04
janv

Restaurant Seino à Ixelles

MADAME

MONSIEUR

Mme avait découvert Seino grâce à une amie japonaise, critique gastronomique, Maki Miyazaki. D’emblée, le lunch lui avait laissé un souvenir heureux, varié, copieux : une farandole de mets légers, découpés à la perfection, relevés là où il faut : savoureux légumes marinés, flan aux champignons - dashi, chou au vinaigre de Xérès  - scampi, foie gras confit - kaki, aubergines au parmesan – shiitakes –lardons –riz – salsifis… Elle avait dégusté une joue de bœuf si tendre avec des baguettes. Pour terminer sur un moelleux au chocolat – tuile – glace au gingembre. Le chef Seino et son adorable épouse (sereine et douce, attentive en salle) forment un couple charmant.

Né au Japon, Minoru Seino a appris la cuisine française à Lyon puis une formation auprès de grands chefs, dont Bernard Loiseau et Pascal Devalkeneer. Quand on lui demande de résumer sa cuisine, de ses yeux malicieux, Seino répond : surtout pas de fusion. Ma cuisine est française, avec des notes japonaises.

Séduite, Mme est retournée cette fois avec Monsieur chez Seino. Parmi les plats au menu du soir, des mises en bouches bulots au saké, velouté de potiron, bouchée de saumon au soja grillé, tout cela fond en bouche. Un éblouissant carpaccio de Saint-Jacques de Bretagne, servi avec une sorte de chimichurri (légumes découpés au scalpel et marinés au vinaigre) et aubergines confites saupoudrées de poudre de parmesan. Un cabillaud meunière – bettes –chou fleur. Petits légumes au beurre, la touche d’acidité  du ponzu, tout forme une étrange harmonie. Le plat signature du chef, joue de bœuf – réduction de vin rouge – chips de panais –  salsifis – jeunes carottes fait un nouvel adepte (M. se tait et mange).

Pour le prix, pour la qualité, le raffinement, Mme invitera une amie à la prochaine occasion.

M. avait répondu à l'enthousiasme de Mme et l'avait accompagnée chez Seino. Resto de coin face au vaisseau amiral de D'Ieteren, moment agréable à flâner autour de cet imposant garage, vestige vivace d'un XXe siècle bruxellois, shadokien en diable.

Arrivés tôt, choix de table à proximité du bar. Peu de couverts, une proposition simple, très axée poisson, ce qui pour M. est plutôt toujours une agréable surprise.

Le chef est japonais, mais il a fait ses classes en France et propose une cuisine personnelle matinée de son parcours, origine et progrès mêlés.

Le service du soir est un peu théâtral, les accueils, annonces, se font avec une certaine obséquiosité, a voix portante, c'est un peu envahissant, sans être désagréable, la conversation s'interrompt au pire.

Le midi c'est plus sobre me glisse Mme. Tout est bon, goûteux, frais. Seul le dessert dénote, peu élaborée, la tatin ne convainc pas. M. aurait du demander à ne pas prendre de dessert et tenter les fromages.

Ce sera pour la prochaine fois, car retourner manger chez Seino semble une bonne idée, sans doute pour un lunch. 

 

 

 
Restaurant Seino
Rue du mail 81
B - 1050 Bruxelles
Tél. 02 538 84 76.
Facebook du restaurant Seino

Fermé dimanche. Ouvert de 12 à 14h, 19 à 21h30. Menu du soir imposé: 45€, 5 services. Lunch 22.50€. Belle sélection de sakés et quelques vins naturels.

bruxelles, restaurant, ixelles, coup de coeur, moins de 100 euros, moins de 75 euros, japonais, cuisine française,

19
octo

Chez Max restaurant, la simplicité a du bon

MADAME

MONSIEUR

Mme aime la simplicité, le sourire dans les plats, les intitulés indémodables. Chez Max, elle est bien tombée. C'est un chouette bistrot à Ixelles, convivial et juste : moules de bouchot au curry, acras de morue, tartare de veau parfaitement frais, andouillette rondouillette, moelleux au chocolat Valrhona & glace à la vanille maison (10€).

On ne s'y prend pas la tête, on se fait plaisir, c'est tout ce qui compte pour une soirée décontractée dans le quartier Flagey.

Enfin, la sélection de vins naturels au verre est réjouissante, pour qui veut aborder ces vins très spéciaux.

*Note pour les curieux qui demandent à Mme "c'est quoi" le vin naturel ?
Le vin naturel (ou vin nature) est issu de raisins provenant de l’agriculture biologique (absence de produits phytosanitaires et d'engrais chimiques). Il est vinifié le plus naturellement possible, avec très peu d’intervention de la part du vigneron. Pour ces vins, ce sont les levures indigènes (propres aux raisins et à son environnement) qui sont responsables de la vinification. Il n’y a pas de chaptalisation, pas d’acidification et pas ou peu d’utilisation de dioxyde de soufre. La plupart de ces vins ne sont ni filtrés ni collés.

M. aime les serveuses qui sont des intellectuelles en quête de diplômes et qui devisent de leur mémoire ou de leur thèse en conseillant un rouge gouleyant ou un petit blanc sec façon briquet.

Chez Max on peut sans risque ni chichi tomber sur ce genre de personnel, ou passer à côté, occupé que l'on est à regarder déambuler les passants par la grande baie qui donne sur la rue Lesbroussart, ou perdu dans les différents écriteaux et affiches qui tapissent les murs de l'établissement.

On peut aussi conjuguer les trois et faire honneur à une andouillette de chez Daniel Thierry simplement au four, salade et légumes (22€).

On est bien, rien ne presse, tout glisse indolent comme le récit de Mme qui, bien que pertinent, n'extirpe pas M. de ses rêveries...

 

 

Chez Max restaurant
Rue Lesbroussart 118
B - 1050 Bruxelles
Tel: 02 344 42 32
info@chezmaxrestaurant.be 

Ouvert du mardi au vendredi de 12h à 14h et de 19h à 22H. Samedi de 19h à 22h
Entrées : 11-14€, plats : 16-28€, desserts : 9-11€. Plat du jour à 12€.

Chez Max, le bordeaux donne le ton...

resto, restaurant, coup de coeur, ixelles, bruxelles, brasserie, bistronomie, moins de 75 euros, moins de 120 euros

 

13
octo

Nicolas Decloedt dans un temple antoiniste

MADAME

MONSIEUR

Mme est charmée par les hommes qui osent, rêvent, s’engagent. Nicolas Decloedt fait partie de ces Monomaniaques du produit, il chante le potentiel du légume.

Durant le mois d’octobre, il plante sa cuisine dans un décor singulier. Imaginez un temple Antoiniste, dont personne n’a jamais entendu parler. Les maximes religieuses vous accueillent, plus loin, des masques africains et des objets d’Océanie ; le lieu a été transformé en résidence- galerie. Nicolas a l’habitude de recevoir comme ça : on s’assied où l’on veut, on parle flamand, français, anglais, une serveuse glisse des assiettes polies par les ans, verse des vins naturels de toute beauté ou de délicats thés. S’ensuit une ode au végétal: soupe de feuilles de capucine, carottes, jus d’argousier, kéfir. Tomate noire de Crimée, granite d’huile d'olive de Sicile et fromage blanc de brebis, amandes et poivrons. Betteraves Chioggia séchées et réhydratées, émulsion d’estragon, betteraves marinées, sarrasin soufflé. Laitue Romaine Celtuce (ou Laitue Asperge, une variété asiatique méconnue chez nous) avec une note fumée. Chou pointu au barbecue, potiron beurre blanc, Berce. Crème caramel. Parfait glacé de reine des prés. Sablé chocolat sarrasin.

Mme se souvient, en vrac, de saveurs nouvelles, de croquant, de pureté. D’une discussion à  propos du stress des légumes et de l’optimisation de leur rendement. D’un chat roi, qui se laisse caresser. Des sourires autour de la table. Et du talent de Nicolas, qui, faut-il le préciser n’a pas d’attachée de presse mais une mailing list : il suffit de lui écrire et il vous ajoutera pour vous prévenir de son prochain repas.

M. a passé une excellente soirée dans un lieu qu'il ne connaissait pas, dédié à un culte dont il ignorait l'existence. Face à tant de nouveauté il fallait bien un peu de retrouvailles, de connu.

Un couple d'amis, Mme et Nicolas Decloedt officiaient sur ce terrain.

Pour une deuxième approche du chef, c'est la joie de découvrir ses légumes en robe automnale qui a transcendé la soirée. Dans le retour du nouveau encore...

Un choux pointu au barbecue, des betteraves que l'on prendrait pour des dattes ou des figues tant elles sont confites d'un jus concentré, des mousses de kéfir, des fromages de brebis minute, des vins troubles et naturels, ou dorés et translucides; des noires de Crimée, dernières tomates de la saison, du sucré en 3 temps pour finir... Au total une dizaine de propositions vont émailler une soirée faite de conversations sur les réfugiés espagnols de 36, les couples et le mélange des perceptions, l'ego dans la fusion, et l'incompréhension. La nostalgie de la jeunesse.

Une ambiance chaleureuse dans une salle cultuelle reconvertie en salle d'exposition d'art premier océanien et africain, un étrange contraste.

A 55€ vins compris c'est vraiment proposition généreuse et variée pour un somme très raisonnable.

Car Nicolas a l'oeil et de la mémoire, M. a récupéré son écharpe-cadeau de la Ministre Marghem, il ne la quitte plus, l'écharpe.

Merci Nicolas.

 

Humus Botanical Gastronomy
Nicolas Decloedt
Email:info@humusgastronomy.be
Tel: 0032 474 653706
PS : Il peut rester quelques places pour "Humus at the Temple" en octobre, alors n'hésitez pas à appeler. Les repas d'octobre ont lieu dans le Temple Antoiniste/la galerie Jan-Joris Visser, Boulevard Guillaume Van Haelen 132, 1190 Forest.

Tarif par couvert : 55€ vins compris.
Lire aussi notre premier article en 2015, à propos de Nicolas Decloedt et Humus Botanical Gastronomy

légume,resto,table d'hôtes,bruxelles,coup de coeur,moins de 75 euros,moins de 100 euros,moins de 120 euros,vins nature

légume,resto,table d'hôtes,bruxelles,coup de coeur,moins de 75 euros,moins de 100 euros,moins de 120 euros,vins nature

légume,resto,table d'hôtes,bruxelles,coup de coeur,moins de 75 euros,moins de 100 euros,moins de 120 euros,vins nature



 

 

 

 

11
octo

Amen restaurant

MADAME

MONSIEUR

Mme suivrait Pascal Devalkeneer les yeux bandés. Cependant elle garde les yeux ouverts pour ne pas faillir à son devoir critique. Beaucoup de monde déjà se presse à Ixelles, pour pénétrer dans le nouveau temple du chef et de sa complice, Pili Collado, (dont Mme aime beaucoup les bijoux des Précieuses). Pili a veillé à l'atmosphère: monacale, brute (la paille des chaises), polie (le bar en travertin), le bois des tables claires.

On se croirait dans une église protestante, s’il n'y avait ces grains de folie de Pili, comme les bustes de taureau qui versent de l’eau filtrée ou un trou de serrure espiègle sur la cuisine.

Des plats gourmands, comme ce savoureux Cèpes, polenta roquette et bœuf séché, simplissime suffiraient au bonheur d'un midi. D’autres légers, comme le Lieu jaune (servi tiède, peu salé) avec fenouil croquant, olives, pâtes rondes, séduiront ceux qui désirent garder la ligne. Des desserts saisonniers, comme cette Pêche au four, huile d'olive, glace basilic et croquant sésame, un régal. Le tout accompagné d'un verre de blanc, le Vendangeur Masqué.

L'adresse que tout le monde chuchote en ce moment.
PS : Pour les fauchés, le lunch à 18 euros est un bon plan.

M. a dans sa trousse à outils quelques adresses pour des fonctions bien précises. Amen pourrait rejoindre le trousseau lunch chic pour en imposer sans trop casser la tirelire.

A un jet de pierre du quartier Lepoutre-Brugmann dans la longuissime rue Merjay, là où Ixelles roule des pelles à Forest, un voiturier simplifie le délestage de son véhicule et la compréhension des différentes zones de parking (payant Ixelles ou disque bleu Ixelles ou payant Forest).

Si le quartier manque de simplicité, Amen lui est une épure. Tout est minimal dans la déco. Quelques détails apportent une touche décalée. Un bar brutaliste en marbre, des pichets d'eau taurins.

Dans l'assiette un plat du jour sous les 20€ une entrée sous les 10€, une bonne combinaison pour se laisser le temps de parler, séduire, convaincre sans compromettre son après-midi.

Si on se sent plus en appétit ou si on veut de plus grosses pièces, la carte recèle des propositions de ris de veau qui faisaient le plaisir d'une émérite attachée de presse. On y voit et on y est vu par du beau monde, définitivement chic.

Amen
Rue Franz Merjay 165
B - 1050 Bruxelles
Tél. 02 217 10 19
info@amen.restaurant
Ouvert du mardi au samedi de 12h à 14h30 et de 19h à 22h30

bruxelles, resto, coup de coeur, restaurant, gastronomie, moins de 50 euros, moins de 100 euros, chic

resto, restaurant, coup de coeur, ixelles, bruxelles, brasserie, bistronomie, moins de 75 euros, moins de 120 euros

bruxelles, resto, coup de coeur, restaurant, gastronomie, moins de 50 euros, moins de 100 euros, chic

bruxelles, resto, coup de coeur, restaurant, gastronomie, moins de 50 euros, moins de 100 euros, chic