19
déce

Orphyse Chaussette, les parfums du sud ouest

MADAME

MONSIEUR

Mme salue la ligne de conduite de Philippe, le patron d’Orphyse Chaussette. Dans ses assiettes, règnent le frais, le vrai, le tout bon.

Ce gentleman de la région de Perpignan a bien fait d’émigrer au nord (pour une dulcinée... à force de les sonder, Mme commence à connaître les raisons d’expatriation des hommes du sud).

En discutant sur un coin de table avec le patron, Mme comprend pourquoi les viandes sont si tendres, les plats si goutus. Tout est dans la lenteur de la cuisson : 12h pour les joues de boeuf !

On ne lui fait plus, l’esbrouffe des enseignes du Sablon, Mme les connait depuis le temps qu’elle y traîne ses basques. Dans ce quartier d’antiquaires, de chocolatiers et de bars plus ou moins snobs, il est rare de tomber sur des tables authentiques comme ce bistrot gastronomique, où le vin gorgé de soleil du Languedoc-Roussillon se déguste à petit prix.

Ici, Mme a vascillé du début à la fin, à l’entrée, sous l’emprise d’une cocotte à la simplicité renversante : des artichauts violets dans un jus travaillé au foie gras. Au dessert, elle a goûté aux aubergines confites, servies avec un zeste d'orange et une boule de glace au chocolat, un summum de gourmandise sucrée, surprenante par sa texture et finalement séduisant, à petite dose (photo infra).

Merci, chef !

M. avait débuté la soirée sur une moue chagrine. Est-ce le rétrecissement de la rue de la Loi qui rend l'entrée dans le Pentagone alléatorie ? Mme. qui prodigue des conseils de conduite ? La serveuse qui en moins de 8 secondes veut savoir qui veut quoi en apéritif ? L'abscence de porto ou de pineau ?

M. a besoin de quelques minutes pour s'aclimater.

Du jazz, mêlé de chansons latines, une déco passée, des lumières tamisées, la bonhomie et le sourire de Philippe, la carte des vins qui rappelle les flacons des vacances, la sérénité ne traîne pas à revenir.

M. porte ses choix sur des suggestions hors ardoise :

Palourdes et praires à l'ail et aux fines herbes, un délice que l'on sauce à gand coup de mie de pain.

Suivi d'un cassoulet (manchon confit, saucisse de Toulouse, poitrine de porc, saucisson à l'ail, couennes) aux lingots de Castelnaudary (Philippe confie que les tarbais et leurs 14€/kg restent hors prix) que l'on conseille de manger doucement. Et c'est vrai que la consommation lente permet de ne pas caler en cours de dégustation.

M. n'est pas peu fier d'avoir fini son plat, sous les yeux incrédules ou admiratifs des tablées voisines.

Ce haut fait pousse la patron à nous offrir un verre de rivesaltes ambré. Maturité, juste sucre donnent à ce vin de dessert une complexité étonnante et plaisante à explorer.

Une superbe soirée.

Orphyse Chaussette
Rue Charles Hanssens 5
1000 Bruxelles
Tél. 02 502 75 81
Une adresse recommandée par Karikol, le mouvement Slow Food belge.

slow food, sud-ouest, menu 49 euros, moins de 120 euros, moins de 100 euros, vin bio, locavorre, cassoulet

slow food, sud-ouest, menu 49 euros, moins de 120 euros, moins de 100 euros, vin bio, locavorre, cassoulet

 

11
déce

Lunch chez Foodstock à Waterloo

MADAME

MONSIEUR

Mme, malgré une drache nationale, s'est baladée à Waterloo. On lui avait chuchoté que la table de Kasper Kurdahl valait le détour... Elle y a emmené sa meilleure amie.

Foodstock, c'est non seulement une épicerie fine mais aussi une table. Un chef danois (un bon point d'après Mme, qui ne jure - For Satan ! - que par Redzepi et Kofoed). Kurdahl a de la bouteille et du style (passage chez Ducasse à Paris, Jean-Georges à New-Yorl, Don Alfonso à Naples, Mikuni à Tokyo…).

Remise de belle humeur par une flûte de Champagne Drapier, Mme, comme son invitée, opte pour le menu du midi. Langoustines nappées d’un espuma délicat, accompagnées d’un œuf zéro (bio) mollet.  Dans le verre, un Chardonnay Maison Blanche, parfait. Sur l’assiette suivante, carottes jaunes, salicornes et cébettes agrémentent un filet de biche rosé. Le jus a du goût, la cuisson très bien. Un Côte du Rhône fait l’affaire.

Le dessert clôt l’histoire en beauté et en petite quantité : le mini moelleux a de quoi se hisser dans le top 10 de Mme (qu’elle partagera un de ces jours). Et Mme de conclure en danois : Det være perfekt !

Avant de partir, on remercie le manager Benoit Meert (La Taverne du Passage à Bruxelles) et on rend visite au chef de rayon boucherie, qui fait gentiment goûter une tranchette de Bellota (photo du bas). Extra !

M. avait les mains dans le code.

Foodstock
58 chaussée de Bruxelles
1410 Waterloo
02 354 95 74
Lunch à 29 €

chef,danois,menu,lunch,moins de 45 €,moins de 50 euros,moins de 100 euros,moins de 120 euros

waterloo, lunch, restaurant, danois, Chardonnay, homard, moins de 36 euros, moins de 50 euros, moins de 100 euros

waterloo, lunch, restaurant, danois, Chardonnay, homard, moins de 36 euros, moins de 50 euros, moins de 100 euros, bellota, jambon

07
déce

Bij Lam & Yin: une étoile chinoise à Anvers

 

MADAME

MONSIEUR

Mme court jusqu'en Flandre pour se sustenter, persuadée qu'Anvers recelle de pépites exotiques. Pour avoir sondé les foodies et les gourmets, elle en est certaine, Anvers est LE spot pour chinatown food lovers. Restait à vérifier en commençant par le top : Bij Lam en Yin. Chez M. Yin et Mme Lam. Une cuisine cantonaise, de l’épure et d’excellents produits. Ni nappe blanche, ni cristal, mais un service en bois et porcelaine, des baguettes incrustées de nacre. Une étoile Michelin. Point.

Tout est préparé en cuisine, en témoigne la carte limitée à une douzaine de plats, présentés sur un éventail chinois. Mme succombe à l'élégance du geste, au sourire de Lam et à la ligne de conduite du chef : harmonie. Où l'on mange divinement sans dépenser une fortune. Jugez vous-même pour les entrées :

Dim sum délicats (10€), calamars au wok parfumés à la coriandre (15 €), Lu Shui (bœuf finement émincé dans une sauce brune, 13 €)...

La fraîcheur, les saveurs, la légèreté jouent dans l'assiette et le bol. Et l'addition, avec une bouteille de vin ? Autour de 120 € pour deux.

M. avait maugréé un mmmmmh lorsque Mme avait suggéré d'aller manger chinois à Anvers.

Ses sourcils avaient marqué un étonnement certain lorsque Mme précisa que ce chinois était étoilé.

Voilà qui suscite la curiosité, un coup de fil et une réservation pour le premier service de 18h est passée.

Il faut s'y prendre à temps, la maison est petite, et même si il y a deux services, c'est vite complet.

La salle jouxte la cuisine, ce qui fait que l'on peut voir Yin manier le couteau, le wok et les paniers vapeur. Une carte réduite pour les plats aussi :

Le traditionnel canard laqué, à la peau croustillante (19 €) et le bœuf Wagyu aux pousses de bambou et oreilles de Judas, dont le prix est justifié par la qualité de la viande (32€). Deux desserts à 10,50 € (à tester la fois prochaine).

Lam & Yin

Reynderstraat 17
2000 Antwerpen
03/232 88 38
Réservation uniquement par téléphone (néerlandais, français et anglais).
Mercredi au dimanche compris, de 18 à 22h. Deux services.

Voir aussi : une autre adresse, testée cette fois avec 2 enfants : Oriental Delight (Chinatown Anvers).

Anvers, chinois, Michelin, chef, étoilé, gastronomie, dim sum, canard laqué

Anvers, chinois, Michelin, chef, étoilé, gastronomie, dim sum, canard laqué

PS: Merci à notre amie Tia pour l'adresse !

04
déce

Hemgie's, un hamburger maison !

MADAME

MONSIEUR

Mme trouve que M. exagère. Aurait-il subi la tension d’une soirée entre business boys ? Mme, invitée par une amie pour un lunch, a passé un bon moment chez Hemgie’s.

D'abord, la déco lui plait pour son côté bar new yorkais, palette de gris anthracite, du cuir, du sobre. Elégance et ambiance de nuit même à midi.

Ensuite, elle n'a pas l'habitude d'avaler des hamburgers, et tant qu'à faire, maison. Elle sait qu'ils sont à la mode, tout comme les plats issus de la bistronomie. Valeurs sûres, vrais produits. Du Blanc Bleu Belge pour les burgers. Du pain fait à la main. Des fromages corsés.

Chez Hemgie’s, les burgers se déclinent à toutes les sauces, y compris exotiques (le Thai delight au curry rouge). Tentée par le fromage, Mme hésitait entre le Hemgie’s, 13,50 € (Bœuf, Vieux Bruges, Jeunes pousses, lard Collonata, Tomates, Cornichons, Beignets d’oignons et ketchup maison) et le Big Ben, 14,50 € (Bœuf, Fromage Stilton bleu, Mayonnaise au bleu, Poires confites aux épices, Poires fraîches, Crumble noix de pécan et pignons de pin, Salade). Elle a craqué pour ce dernier, délicieux. Stilton power ! En plus, les bières à la carte sont artisanales. Elle applaudit.

Elle aurait pu aussi s’offrir une salade (8 propositions, 12-18 €), une Assiette de jambon Serrano gran reserva (Small 8 € - medium 15€ - large 20 €), une entrecôte (23 €) ou un filet pur à la plancha (25 €).

Une adresse surfant sur la vague US, avec en prime, des apéros au prix doux, comme l’Apérol Spritz à 5 €. Peu d’enseigne le mettent au tableau à ce prix riquiqui.

Pour la petite histoire, auparavant, Mathias, le patron tenait un resto bien connu des amies de Mme : Raconte-moi des salades à Ixelles...


M. a visité le lieu un soir de semaine et de réunion de travail avec ses associés.
Est-ce le début de l'automne, le noir de la salle, sa profondeur, mais l'esthétique sobre et froide du lieux ne transmet pas d'emblée la joie de vivre au visiteur. Pas déprimant juste une abyssale absence de couleur, rien pour égayer, un lieu un brin en deuil.

Pour ce qui est de l'assiette, du burger fusion.
Le hamburger reste pour M. le plat qu'il ne commande jamais. Sauf quand il n'y a que ça. M. est un mauvais client du hamburger sur assiette.
Chez Hemgie pourtant M. a eu sa curiosité titillée par la carte. Il y a de l'inventivité, un fromage vient donner sa couleur locale au burger, les condiments vont des poires au chutney d'oignons. On laisse son esprit vagabonder et ses papilles fantasmer.

M. porte donc son choix sur le Big Ben : stilton bleu, mayonnaise au bleu avec des poires confites aux épices, des poires fraîches, un crumble noix de pécan et pignons de pin. Avec des "onion rings" en supplément.
L'attente se comble de palabres industrieux, d'une assiette de jambon (le camembert commandé n'arrivera jamais) et une musac un peu forte enrobe le tout.
Les assiettes suivent.

Et puis la triste réalité du burger se révèle encore une fois. Le burger, c'est un assemblage dans l'assiette de produits disparates pour former un sandwich. Un empilement de composants, pas des ingrédients liés entre eux par le travail d'un cuisinier. Donc c'est chaud, gras, mou et salé mais rien plus que la somme de ses parties. Vu l'épaisseur des steaks, le "saignant"  a un cœur "bleu froid", avec la viande hachée c'est toujours un désagréable risque. Note pour plus tard oser le bien cuit.
Les oignons eux avaient chopé un goût de friture ayant eu chaud, M. n'a pas de chance.

Hemgie's offre des burgers qui sont plus originaux que d'autres, à conseiller si vous êtres vraiment accro à ce plat. Si vous préférez la cuisine, vous ne serez pas converti à l'hamburgologie par une visite chez Hemgie's.

Hemgie's
Rue des Dominicains 12,
Galerie des Princes, 1000 Brussels
Parking: rue de l'Ecuyer
E-mail: contact@hemgies.be

moins de 50 euros,moins de 100 euros,moins de 120 euros,moins de 150 euros,cocktails,bar,usa,hamburger,nuit,aperol,salades

bar, hamburger, fast food, soir, lunch, moins de 20 euros, moins de 30 euros, moins de 50 euros, USA, bruxelles

bar, hamburger, fast food, soir, lunch, moins de 20 euros, moins de 30 euros, moins de 50 euros, USA, bruxelles