Benjamin Laborie du restaurant Colonel à Bruxelles l’a invitée à déguster son repas viande & vodka, elle a ouvert de grands yeux.

Le résultat ? Une association réussie, en particulier grâce à la qualité des viandes choisies, de leur cuisson et du choix de vodkas Belvedere. Pure, élaborée à partir des meilleurs seigles polonais. Une bonne idée de food pairing, qui surprendra les adeptes du caviar & vodka.


Le menu de Benjamin Laborie, chef du Colonel
(ancien de Chou et The Bowery)

Entrée 1
Tartare de bœuf charolais parfumé au citron Meyer, caviar Avruga, coques d’oignons à la crème de riz à la vodka Belvedere aromatisée au citron
Verre : vodka Belvedere aromatisée au citron

Une viande tendre, mariée à l’acidité du citron, relevée par le côté fumé de l’Avruga et adoucie par la crème de riz. Belle mise en valeur du plat grâce à la vodka Belvédère aromatisée au citron, longue en bouche et fraîche. Légère amertume, croquant des agrumes, tendreté du bœuf et notes citronnées : mon accord préféré.

Entrée 2
Côte de veau poêlée, sorbet « tomate séchée », vodka Belvedere, céleri, jus à la sauce anglaise
Verre : vodka Belvedere

Joli clin d’œil au « Bloody Mary », avec des tomates séchées. Belle association du plat à la vodka Belvedere, riche de notes florales et vanillées, poivre blanc.

Plat
Volaille de la Cour d’Armoise (ah, la fameuse volaille française, nourrie au maïs et blé !) en cocotte au foin ivre de vodka Belvedere unfiltered, chanterelles, rösti au pain de seigle.
Verre : vodka Belvedere unfiltered

Que ces parfums automnaux répondent à la cuisson au foin ! Notes surprenantes de la vodka non filtrée, qui s’accorde aux ingrédients de base du rösti au pain de seigle.

Dessert
Ganache au chocolat blanc Opalys, poivre Timut, vodka Belvedere aromatisée au pamplemousse, suprême de pamplemousse en compression à froid à l’estragon.
Verre : vodka Belvedere aromatisée au pamplemousse

Madame n’a pas aimé ce dessert (et elle en a assez du chocolat blanc, insipide, que l’on voit partout). Heureusement qu’il y avait des notes de pamplemousse et la fraîcheur de l’estragon, avec un verre de vodka Belvedere, aromatisée au pamplemousse.

Dans l’ensemble, l’association vodka - viande était très attirante.

Monsieur n'était pas là.

 
Restaurant Colonel
"Prime Cuts and Meat Culture”
Rue Jean Stas, 24
B - 1060 Bruxelles
Tél: 02/538 57 36
www.colonelbrussels.com
Ouvert du mardi au samedi, midi et soir
Parking Louise Village (rue Dejoncker,36), accessible 24h/24, avec entrée directe vers le restaurant via le niveau -1

 

resto,restaurant,bruxelles,viande,vodka,food pairing, belvedere, mixologie

resto,restaurant,bruxelles,viande,vodka,food pairing

 

13
févr

Où dîner en amoureux ? Notre sélection de 20 restos

 

Où emmener Valentin(e) à dîner ?
Peu avant la fête des amoureux, Madame & Monsieur reçoivent une pluie de demandes de lecteurs par mails ou messages sur facebook. La question qui fuse : Quel resto choisir pour un dîner à deux ? Pour les romantiques ? Les foodies avant-gardistes ? Les amateurs de plats canaille ? Les envies exotiques ?

Notre sélection sur cette page (avec le lien vers chaque critique de resto). Pour passer une soirée gourmande avant, pendant ou après la Saint-Valentin. Cette liste est mise à jour régulièrement.

Cuisine inspirée, créative:
La Buvette
Cécila
Bouchéry
Notos : le meilleur de la Grèce contemporaine (sans sirtaki ni décorum)
Stirwen: ambiance feutrée, cuisine raffinée, belle sélection de vins.

Un brin de folie :
A Namur, l'Agathopède, ça en jette et le plaisir est dans l'assiette !
Arabelle Meirlaen (à Marchin): le génie du végétal, c'est elle.

Chic et bon :
Chez Montaigne : créatif et léger
François : un écailler, une institution bruxelloise qui attire les stars (si si)
Rouge tomate, une valeur sûre, élégante, où l'on peut manger léger.
L'Amandier à Genval, la famille Volkaerts sait y faire.
Au gré du vent à Seneffe : une femme, Stéphanie Thunus, son talent et son raffinement.
Maxime Colin à Kraainem: bucolique et gastronomique.

Plus qu'une brasserie : De Mayeur à Ruisbroek
Ambiance fermette ancienne rénovée et créativité dans l'assiette.

Belgitude en plein : des tripes et les plats canaille (si on aime les tripes) : Les Brigittines
Au Sablon : Pei & Mei

Chinois et étoilé:
Bij Lam & Yin à Anvers. Le meilleur chinois de Belgique

Exotique et raffiné :
L'orchidée blanche : cuisine vietnamienne
Babdar: les Mille et Une nuit façon Maroc (à Saint-Gilles).
Seino : un Japonais qui cuisine français. La classe.
Brinz'l : Laure Genonceaux et sa touche mauricienne, sur des bases classiques
Ethiopien, trendy et généreux : Toukoul
Ambiance musicale, service soigné (la beauté des Éthiopiennes), lumière tamisée, plateau géant à partager à deux, avec les mains... Attention, cuisine épicée !

Adresses secrètes :
Branché: Crab Club, le roi des fruits de mer.
A Saint-Josse : Les dames tartines
Décalé, frais et bon marché : Les Connes (Bruxelles centre).

bruxelles,best off,resto,amoureux,saint-valentin,romantique,tête à tête,pas cher,bon plan,rendez-vous,coup de coeur,moins de 50€; moins de 100€

29
janv

Tendances food, cuisine, gastronomie en 2017

 

Que mangerez-vous  en 2017 ? Quelles sont les tendances gastronomiques de l’année ?
En 2016, Madame et Monsieur ont fait le plein de rencontres, de sensations, de voyages et de saveurs. Ils partagent ici leurs "prédictions" en terme de tendances culinaires pour 2017. Sur base de leur expérience comme journalistes (pour le magazine Victoire mort en décembre, paix à son âme - et pour les pages lifestyle de Skynet), et comme auteurs de ce blog, mais aussi en ayant consulté des études Food trends américaines… Mme et M. vous proposent un florilège de tendances.

MADAME

MONSIEUR

1. Le légume roi
2017 voit s'affirmer le règne du végétal en cuisine. Les statistiques le démontrent: les Belges, Français et Américains mangent moins de viande et plus de légumes. Cuits, crus, macérés, fermentés, fumés, les légumes tiendront la vedette en 2017. Suivez Instagram ou Pinterest pour saisir la tendance végétale : le mot "veggies" dans les recherches food a atteint 336% en 2016. Alors que "lasagne" ou "macaroni" n’atteignaient que 69% et 55%.

Nos adresses de chefs qui aiment cuisiner les légumes: Bouchéry. Toya. Stirwen.

Cocktails et légumes
Une tendance qui se confirme aussi en Belgique : l’association de cocktails et de la cuisine végétarienne.

Nos adresses : Humus Botanical Gastronomy et Hortense, le bar qui a déménagé du Sablon pour Ixelles.

2. Convivialité et générosité
La cuisine, ça se partage, autour d’une table, entre amis, en famille. Après des années de minimalisme strict (deux taches rouge, une blanche, une trainée noire) et d’esthétisme dans l’assiette, de nombreux chefs se recentrent sur une cuisine réconfortante.
En ces temps difficiles pour les restaurateurs bruxellois (depuis les attentats en 2016), la recherche de convivialité à table devient une valeur refuge. Parmi les cuisines généreuses et abordables, celles de Méditerranée et du Levant attireront à nouveau les foodies. On s'inspirera des recettes de Yotam Ottolenghi, l’homme qui rend le chou-fleur sexy... Et on retournera manger des tapas, mezze, humus, fallafel, shawarma, planche de charcuterie… Et on croquera les frites de luxe de Sergio Herman à Anvers ou Amsterdam.

Nos adresses: Comptoir des Galeries (planche de charcuteries au bar). Chana (le roi des pitas bio). Frites Atelier.


3. Sandwiches ethniques
En 2017, le sandwiche se diversifie. Vous en goûterez du monde entier : le Bánh mì (sandwich du Vietnam, porc, bœuf ou poulet, légumes, coriandre), tortillas et bocadillo (Espagne), torta ahogoda (sandwiche au porc du Mexique) ou cemitas (pain brioche du Mexique), burritos (Amérique latine), Chicharrón (Pérou), lobster rolls (Amérique du nord), kebab turcs ou Bifanas de porc (Portugal) sans oublier les baos chinois et l’œuf Bénédicte new-yorkais)...

Nos adresses : ChezWawa: excellents burritos et tacos à composer soi-même. Frais, bio, petits producteurs locaux.
O Bánh mì (cuisine familiale, vietnamienne)
King Kong (Péruvien)
Peck 20 (brunch américain)
Yam'Tcha à Paris: le bao chinois d'Adeline Grattard.


4. Kit à cuisiner
C'est la mode des kits de repas à préparer chez soi. On cuisine à la maison, avec les ingrédients et une recette toute prête… Facile!
Ex : Hello Fresh, Plated (aux USA)…

 

5. Les bols sains
Après la vague des bibimbaps et la Korean Street food, les chefs remplacent les assiettes par des bols. En 2016, San Degeimbre a ouvert son deuxième restaurant San à Bruxelles.
Le trendsetter Alain Coumont, propriétaire du Pain Quotidien (créé en Belgique il y a 25 ans) a ouvert en 2016 à New York, Le Botaniste. Un resto végétarien bio, sans gluten, proposant divers bols. Déco de pharmacie et menu sous forme de prescription. Le slogan : “Let food be the medicine”. Et sur Instagram, le mot bol se décline à toutes les sauces : açai bowl, buddha bowl, cake bowl...

Adresse : San à Bruxelles
Le Botaniste à NY.

6. Robots au resto
Remplacer le personnel d’un restaurant par un robot ? C'est mal. Mais c’est déjà le cas en Chine, où des propriétaires de restaurants ont remplacé les serveurs par des robots. Et même les cuisiniers deviennent des machines. Les robots cuisiniers préparent des pâtes, des sushis, des pizzas, des crêpes ou des cocktails.

Ex: Momentum Machines a créé une machine capable de faire 400 burgers à l’heure. Ouverture  prochaine à San Francisco.

7. Faux "bouchers"
De grands chefs ont ouvert des "butcher shops" : Herbivorous Butcher à Minneapolis, YamChops à Toronto, The Vegetable Butcher à The Hague, La Carnicera Vegetariana à Barcelone, Suzy Spoon's Vegetarian Butcher à Sydney. Que cuisinent-ils ? de la fausse viande, créée à base de végétaux. Ils imitent les burgers, boulettes et saucisses, le salami, la dinde… et les vendent aussi dans des récipients comme au supermarché.

8. Plus d'épices
Plus que jamais, les cuisiniers exploreront le pouvoir des épices, et leurs vertus médicinales (le curcuma allié au poivre en tête des aliments bienfaisants). En 2017, soyons curieux des cuisines du monde. Un indicateur : selon l’étude d’Innova Market Insights, le poivre de Cayenne rose était utilisé dans 47% des nouveaux produits lancés aux Etats-Unis en 2016. D’autres épices qui tentent les chefs : le carvi (+40%), le safran (+31%), le raifort (+29%), le curcuma (+ 21%).   
Piments, tamarin, gingembre, kéfir, girofle…
Les chefs créatifs affinent leurs connaissances, dépassent la notion de sauce au curry (mélange d’épices d’Asie, d’Afrique) et imaginent une nouvelle façon d’introduire l’épice dans leur cuisine.

Nos adresses :  
Brinz’l et ses épices de l’Ile Maurice

 

9. Restos "clandestins"
Ils ont toujours existé, jouant plus ou moins avec la perception de la transgression, mais avec les avancées techniques leur nombre augmente. Plusieurs startups sont nées quand AirBNB a commencé à lancer des réservations pour des dîners chez des particuliers, dans leur salon. Dans les capitales ont lieu des fêtes avec de grands diners, organisées dans des lieux secrets.

Sites conseillés: VizEat.
La cuisine bourgeoise de V: une table dans les Galeries de la Reine à Bruxelles.

 
10. Gnocchis, pardi !
Après l'œuf à 63 degrés, les gnocchis reviennent parmi les entrées pas chères (ils sont préparés à base de pommes de terre et de farine).


La recette de Monsieur : gnocchis gratinés à la sauge.

C'est une recette que M. tient de sa belle arrière-grand-mère. 

Pour faire les gnocchis de Mamé Orlandini vous n'êtes pas obligés de faire vos gnocchis maison même si c'est mieux (on part d'une purée de pommes de terre mêlée de farine et de jaunes d'oeufs, c'est assez simple)!

Pour la sauce faite chauffer de la crème épaisse (500gr pour un paquet de gnocchis pour 2/3 personnes) , quand elle est à ébullition salez et faites infuser 5 minutes des feuilles de sauge (3 par 500 gr).

Ébouillantez vos gnocchis jusqu'à ce qu'ils flottent en surface, égouttez-les et placez-les dans un plat à gratin beurré en une première couche que vous parsemez de parmesan râpé. Puis répétez l'opération une deuxième fois, nappez de crème à la sauge et enfournez 8-10 minutes sous un grill chauffé à 200 C°, quand le gratin est doré, servez.

tendance,food trend,cuisine,gastronomie,restauration,sandwiche,légume,végétarien

 

 

 

Sublime bol végétarien chez Bouchéry: Lentilles germées, œuf mollet, jets de houblon, pommes de terre.

tendance,food trend,cuisine,gastronomie,restauration,végétarien


Un plat de F-X Lambory (Stirwen): asperges vertes, trois huîtres (creuses Tatihou, Ste-Maure de Touraine) deux crues, une pochée, une sauce au beurre blanc, crumble de noisettes et avocat grillé.

tendance,food trend,cuisine,gastronomie,restauration,légume,végétarien

Le sandwiche se diversifie : burritos bio ChezWawa

tendance,food trend,cuisine,gastronomie,restauration,sandwiche, chezwawa, burrito, taccos

O Bánh mì, le roi du sandwiche vietnamien

tendance,food trend,cuisine,gastronomie,restauration,sandwiche,légume,végétarien

Cocktails et plats végétaux: Humus Botanical s'invite chez Hortense

tendance,food trend,cuisine,gastronomie,restauration,sandwiche,légume,végétarien

Les saveurs mauriciennes de Laure Genonceaux, cheffe de Brinz'l: langouste-cannelloni-rougail-boudin noir-piment

tendance,food trend,cuisine,gastronomie,restauration, maurice, brinzl