24
mai

Balls & Glory : boulettes with an attitude

MADAME

MONSIEUR

Mme reconnaît l'accent gantois parmi tous les patois, quoi que parfois elle ne le comprenne pas. L’humour un rien moqueur, espiègle, jamais méchant. Gand est sa ville préférée du royaume. Ses pierres, ses canaux, son esprit, ses habitants. Enfant, elle allait y rendre visite à ses cousins, suivant la trace de ses fantasques aïeuls ... Elle a failli y habiter, mais préfère s'y laisser surprendre le temps d'une soirée. Cette fois, M. l'a emmenée chez une vedette du petit écran flamand. 30 ans et des ballekes géantes !

Wim, le jeune homme qui se tient au comptoir de Balls & Glory a tout juste trente ans et des idées à revendre. Une pléiade de fans grâce à son émission télé (produite par Woestijnvis, sur une chaîne flamande) et à ses bouquins de cuisine qui se vendent comme des petits pains.

Le garçon a une obsession : les boulettes de viande. Grandes et fourrées, aux chicons et à la moutarde, aux épinards à la crème... Il les nappe d’une sauce au curry ou au jus de viande, les accompagne d’un stoemp, d’une salade, rien d'affolant mais les gens en redemandent.

Le midi, on raconte que la file est longue pour s'asseoir chez Balls & Glory. Prochaine ouverture de l’enseigne, après Bruges ? Bruxelles.


En questionnant le chef qui a la dégaine d’un Jamie Oliver flamand, Mme apprend quelques détails sur sa vie et ses envies. Wim Ballieu vient de s'offrir un loft à Molenbeek, "parce qu'il rêvait d'un vaste atelier". Et de percer dans la capitale, non pas via la célébrité cathodique mais "pour la qualité de ses boulettes". On reparlera certainement de Wim quand il ouvrira un bar à boulettes dans le quartier Sainte-Catherine à Bruxelles.

M. aime les success story, l'entreprenariat et les bonnes boulettes. Sur chacun de ces points Wim Ballieu est sur la balle.

Succes story : Après avoir monté et vendu un traiteur chic contemporain, Wim est devenu chef sur VIER où il anime le show Goe Gebakken. Mme lui trouve un air de Jamie Oliver flamand. M. s'y connait peu en Jamie.

Entreprenariat : Wim a ouvert un restaurant à Gand, puis à Bruges. Il envisage d'étendre ses succursales vers d'autres villes. Pour assurer la qualité de son travail, le jeune entrepreneur a créé une cuisine centrale où les porcs de la ferme familiale sont utilisés. Ce n'est pas lié mais il devrait sous peu devenir molenbeekois.

Bonnes boulettes : Ses 2 Balls & Glory sont dédiés à la viande hachée, fourrée d'un légume et d'une sauce. Une vingtaine de goûts sont proposés en vente à emporter et 2 goûts du jour sont servis chauds sur place avec au choix un stoemp ou une salade.

A l'occasion du premier anniversaire de l'enseigne M. a emmené Mme se faire des boulettes à Gent, le lieu était ouvert pour la fête d'un soir. Habituellement, c'est ouvert en journée, structuré comme une table d'hôte + vente à emporter.

Nous avons mangé des boulettes aux épinards crème, chicon moutarde et petit-pois fromage frais. La taille des boulettes, vu le volume de farce, est impressionnante. C'est parfois un brin salé, mais roboratif et un jour de visite, c'est le genre de plat qui cale et permet de déambuler sans fin dans les plus belles villes de Flandres.

Balls & Glory
103 Sint-Jacobsnieuwstraat
9000 Gand
Ouvert en semaine de 10 à 15 h

Mise à jour : Ball & Glory a ouvert une enseigne à Bruxelles, le 16 juin 2015. wim ballieu, gand,coup de coeur,moins de 35€,moins de 50€; moins de 100€gand,coup de coeur,moins de 35€,moins de 50€; moins de 100€gand,coup de coeur,moins de 35€,moins de 50€; moins de 100€

20
mai

Shezan, constance et contenance discrète

MADAME

MONSIEUR

Mme voue une sorte de culte à la cuisine indienne et à ses currys. En Inde, deux fois, au nord comme au sud, elle a vécu le choc des senteurs, des parfums et des couleurs. Si, d’humeur tourmentée, Mme est en manque de sensations, elle s’invente un voyage par le biais de la cuisine indienne.

Shezan est un petit resto sans prétention, caché dans le quartier africain de Matongé à Ixelles. On y savoure des mets indiens et pakistanais pour quelques euros : parmi les 13 à base de poulet (10,90 € - 12,90 €) le chicken bhouna mélange tomates, oignons, gingembre et herbes dans un curry léger. Bien aussi, le chicken dhanak aux lentilles, ail, gingembre frais et coriandre.

Impeccables, le dal (8 €) plat de lentilles traditionnel et le palak paneer, épinards au fromage fondant, relevés de cumin et de poivre. En cas de fête, on commande le tali, un festival de 5 plats pour 20 €.

Pour les amateurs de riz basmati, les biryanis sont accompagnés d’une sauce raita (concombre, tomate, yaourt, coriandre) et d’une cassolette de légumes.

L’adresse préférée de Mme avec la Porte des Indes, plus cher.

M. a un jour proposé à un ami qu'il fallait sortir pour lui changer les idées d'aller manger dans son* restaurant Indien favori.

M. invite, l'ami choisit. C'est un stratagème qui permet à M. de faire une découverte à bon compte et sans trop de risque car, suivant l'adage bien connu : "les restos favoris de mes amis sont mes restos favoris". Pour preuve M. a depuis emmené Mme qui ne connaissait pas l'adresse.

L'assiette propose les grands classiques de la cuisine indo-pakistanaise :  korma, tandoori, viandes mijotées, légumes, nans, puri. La carte recèle quelques spécialités moins fréquemment disponibles : le crabe ali baba, des prawn puris, des karahi de poulet ou d'agneau. Le tout parfaitement cuit, épicé et présenté.

La mise parfaite du serveur bangladais, son calme olympien, son service attentionné procurent au lieu une sérénité malgré les nombreux clients et le rythme soutenu du service. Nassir, le patron chenu, a la distinction d'un joueur de cricket et veille sur les lieux depuis plus de 20 ans.

*mais comment réduire l'ambigüité des pronoms relatifs en français ?

Shezan
120 Chaussée de Wavre
1050 Ixelles
02/5129495

indien, curry, ris, basmati, pakistanais, Inde, Pakistan, dal, palak paneer, moins de 50 euros

indien, curry, ris, basmati, dal, palak paneer, moins de 50 euros

17
mai

Umamido, nouveau bar à ramen

MADAME

MONSIEUR

Mme ne dit jamais non à un bol de ramen parsemé de légumes frais. Sain, léger, vivifiant, ce genre de plat revigorant par mauvais temps, qui s’avale sur le pouce pour un prix modique.

A Ixelles dans le quartier Flagey, les nouvelles adresses vont et viennent, avec de jolies surprises souvent, comme celle-ci. Umamido, deux chouettes gars, un Flamand et un Polonais, et une envie de faire du bien aux gens. Le kimchi, plat national coréen, a été préparé sur place (du chou fermenté, justement relevé de piment), le pork bun fond dans la bouche (mais bonjour le gras), et les gyozas ont la croûte dorée à souhait. Le bol à nouilles ramen, quant à lui, a les saveurs bien dosées et ce petit plus : l’œuf cuit mollet, parfait.

Un  bon lunch ou un repas d’après spectacle au Flagey, à s’offrir au bar ou dans la petite salle de cet établissement minuscule qui remplace la cantine bio Trop Bon.

M. a repéré la façade de l'Umamido lors de son passage quotidien par Flagey.

Grand fan de potages, nouilles et porc, il fallait trouver le midi propice pour proposer à Mme d'aller découvrir les ramens de Guy, un limbourgeois globe-trotter qui sert de roboratives soupes, garnies de nouilles du nord du Japon et de porcs de Malmédy. Des œufs mollets (et pas durs comme souvent !!) garnissent le potage et servent de sauce aux épais morceaux de rôtis qui garnissent le bol en grès. Soja, épinard, choux se partagent les restes de notre attention.

Mais il n'y a pas que les ramens. Il y a aussi des gyozas qui n'ont rien à envier à ceux de l'historique Yamato, des pork buns (Cha siu bao) pain vapeur farci d'une tranche de poitrine, de sauce hoisin et légumes crus et le kimchi fermenté à l'huître. Tout est excellent.

Le lunch (3 gyozas, un ramen au choix) à 13€ est un plaisir à ne pas bouder.

Umamido
1 Chaussée de Vleuregat
1050 Ixelles
02/6404057coup de coeur,bar à nouilles,ramen,japonais,croéen,kimchi,lunch,moins de 15 euros, Ixelles, Flagey, Bruxelles, ramen, soupe,

coup de coeur,bar à nouilles,ramen,japonais,croéen,kimchi,lunch,moins de 15 euros

18
avri

(Ne plus) Succomber aux Flâneries Gourmandes



Mise à jour du 18 avril
2013 :

Nous apprenons en lisant ce blog qu'Alex Malaise a fermé les portes de son restaurant. C'est triste. Nous aimions beaucoup sa cuisine. Vivement qu'il revienne !

MADAME

MONSIEUR

Mme, d’humeur indolente, se questionnait sur la glose du nom de l’enseigne. Les Flâneries gourmandes. Un peu biscornu. Soit, on laisserait flâner son regard, son esprit, son imagination. Errer sans résister, pour mieux se laisser surprendre. L’enjeu était de taille.

Les narines titillées par d’indiennes senteurs, elle goûte au carpaccio de lotte marinée au tandoori et gros sel, quelques gouttes éparses de vinaigrette au yaourt et de guacamole (à la coriandre, bien
entendu). Divin. Le taboulé sort de l’ordinaire, tant par la rondeur de ses gros grains que par la texture agréable. Croquant des lamelles de carotte et un tempura de cébette, Mme s’enfonce d’aisance dans la banquette. Le dîner va-t-il s’envoler au sommet de la volupté ? Les fines ravioles de cèpes le confirment, tout comme l’effiloché de queue de bœuf relevé par la saveur d’une écume au whisky, une perle.

Pour suivre, l’œuf fermier à la coque arrache un éclat de rire à Mme, qui croit en une surprise en chocolat. Dans l’œuf vidé, le chef Alex Malaise a enfoui dés de pomme verte, pruneau, noix et coulis de chou rouge aux baies de genièvres, puis l’a recouvert de jaune et de chantilly de boudin noir. Extra !

Le plat de résistance ? Un suprême de pigeon rôti, mariné à la bière brune, accompagné d’un millefeuille de pomme de terre aux noix et pain d’épices et de blettes à la pointe d’amertume. Mme en oublie son non amour du pigeon. Une verrine de topinambour rôti nappant une purée de coing sur spéculoos imbibent le palais de saveurs sucrées, le temps de se préparer au bouquet final.

In fine, le chef liégeois a enrobé une figue dans une croûte de café, et pour parfaire ce dessert, l’arrose d’un jus de poire à la fève Tonka. Exquis aussi, les macarons servis au café confirment qu’il s’agit là d’une grande maison (qui n’a que faire des distinctions étoilées ni de Ladurée) : cheesecake et tomate confite ou piment d’Espelette et biscuit croquant… Défi relevé. La Meilleure adresse de l’année ?

M., d'humeur automnale, et ayant laissé choir son smartphone le ramassa et celui-ci comme par magie indiquait les Flâneries Gourmandes sur Foursquare.

Tout indiquait qu'il fallait succomber au menu 5 services. Pourquoi déroger à l'avis populaire ?

Tout en douceur on vous propose un voyage des confins arabo-indiens aux saveurs du terroir en passant par une revisitation de l'oeuf à la coque.

Le clou de ces flâneries c'est le dessert. Une figue en crouté de café baignée d'un consommé de poire qui fait écho à un crumble vanille, de la glace moka, des copeaux de chocolat... Un festival de saveurs, pour un dessert sublîme.

Le plaisir d'une adresse pareille c'est que l'on regrette de ne pas l'avoir connue plus tôt.

Quels sont tous ces desserts qui ont pû charmer le palais des testeurs Gault/Millaut et que l'on ne peut qu'imaginer.... 

Il faudra y revenir. M. a adoré.

Les Flâneries gourmandes
Rue Berckmans 2
1060 Saint-Gilles (Bruxelles)
Tél. 02 537 32 20

Le midi
Menu lunch, 26 € : entrée, plat, et café.
Menu découverte, 52 € - 4 services : 2 entrées, plat, dessert, et café

Le soir
Menu dégustation, 65 € - 5 services : 3 entrées, 1 plat, 1 dessert.
resto, gastronomie, chef, brunch, atelier, cuisine, coup de coeur, moins de 100 euros, moins de 60 euros,