12
déce

Cecila, le restaurant de Mélanie Englebin

 

 

Mise à jour du 6 mars 2014 : nous y sommes retournés deux fois cet hiver, du personnel de qualité a été recruté, les desserts sont parfaits et le niveau général a encore progressé... Bravo !


MADAME

MONSIEUR

Mme a eu un coup de cœur cet été (et en a parlé dans la presse). Monsieur y est déjà retourné 2 fois ! Et voilà que cet automne, Cecila est entrée dans Gault & Millau avec la note 14. Cécile est le nom de la mère de Mélanie Englebin, qui règne derrière les fourneaux. La chef de 31 ans fait des étincelles tant avec la viande, les légumes, les sauces et espumas, qu’avec les produits de la mer, qui lui ont ouvert de nouveaux champs d’investigation lors de son apprentissage au Four Seasons à Bora Bora. L’œil vif, elle vous parle de ses années de formation (Jaloa, Sea Grill...) et du poisson qu'elle accompagne d’épices vadouvent, d’algues, de feuilles de chrysanthème, de poivre.

L’entrée :
Gambas géantes, espuma d'agrumes et algues bien grasses (cette sensation de mâcher du vermicelle) fait plaisir, sans alourdir.

Le plat :
Du filet de maigre aux couteaux de mer. Un subtil goût de racine de turmeric, râpée crue provoque un instant d’évasion, de plaisir sensuel, de légèreté, perdure grâce à une texture de purée de pomme de terre et une algue séchée rehaussée de grains de sucre.
Une tasse de thé chinois « Déesse rose », une mignardise chocolat pour terminer. Mme a tout aimé, tout absorbé, décanté.

Cecila a de l’avenir, du talent, de l’esprit. Il lui faut du personnel en renfort, car les réservations ne font qu’affluer. Mélanie Englebin nous a confié avoir bien du mal a trouver du personnel qualifié pour la salle.  Dans la capitale de l’Europe… Dingue non ? Dans tous les cas, il faut réserver.

M., depuis un temps certain, se questionne sur l'usage qu'il a du centre de sa ville. Pourquoi (et comment) sortir à Bruxelles centre ? Grand-Place ?

C'est difficilement accessible depuis son domicile (au minimum une correspondance STIB pour finir dans le quartier du Parc et des horaires où celle-ci, le soir, peut demander 15 min. d'attente) c'est souvent toc, pacotille et bar à bière pour attirer les touristes... On pourrait croire la pièce jouée, l'Ilôt-Sacré c'est mort sauf à aimer la pitta et le sport sur écran.

Et puis on fait des découvertes, des lieux qui ne cadrent pas avec la destination. Qui ne veulent pas aller avec le courant et font des propositions autres.

Un restaurant où le talent s'exprime avant tout sur les poissons, où le menu surprise est la spécialité, où l'on vous propose de vous laisser faire, de déléguer votre confiance. Mais si vous ne voulez pas, la carte propose les inspirations du moment sur les produits du marché.

C'est frais, structuré, bien pensé, goûtu, chaque bouché émerveille et vivifie.

Cecila est de ces lieux qui donnent envie de sortir, de mettre un manteau, de passer sa porte et de partir à l'aventure des découvertes et des surprises proches.

Peu importe que la rue des Chapeliers soit à un jet de falafel de la Grand-Place, que du contraire : cela donne envie d'aller frotter le bras d'Éverard t'Serclaes au sortir de table pour formuler des souhaits d'apparition de tables de cette trempe plus régulièrement et avec autant de succès que cette jeune pousse.

Restaurant Cecila
16 rue des chapeliers
B - 1000 Bruxelles
Tél. 02 503 44 74
Lunch 24 euros. Menu du chef, 3 services, 44 euros.

bruxelles,coup de coeur,moins de 100 euros,resto,bistronomie,menu 44 euros,moins de 120 euros,moins de 150 euros,moins de 135 euros,lunch 24 euros

resto,bruxelles,bistronomie,menu 44 euros,moins de 120 euros,moins de 150 euros,moins de 135 euros,lunch 24 euros

20
mai

Shezan, constance et contenance discrète

MADAME

MONSIEUR

Mme voue une sorte de culte à la cuisine indienne et à ses currys. En Inde, deux fois, au nord comme au sud, elle a vécu le choc des senteurs, des parfums et des couleurs. Si, d’humeur tourmentée, Mme est en manque de sensations, elle s’invente un voyage par le biais de la cuisine indienne.

Shezan est un petit resto sans prétention, caché dans le quartier africain de Matongé à Ixelles. On y savoure des mets indiens et pakistanais pour quelques euros : parmi les 13 à base de poulet (10,90 € - 12,90 €) le chicken bhouna mélange tomates, oignons, gingembre et herbes dans un curry léger. Bien aussi, le chicken dhanak aux lentilles, ail, gingembre frais et coriandre.

Impeccables, le dal (8 €) plat de lentilles traditionnel et le palak paneer, épinards au fromage fondant, relevés de cumin et de poivre. En cas de fête, on commande le tali, un festival de 5 plats pour 20 €.

Pour les amateurs de riz basmati, les biryanis sont accompagnés d’une sauce raita (concombre, tomate, yaourt, coriandre) et d’une cassolette de légumes.

L’adresse préférée de Mme avec la Porte des Indes, plus cher.

M. a un jour proposé à un ami qu'il fallait sortir pour lui changer les idées d'aller manger dans son* restaurant Indien favori.

M. invite, l'ami choisit. C'est un stratagème qui permet à M. de faire une découverte à bon compte et sans trop de risque car, suivant l'adage bien connu : "les restos favoris de mes amis sont mes restos favoris". Pour preuve M. a depuis emmené Mme qui ne connaissait pas l'adresse.

L'assiette propose les grands classiques de la cuisine indo-pakistanaise :  korma, tandoori, viandes mijotées, légumes, nans, puri. La carte recèle quelques spécialités moins fréquemment disponibles : le crabe ali baba, des prawn puris, des karahi de poulet ou d'agneau. Le tout parfaitement cuit, épicé et présenté.

La mise parfaite du serveur bangladais, son calme olympien, son service attentionné procurent au lieu une sérénité malgré les nombreux clients et le rythme soutenu du service. Nassir, le patron chenu, a la distinction d'un joueur de cricket et veille sur les lieux depuis plus de 20 ans.

*mais comment réduire l'ambigüité des pronoms relatifs en français ?

Shezan
120 Chaussée de Wavre
1050 Ixelles
02/5129495

indien, curry, ris, basmati, pakistanais, Inde, Pakistan, dal, palak paneer, moins de 50 euros

indien, curry, ris, basmati, dal, palak paneer, moins de 50 euros