19
octo

Notos, l'hospitalité de Constantin

MADAME

MONSIEUR

Mme, si elle veut se faire plaisir, en appelle aux parfums du sud. En grec, Notos veut dire sud. Pour elle, Notos est synonyme de volupté. Elle se damnerait pour la cuisine de Constantin Erinkoglou. Car son restaurant n’offre que du plaisir. Pur. Maîtrisé.

Son chef préféré ? Celui dont les assiettes racontent une région, un héritage, des influences mélangées et une certaine générosité, tout en retenue. De ses grands-mères, originaires des Balkans, Constantin a puisé dans le livre de recettes et les bouquets de saveurs. De ses voyages récurrents, il rapporte les produits, rares, exquis, les vins, le miel, la poutargue, et ces denrées gorgées de soleil, que l’on envie aux Hellènes. L’artiste de la rue de Livourne revisite les recettes ancestrales, les recrée, les projette dans le 21e  siècle, avec sa touche. Délicate. À mille lieues de l'idée que l'on se fait du resto grec de Bruxelles.

En entrée, Mme hésite à chaque fois entre une Thalassina et les Calamars grillées au beurre de lait cru (18 €). Elle se souvient aussi du Boeuf de Mousthène et ses légumes braisés (32€) et des couteaux irrésistibles, qui réapparaissent au gré des saisons. Le tarama du Notos est une ode à la perfection. Qu’il cuisine à l’huile d’olive ou au lait cru, le chef respecte les produits, les transcende. Cet homme discret a une vision, un sens de l’assaisonnement, des alliances de goût et d’harmonies.

Ses chefs-d’œuvres ? Les plats à base d'agneau, plus divins les uns que les autres. Mais aussi le Sofrito de veau déglacé au vieux d'Assyrtiko (30€).

L’acmé de la délectation ? Dès lors que l’on se laisse guider pour l’accord plats et vins, on plonge souvent en territoire inconnu, digne des plus grands voyages. Cette nuit-là, Mme avait mis le cap sur les îles Lemnos, Santorin et la Crète (Domaines avec Savvoglou, Sigallas et Economou), sublimes. Elle n’en est toujours pas revenue.

M. apprécie particulièrement le Notos. Pour le travail et la personnalité de Constantin Erinkoglou qui donne des lettres de noblesse à la cuisine grecque. Cette Grèce cosmopolite qui s'ouvre par la mer Egée vers l'Orient. Chimérique vision, au vu de l'actualité, mais crédo du maître des lieux.

Œuvrant en cuisine et en salle, il est le chef d’orchestre d’un établissement qui, avec une très grande sobriété, revisite la tradition gastronomique hellène et l’éloigne des stéréotypes qui l’étouffent.

Les assiettes procurent le dépaysement du sud et les surprises des grandes tables. Mais le travail de Constantin et de son équipe ne souffre aucune exubérance. L'inventivité vient des textures, des rencontres des goûts, de la perfection des produits.

Un tarama incomparable, des poissons crus (Thalassina, assiette variée de la mer 22€), des viandes à la cuisson parfaite (Agneau quand il y en a) et un sens du jus qui bouleverse le plus blasé des palais (Veau Kapama, sauté et mitonné aux aubergines 28€). Mais le tout avec une frugalité assumée. Pas d'esbrouffe, d'effet de manche, le produit, son traitement, au mieux un accompagnement, le tout avec une grande maîtrise et beaucoup de simplicité. Un écrasé de pommes de terre avec des légumes quasi crus reste une des bouchées les plus savoureuses de cette visite.

Frugalité donc, mais la succession d'assiettes permet de composer un menu (de 45 à 70€) qui apportera la satiété. Heureux paradoxe, de voir son appétit préservé jusqu'aux derniers moments du repas, pour finir nourri, sans aucune lourdeur, rassasié. 

Les vins, une des passions du chef, qu’il défend avec volontarisme, viennent exclusivement de Grèce et sont choisis avec minutie. Laissez-vous conseiller ou optez pour une initiation lors des soirée Oenos.

Notos
Rue de Livourne 154
1000 Bruxelles
02/ 513.29.59

Lunch un plat au choix, 22 €.  Soirée Oenos le 3 décembre 2012, avec les vins
De l’extrème nord-ouest et Thessalie. Domaines Alfa, Karadimo et Karipidi. Infos sur www.notos.be/

En Belgique, Notos est l’Ambassadeur de la cuisine grecque d’aujourd’hui. Voir aussi notre dossier sur sa cuisine au lait cru ici.

notos,grèce,moins de 50 euros, chef, plaisir, agneau, vin

notos,grèce,moins de 50 euros,vin,sud,poutargue,veau,lait cru,plaisir,frugalité,tarama

 

 

15
octo

Vande Sande, d'excellentes viandes à Koekelberg

 

MADAME

MONSIEUR

IMG_20121013_210112.jpg

 

 Onglet bleu à l'échalotte (17,5€) avec croquettes.

 

IMG_20121013_210045.jpg

 

Filet pur de cheval (18,60€) saignant,  sauce poivre vert crème flambée (4,5€) avec frites.

 

 
Résultat
 
IMG_20121013_211504.jpg
 
 
Ne trainez pas, il est prévu que le Vande Sande ferme POUR TOUJOURS en février 2013.
La spécialité, quand l'arrivage suit, c'est l'araignée, il est vivement conseillé de la réserver quelques jours à l'avance ! Mais toutes les pièces de viande à la carte vallent le détour.
 
Pol, le patron, sait saisir les viandes, les amener à température tout en leur conservant leur jus. Il maîtrise.
 
Si vous avez de la chance parfois après le repas, Stan Pollet se produit et reprend Brel.
Un bonheur !!!
 
 
VANDE SANDE 
Square Félix Vande Sande 9
1081 Koekelberg
Tél: 02 411 42 31 

Fermé : lundi, mardi

13
octo

Concours Rouge Tomate, gagnez un repas gastronomique

Gagnez un repas gastronomique chez Rouge Tomate !

Madame et Monsieur ont particulièrement aimé le restaurant Rouge Tomate à Bruxelles.

Le premier concours sur leur site, vous permet de gagner un bon cadeau d’une valeur de 200€ !

Valable pour deux personnes, trois services, une coupe de champagne et vins délicats.

Lisez la critique de Mme & M. sur Rouge Tomate ici et participez au concours sur notre page Facebook.

Restaurant Rouge Tomate
Avenue Louise, 190
1050 Bruxelles

Comment participer ?

En cliquant sur notre page Facebook, vous répondez à 3 questions faciles et le tour est joué ! Bonne chance.

concours,gratuit,dîner gastronomique,cadeau

Participation du 13/10 au 26/10 minuit.

09
octo

Chao Chow City, cantine chinoise à Bruxelles

MADAME

MONSIEUR

Mme, dans sa jeunesse, affectionnait l'exotisme de pacotille, son décorum de lampions rouges, de Bouddhas ventripotents et d'aquariums chamarrés. Aujourd’hui, le souvenir des repas de famille au Chinois du quartier lui laisse un goût mitigé...

Dans les années 80, Bruxelles regorgeait déjà de petits restos chinois. Pour le meilleur et pour le pire, selon votre tolérance aux bandes-son édulcorées en mandarin et autres incommodants additifs. Devenue adulte, Mme n’ose plus franchir le seuil de ce genre de bui bui. Sauf depuis qu’elle écrit pour les magazines et qu’elle blogue.

Pour une fois, la devanture de Chao Chow City, n’exhibait pas de pauvres bêtes laquées. Dommages, Mme aurait aimé y goûter puisque c'est leur spécialité. Elle s’est consolée avec une entrée de croquettes et un plat de boeuf au oignons. Pas mal, vu le prix riquiqui.

Ce n'est certainement pas LE meilleur restaurant chinois de Bruxelles, mais un bon plan si vous êtes fauchés !

Mise à jour du mois de mars 2015: un autre resto chinois, encore mieux mais plus petit : Beijyngya.

M. aime l'aventure proche. Pousser la porte de lieux dont il ne comprend pas le succès. Le Chao Chow City, c'est ce restaurant chinois du centre ville devant lequel des cohortes d'hommes asiatiques fuments des cigarettes en parlant bruyamment comme des dîneurs rassasiés.

Souvent en vitrine des canards laqués pendent à des esses. Un néon jaune n'indique rien d'autre que ce nom "Chao Chow City".

M. le pas décidé fend la foule et entre comme on s'engouffre dans une bouche de métro, à contre-sens d'une flot humain un samedi soir de sortie. Sur la gauche une salle express sans décorum particulier au fond une salle avec colonnes, statues et dorures. 

Une accorte jeune femme avec une chemise de tartan nous indique une table de deux, va pour la salle express.

Le lunch est à 3,8€, le plat du soir à 5,8€. Un conditionnement bourgeois pousse à se méfier de si peu de cherté. Tentons la carte.

Les choix de M. se portent sur les raviolis chinois frits (crevettes) en entrée et le poulet sauce pimentée.

Les fritures sont saines, les assiettes copieuses, le riz cuit parfaitement. Pour 46€ à deux, entrée, plat , 3 bières et un demi-litre de vin rouge, on est dans la cheap food qui ne donne pas de remords.

Le service est mâtiné d'un humour pince-sans-rire étonnant vu la cadence du travail. 

Chao Chow City
Boulevard Anspach 89
1000 Bruxelles
02/512.82.83

chaochow.jpeg