23
sept

A la catalane : tapas et bières du Cap d'Ona

MADAME

MONSIEUR

Depuis que Mme se laisse conduire par Monsieur (en voiture), elle accepte d'entrer par hasard dans des lieux incongrus. Et d'avoir d'excellentes surprises. Là, à deux pas de la mer, un petit jardin attire par sa fraîcheur, la pergola aux fauteuils profonds invite au prélassement.

Juste deux ou trois bières primées et une assiette de tapas (Bellota 18 € : jambon, chorizo, olives, anchois Roque, pommes de terres et bouchées croustillantes...). Bien bien.

Finir sur un café gourmand catalan (5 € ), servi avec 3 délices irrésistibles : chocolat, flan catalan et une tranche de Touron, la spécialité catalane (praliné, miel, amandes). Une tuerie !

En cadeau, faire un saut à la boutique à côté, et admirer le brasseur à travers la vitre. Si c'est pas de l'artisanat, ça...

M. aime au détour d'une route couper le moteur et pousser la porte d'un établissement. Surtout si celui-ci n'a pas la tête de l'emploi, ne fait pas couleur locale.

Tomber sur une brasserie en pays catalan, à Argelès-sur-mer, entre un lotissement et une zone commerciale, voilà le type d'incongruité qui suscite la curiosité de Monsieur. Surtout si la brasserie, en plus d'arborer le sang et or régional, se targue de prix nationaux décernés à ses produits.

La brasserie du Cap d'Ona c'est une pergola, quelques tables et un hangar où se brassent les bières servies avec les tapas.

Bières bouteille

Blonde bio, blanche, ambrée, brune et surtout la Banyuls (4,50  €).

Bières pression
50 cl : Blonde (4,50 €), ambrée (5 € ), spéciale saison (6 €)...

La bière au Banyuls (ce vin rouge doux qui fait la fierté de la région) est sans doute un bière unique en son genre puisqu'elle mèle une pils et un vin doux. Le résultat est délicat, frais, plus charpenté, un heureux mariage improbable. 

Brasserie Cap d'Ona
29 av. des Flamants Roses
66700 Argelès-sur-mer

brasserie,moins de 30 euros,bière,artisanal,locavorre,slow food,tapas,touron

brasserie,moins de 30 euros,bière,artisanal,locavorre,slow food,tapas,touron

brasserie,moins de 30 euros,bière,artisanal,locavorre,slow food,tapas,touron

19
sept

Carcassonne et son Jardin de l'Evèque

MADAME

MONSIEUR

Mme est fâchée. Très fâchée avec Carcassonne. L'été, c'est l'enfer. Trop de touristes, trop de boutiques à souvenirs made in China, trop de touffeur.

Alors trouver un restaurant dans cette cité médiévale relève carrément du défi ! Malgré la mise en garde de notre hôte Bernard, qui tient l'agréable Demeure Saint Louis, un Bed & Breakfast parfait, Madame a voulu faire sa maligne.

Suivant les conseils du Guide vert Michelin, elle s'est dit que dîner au Jardin de l'Evèque serait bien agréable. Erreur! Madame a commandé des Côtes d’agneau des Pyrénées grillées, gnocchi de polenta aux olives et parmesan (20€). La polenta ressemblait à un carré de chewing gum ! Sans parler du dessert sorti du congélateur (Abricot du Roussillon poché au romarin, crème fouettée au lait d’amande et pain de Gênes (9€) sans intérêt. Le menu truffé de fautes n'était pas clair; le résultat dans l'assiette rebutant.

Irritée mais téméraire, Madame a fait un saut en cuisine pour rencontrer le responsable de ce gâchis, un chef d'une vingtaine d'année, sans doute en stage d'été. Qu'importe, c'est une soirée ratée.

C'est sûr, Madame ne suivra plus aveuglément les petites adresses du Michelin.

Une note positive ?
Mme a aimé les olives Lucques à l'apéro et le pousse-café fluo au joli nom de Micheline. Si ça lui prend, M. vous en parlera.

La ville touristique est un exercice de style. Faire vivre sur une saison les marchands du temple, les opérateurs touristiques, les restaurateurs et hoteliers; et contenter les touristes venus découvrir un lieu mythique à la va vite. Il est clair qu'à Carcassone l'équilibre est précaire.

Le visiteur moyen y passe 4 heures, cherche principalement une expérience médiévale et dans la région le cassoulet est roi. Si ce paradigme vous parle la Cité de Carcassone saura vous séduire, si vous cherchez à creuser, si vous voulez manger autre chose vous risquez d'être déçu. Personne ne se donne la peine de faire plus que ce qui est attendu, un bien triste strict minimum. 

Ville ravalée au 19e s. selon le point de vue d'un architecte qui se faisait son idée de la ville médiévale; on ne sort pas de ce schéma directeur 150 ans plus tard. 

Et la table ? Mme & M. ont opté pour le jardin de l'Evèque, une terrasse ombragée où s'affairent des apprentis serveurs sous l'oeil austère d'un maître d'hôtel expérimenté. Affublée d'un Bib gourmand, au grand air, elle semblait convenir à un dîner d'après canicule. Funeste erreur d'apréciation.

M. n'a pas trop envie de décrire l'enchaînement de mauvaises surprises, mais au final à force de renvoyer les entrées ("Grosse brochette de gambas, taboulé maison à la menthe fraîche, tomates cerise en salade" (16€).) et d'argumenter le pourquoi ce qui est dans l'assiette est une insulte aux descriptions de la carte, le maître d'hôtel a consenti à passer au bleu une partie de l'addition. 

90€ pour mal manger, se prendre la tête avec le personnel, il est des meilleurs souvenirs de vacances.

Restaurant Le jardin de l'Evèque
Rue Saint-Louis
Carcassonne, France
Tél. 04 68 71 98 71

moins de 50 euros,resto,colère,fâchés,jarsin,terrasse,bib gourmand,michelin,sud,midi

moins de 50 euros,resto,colère,fâchés,jardin,terrasse,bib gourmand,michelin,sud,midi

24
août

We love ♥ Evol (plus beau village de France)

MADAME

MONSIEUR

charme,coup de coeur,architecture,moyen âge,église,trésors,montagne,pyrénéesMme aime Evol, l’un des plus jolis villages qu’elle ait vus dans le midi de la France.

Déçue par l’itinéraire proposé par le Train jaune des Pyrénées catalanes, Mme tenait à faire une halte à quelques km d’Olette dans la garrigue.

Evol possède les atouts d’un village qui n’a pas bougé depuis des siècles : pâturages, toits de lozes, potagers… et une adorable église du 15e, truffée d'oeuvres d'art. L’harmonie des façades, les fenêtres fleuries et les sourires des habitants font mouche : Mme pense un instant qu’elle pourrait finir ses beaux jours ici (même le cimetière parait accueillant).

Mme comprend que l’autochtone catalan refuse d’ouvrir une chambre d’hôtes. Pourquoi perturber sa sérénité ? Par contre, boire un sirop de sureau au bar du village, en terrasse, pour souffler après l’escalade des ruelles en escalier : le bonheur, sans trop demander.

charme,coup de coeur,architecture,moyen âge,église,trésors,montagne,pyrénéesM. aime les gens du cru. Ils ouvrent les portes de l'église en saison, au milieu de l'après-midi et vous donnent à entendre l'histoire des retables et vierges qui hantent le lieu. S'activent à leur rythme, au potager. No stress.

Le béal alimente une ribambelle d'abreuvoirs, lavoirs et fontaines, qui font résonner le son cristalin de l'eau en cascade.

Cela vous change des tags en catalan barrant les noms des gares en français. On se croirait, pour la signalétique, en périphérie bruxelloise.

Assoifé par la canicule de la fin juillet, M. a goûté au sirop de thym - pas mal du tout - à La Casa del Sol, unique bar de ce village plutôt calme de Cerdagne.

 
Nota Bene
 
Classé plus beau village de France, Evol est un hameau tout en loze où serpente un béal le long de 3 rues, une église abritant un retable du XVe siècle et des maisons au charme éternel.charme,coup de coeur,architecture,moyen âge,église,trésors,montagne,pyrénéescharme,coup de coeur,architecture,moyen âge,église,trésors,montagne,pyrénéescharme,coup de coeur,architecture,moyen âge,église,trésors,montagne,pyrénéescharme,coup de coeur,architecture,moyen âge,église,trésors,montagne,pyrénéescharme,coup de coeur,architecture,moyen âge,église,trésors,montagne,pyrénées

26
juil

Collioure, belle comme dans les yeux de Matisse

MADAME

MONSIEUR

Mme en rêvait, M. a suivi ses désirs : une virée sur la Côte Vermeille, à Collioure. Un village mythique. Matisse y a posé son chevalet. Le fauvisme est né dans cet endroit magique. Les complices fauvistes, André Derain, Albert Marquet, mais aussi  Juan Gris, Georges Braque, Picasso, Raoul Dufy ou Paul Signac l’ont aussi célébrée.

Collioure  est LE plus beau port du midi, avec ses rochers, son fort, ses maisons pastel, sans ostentation, authentiques. Arpenter les ruelles du faubourg, comme l’appellent les autochtones (la moitié du village, non touristique) un bonheur pour les yeux : du linge au balcon, des fleurs grimpantes, quelques chats qui se dorent la pilule et attendent l’heure fraiche.

Et puis, il y a les anchois de la maison Roque, les tapas, le vin catalan, et un superbe hôtel dont il faudra parler bientôt.

Mme n’aime pas… les galets au bord de l’eau, mais la prochaine fois, elle enfilera ses sandalettes.

M. aime faire plaisir à Mme. Surtout quand il s'agit d'aller se rôtir la couenne le long des golfes rocailleux. De se promener le long du sentier littoral, de prendre des clichés de l'eau azur où s'ébattent de juvéniles nageuses. M. est généreux et curieux.

Collioure offre plusieurs raisons de s'émerveiller. Certains quartiers restés authentiques, d'autres voués au tourisme balnéaire façon Sud (terrasses, échopes d'artistes, artisans, bazars,...) le tout disposé autour d'imposants bâtiments militaires. 

Le mercredi à l'arrière du château royal se tient le marché, l'occasion de faire main basse sur des légumes anciens, une tielle sètoise (une gosette salée alliant fruits de mer et tomate), des cochonailles pour le pic-nic.

Ajoutez le muscat, le Banyuls, le sourire du boulanger à l'accent qui chante, la dame qui lie conversation parce que vous déchiffrez les chiffres romains et que plus personne ne le fait, et c'est encore un peu plus de bonheur.

 
 midi, soleil, côte vermeille, Matisse, village, azur, coup de coeur, tapas, anchois, catalogne, vin, Banyulsmidi, soleil, côte vermeille, Matisse, village, azur, coup de coeur, tapas, anchois, catalogne, vin, Banyuls
 midi, soleil, côte vermeille, Matisse, village, azur, coup de coeur, tapas, anchois, catalogne, vin, Banyuls