03
déce

Au bonheur des Dames Tartines

MADAME

MADAME

Mme prend un malin plaisir à pointer des restos hors mode, sans étiquette tendance-jeune-et-prometteur.

Mme croit au woman power. Pense que les valeurs sûres en matière de cuisine se doivent d’être mises en avant. Bref, ce jour, Mme tire son chapeau bas à deux dames.

Les Dames tartines, elle en entend parler depuis ses vingt ans, l’âge où les bons restaurants ne sont pas une priorité. Cette fois, c’est décidé ! Découverte de ce lieu hors normes, délicieux. L'adresse ultime du nord de Bruxelles, aux alentours du Botanique.

Les Dames ? Elles sont deux, ont une personnalité contrastée, l'une, main de fer dans un gant de velours, l'autre, tout sourire, une déesse des fourneaux. Elles dirigent leur royaume avec ce qu’il faut de générosité. Parfois, on y croise des célébrités. Chut ! Cette adresse ne se la joue pas, au contraire.

En entrée, un soufflé à la volaille et aux cèpes fait merveille. Mme n’aime pas quand la truffe prend le dessus, or la sauce au beurre infusée de truffe décroche la palme de la subtilité. Ensuite, le bœuf effiloché, préparé dans un jus et une pointe de vinaigre, se déguste avec cinq légumes oubliés (ré-adoptés de tous, on s’en réjouit) : topinambours, butternut, carotte jaune, panais. Fondants à souhait !

Peu de desserts à la carte, mais telle est la preuve que tout est fait maison par Anne aux doigts de fée. Mme craque au crick crack de la croute de la crème brûlée et au goût orangé…

The best crème brulée of Brussels ?

M. a cédé la place à une dame. L'amie de Mme a, elle aussi, choisi le menu du marché (32 €) et partagé le même vin. Un Languedoc Roussillon rouge remarquable, Abbaye Silva Plana, La Closeraie, Faugères, 2005. Un mélange de Syrah et d’autres cépages. Fruité (cerise noire) et épicé, texture veloutée : une révélation pour 30 € la bouteille.

Au moment du dessert, Mme bis a opté pour la crème brûlée arabica, une vraie réussite.

Une soirée à 107 € pour deux couverts, un vrai petit festin, l’accueil attentionné en prime.

Et Mesdames de songer longtemps encore Au Bonheur des Dames.


Les Dames Tartine
A ne pas confondre avec l'enseigne du même nom à Liège !
Chaussée de Haecht 58
1210 Saint-Josse-ten-Noode (métro Botanique)
Tél. 02 218 45 49
Lunch, 20 €.
Ce restaurant est côté 14 au Gault&Millau. Il fut le premier Bib Gourmand du pays... en 1984 ;-)

Parking gratuit:
Pour les conducteurs, il suffit de sonner au resto et de demander qu’on ouvre la porte du garage en face. Pratique.

dames, cheffe, belge, Saint-Josse, hors mode, menu 34 euros, moins de 200 euros, moins de 150 euros, cave

moins de 120 euros, crème brûlée

15
nove

Vini Divini Aperitivo à l'Hôtel Berger

 

MADAME

MONSIEUR

Mme n’oublie jamais les lieux chargés d’histoire. L’hôtel Berger a abrité des milliers d’histoires, du temps où il était un lieu de rendez-vous. Du temps où Bruxelles bruxellait. Fascinant endroit.

A l’époque (en 2009) Mme y avait loué tout un étage pour y produire le tournage du book trailer (bande-annonce) de son livre. Le Berger déclinait. Le concierge parlait de fermeture. Les visiteurs ne se lassaient pas du décor désuet des chambres, des tapisseries, des colonnes à facettes miroitantes de salle de bain, des fauteuils rétro comme le crapaud de la chambre rose, aussi.

Puis l’hôtel a été racheté et rénové. Avec soin, dans l’esprit années trente, avec moult détails qui flattent l’oeil des amateurs d’art déco, comme ces tapisseries luxuriantes, qu'on retouve au restaurant aujourd'hui.

Maintenant que le lieu est à la mode, le Berger cherche la bonne formule pour son restaurant. C’est là que le réputé voisin restaurateur entre en scène: il lance les soirées Vini Divini Aperitivo du mardi au samedi soir. Une bonne idée, surtout si vous appréciez les cocktails italiens (genre Apérol Spritz) et vous contentez de l’Antipasti misti (20 €, copieux) dégusté sur les tables hautes à l’avant du restaurant et que vous prévoyez une sortie au théâtre ou au ciné (c’est le quartier Porte de Namur*)…

Cependant, si vous recherchez une table gastronomique ou une brasserie aux mets originaux, délicats et variés, passez votre chemin. L’escalope panée n’a rien d’extraordinaire, servie avec quelques feuilles d’iceberg et un balsamique sans saveur. Mme a soupiré quand on lui a apporté une part de gâteau au chocolat trempé dans l’alcool, alors qu'elle avait (selon le conseil de la serveuse) opté pour le gâteau aux fruits rouges. Enfin, une autre serveuse tout aussi nonchalante lui fit remarquer qu’on ne commande pas de pâtes avec la viande: ça ne se fait pas. Mme croyait que le client est roi.

Soit. Mme est du genre à donner une seconde chance à une table qui se cherche.

* Mieux vaut ne pas vous rendre rue du Berger en voiture, le parking de l’hôtel est souvent bondé et les sens uniques vous feront tourner en bourrique ! On nous dit qu’il s’agrandira d’ici quelques mois.

M. est d'ascendance italienne et n'avait plus fréquenté ni le Vini Divini, ni l'Hotel Berger depuis fort longtemps. 2001 pour le premier, 2009 pour l'hôtel.

L'union des deux adresses emblématiques de la rue du Berger semblait mériter une attention particulière.

Au final, malgré les imperfections qui vont suivre, M. n'a pas vécu une mauvaise soirée, car passé un certain niveau de déconvenue il se rappelle que Porte de Namur entre 2 heures de patience au Yamato, un spagh à la Spaghettière Canardière, Hana bondé et le Saint-Boniface fermé le week-end, le plaisir est une valeur rare sur ces terres ixelloises. La nourriture est très bonne, le service souriant, le câdre soigné. Le sommelier apporta aussi grâce à ses attentions et son humour une distance utile à l'acceptation du moment. M. serait-il trop exigeant ?

La formule "aperitivo", 3 entrées, 2 plats limite drastiquement les choix. Dans les entrées les antipasti misti (20€) proposent des légumes croquants froids, de la charcuterie (jambon, salami) et une boule de mozarella pour 2. Avec le pain, c'est une entrée gourmande, bien maîtrisée.

Pour suivre, voir écrit au tableau Cottoleta di vitello alla Milanese pour se faire servir une Scaloppine alla Milanese, le tout matiné d'explications de texte par une serveuse venue en renfort faire face à la horde d'un bouche à oreille enthousiaste, voilà des approximations qui font sourire. L'os est ici dans le manque d'os.

Surtout lorsque confronté à l'escalope, ses tomates cerise et sa salade iceberg noyées de balsamique et d'huile d'olive, on demande si l'on peut avoir des pâtes, on s'entend rétorquer que le cuisinier tuerait la serveuse pour cette faute de goût, ici on est chez un vrai italien. Okay. Mais l'os est ici dans le manque de féculent. Soit, la frustration est un poison que distillent toutes les mamme de la péninsule, on fera avec ce "sans" pour ce soir, mais n'espérez pas que l'on s'en réjouisse, au mieux on se demande pourquoi les primi piati ne sont pas de la partie ?

A 25€ cette vérité, la mémorisation est assurée.

Pour conclure, les desserts furent présentés de manière approximative. Une génoise annoncée aux fruits rouges se révèle être une sorte de baba au chocolat (la carte était exacte); d'un affogato (glace noyée dans une expresso) servi monté, après avoir lanterné sur le bar, seule la tasse montrait encore des traces de chaleur, la glace fondue avait refroidi l'espresso, les desserts n'ont de fait guère d'intéret, 8€ en moyenne.

Le tout consommé sur une bande-son disco-soul-funk (Barry White, Lionel Richie et M. Jackson,...) dont le manque de nouveauté et la présence marquée au final agacent.

Un lieu prometteur, vivant, dans un quartier en mutation, mais qui mériterait quelques ajustements pour parfaire le plaisir de la visite.

Le Berger
Rue du Berger 24
1050 Ixelles
Tél. 02 510 83 40
resto, hôtel, coquin, art déco, italien, aperitivo, vini, antipasti, Berger, rendez-vous

08
nove

Il Monticelli, plaisir du jour

MADAME

MONSIEUR

 Au tableau d'un lundi midi :

  • Tonno in affettato (12,5)
  • Scamorza (9,5)
  • Tagliatelle ai porcini (13,5)

 

Mme ne prête pas attention au décor quand elle sait que ça va être bon. Plus que bon. Un régal.

A cette enseigne règnent trois Monticcelli, dont le fils cadet aux fourneaux. Une belle-soeur joviale en salle et une grand-mère inspirante, qui, d'après le chef n'hésite pas à faire mijoter les pigeons tirés à la volée et lui a même transmis sa recette du hérisson.

Passons, pour les âmes sensibles. Ce qui se retrouve dans l'assiette est un condensé de ce que les Abruzzes font de mieux. Les pâtes préparées le matin même par Michael (comme le chanteur, dit-il goguenard) sont servies dans du beurre, de la sauge et des cèpes.

Une Italie authentique à prix modique. Un sourire et de la tchache, que du bonheur.

Il Monticelli déménage à Noël, direction le 153 rue Edith Cavell pour y rouvrir le 7 janvier. Le bail se termine. D'ici à cette transmutation, il reste 2 mois pour aller s'encanailler sur les hauteurs de Saint-Gilles, juste derrière l'Hôtel de Ville.

Michael Monticelli y propose une cuisine d'inspiration italienne, des produits frais, sélectionnés par ses soins (lors de notre visite son papa finissait de tourner une caisse d'artichauts pour le service du soir). Une ardoise annonce les possibilités du jour. On s'en accomode et si vraiment cela ne va pas on peut en discuter. Mais ne cherchez pas la carte, le menu de la semaine, ici ça n'existe pas.

La nouvelle adresse devrait permettre de travailler la pizza, un four à bois y existe, le reste ne devrait pas changer, vu la qualité pour les prix pratiqués, la formule est gagnante. La famille Monticelli aux commandes, Michael et son papa en cuisine, les Abruzzes dans le coeur et l'ainé Fabio et son sourire en salle.

Il Monticelli
28a rue de Lombardie
1060 Bruxelles.
Tél. 02 534 35 85.

Ouvert de 12h à 15h et le soir 2 services à 19 et 21h. Réservation obligatoire. Fermé le dimanche.

moins de 30€,abruzzes,italien, pas cher, terroir

moins de 30€,abruzzes,italien, pas cher, terroir

IMG_20121029_123150.jpeg

 

01
nove

Saveurs du sud Vietnam à L'Orchidée Blanche

MADAME

MONSIEUR

Mme, si on lui demande quel restaurant choisir au Cimetière d’Ixelles, répond sans hésiter L’Orchidée Blanche, parmi la pléiade d’enseignes asiatiques de ce quartier où elle a vécu. Vingt ans déjà que L’Orchidée Blanche existe, et que Katia tient les rennes d’une équipe féminine jusqu’en cuisine (photo ci-dessous). Dans la salle du rez-de-chaussée, mariant le schiste et le bois naturel, on fêtait la semaine du Vietnam en présence de Son Excellence Pham Sanh Chau, Ambassadeur ainsi que du Baron de Grand Ry, Consul Honoraire du Vietnam et de journalistes.

Pour l’heure, de jolies demoiselles défilaient en tenues traditionnelles et d’autres, vêtues de l’Ao Dai, servaient une ribambelle de plats typiques du sud Vietnam, dont certains s’affichent à la carte toute l’année. Très populaire au sud du pays, le Hu Tieu est un potage de Saigon composé de pâtes de riz, émincé de porc, crevettes, le tout dans un bouillon (8€). Suit une Assiette de 4 délices : Chao Tom (pâté de scampi grillé à la canne à sucre), un Goi cuôn ou rouleau de printemps et un Bo Bia, rouleau d’automne, tous deux croquants et d’une fraîcheur exquise. Quant au sublime Goi Du Du, la salade de papaye verte avec émincés de bœuf séché spécialement rapporté du Vietnam pour l’occasion, c’est une réussite.

Les agapes, quoique légères, continuent avec le Tôm me, des scampis parfumés au tamarin, un pâté Cha cua de crabe et de viande hachée, dont le mélange de saveurs fait merveille, et des légumes vinaigrés Dua Gia, parfaits pour contrebalancer le goût caramélisé du Heo rim, un savoureux émincé de porc. Quant vient e Le Ché Ba Ba, Mme hésite à goûter ce qui ressemble à un riz au lait dissimulant légumes et patates douces. Or, cet étrange mélange déclenche un miracle de douceur en bouche et clôt le dîner en beauté.

M. fréquente les restos du quartier de l'unif. Que ce soit avant de retrouver des amis et de prolonger la soirée au flipper du Montmartre, ou en passant, en coup de vent, entre une matinée de travail et une après-midi de travail. Le spot offre tant de possibilités.

Dans le grand nombre d'adresses de cuisine asiatique du quartier, l'Orchidée Blanche séduit par une carte pléthorique, des prix doux, et un lieu à la déco actuelle ne tombant pas dans le kitsch d'une couleur locale transplantée. 

Bien manger, sans risque d'une mauvaise surprise, pousser une porte ouverte sur le Vietnam pour retrouver un sourire et des senteurs amis : L'Orchidée Blanche répond présent depuis plus de 20 ans. 

Ce repas de gala (si bien décrit par Mme) ne dérogeait pas à l'habitude, certains plats hors-carte venant élargir le spectre de l'expérience et chambouler l'habitude.

Le lieu est fréquenté par le landerneau politique ixellois, les attachés de presse, les luncheurs d'affaire en quête de qualité/prix/rapidité/attention à sa ligne... et c'est bon signe.

Le soin apporté aux assiettes, la fraîcheur des produits, l'amabilité de la patronne et ce sens particulier du faire plaisir concourent au succès de l'adresse.

L'Orchidée Blanche
Chaussée de Boendael, 436
1050 Bruxelles
Tel. Fax: +32-2-647 56 21 resto, vietnam, sud, cuisine, asie, Ixelles







resto,sud vietnam,cuisine asiatique,orchidée,bruxelles,ixelles,goi du duresto,sud vietnam,cuisine asiatique,orchidée,bruxelles,ixelles,goi du duPhotos: Mme M.