18
avri

(Ne plus) Succomber aux Flâneries Gourmandes



Mise à jour du 18 avril
2013 :

Nous apprenons en lisant ce blog qu'Alex Malaise a fermé les portes de son restaurant. C'est triste. Nous aimions beaucoup sa cuisine. Vivement qu'il revienne !

MADAME

MONSIEUR

Mme, d’humeur indolente, se questionnait sur la glose du nom de l’enseigne. Les Flâneries gourmandes. Un peu biscornu. Soit, on laisserait flâner son regard, son esprit, son imagination. Errer sans résister, pour mieux se laisser surprendre. L’enjeu était de taille.

Les narines titillées par d’indiennes senteurs, elle goûte au carpaccio de lotte marinée au tandoori et gros sel, quelques gouttes éparses de vinaigrette au yaourt et de guacamole (à la coriandre, bien
entendu). Divin. Le taboulé sort de l’ordinaire, tant par la rondeur de ses gros grains que par la texture agréable. Croquant des lamelles de carotte et un tempura de cébette, Mme s’enfonce d’aisance dans la banquette. Le dîner va-t-il s’envoler au sommet de la volupté ? Les fines ravioles de cèpes le confirment, tout comme l’effiloché de queue de bœuf relevé par la saveur d’une écume au whisky, une perle.

Pour suivre, l’œuf fermier à la coque arrache un éclat de rire à Mme, qui croit en une surprise en chocolat. Dans l’œuf vidé, le chef Alex Malaise a enfoui dés de pomme verte, pruneau, noix et coulis de chou rouge aux baies de genièvres, puis l’a recouvert de jaune et de chantilly de boudin noir. Extra !

Le plat de résistance ? Un suprême de pigeon rôti, mariné à la bière brune, accompagné d’un millefeuille de pomme de terre aux noix et pain d’épices et de blettes à la pointe d’amertume. Mme en oublie son non amour du pigeon. Une verrine de topinambour rôti nappant une purée de coing sur spéculoos imbibent le palais de saveurs sucrées, le temps de se préparer au bouquet final.

In fine, le chef liégeois a enrobé une figue dans une croûte de café, et pour parfaire ce dessert, l’arrose d’un jus de poire à la fève Tonka. Exquis aussi, les macarons servis au café confirment qu’il s’agit là d’une grande maison (qui n’a que faire des distinctions étoilées ni de Ladurée) : cheesecake et tomate confite ou piment d’Espelette et biscuit croquant… Défi relevé. La Meilleure adresse de l’année ?

M., d'humeur automnale, et ayant laissé choir son smartphone le ramassa et celui-ci comme par magie indiquait les Flâneries Gourmandes sur Foursquare.

Tout indiquait qu'il fallait succomber au menu 5 services. Pourquoi déroger à l'avis populaire ?

Tout en douceur on vous propose un voyage des confins arabo-indiens aux saveurs du terroir en passant par une revisitation de l'oeuf à la coque.

Le clou de ces flâneries c'est le dessert. Une figue en crouté de café baignée d'un consommé de poire qui fait écho à un crumble vanille, de la glace moka, des copeaux de chocolat... Un festival de saveurs, pour un dessert sublîme.

Le plaisir d'une adresse pareille c'est que l'on regrette de ne pas l'avoir connue plus tôt.

Quels sont tous ces desserts qui ont pû charmer le palais des testeurs Gault/Millaut et que l'on ne peut qu'imaginer.... 

Il faudra y revenir. M. a adoré.

Les Flâneries gourmandes
Rue Berckmans 2
1060 Saint-Gilles (Bruxelles)
Tél. 02 537 32 20

Le midi
Menu lunch, 26 € : entrée, plat, et café.
Menu découverte, 52 € - 4 services : 2 entrées, plat, dessert, et café

Le soir
Menu dégustation, 65 € - 5 services : 3 entrées, 1 plat, 1 dessert.
resto, gastronomie, chef, brunch, atelier, cuisine, coup de coeur, moins de 100 euros, moins de 60 euros,

09
avri

Weekend Blog Awards 2013 : les nominations



Un concours de blogs belges
...

Comme en 2012, Le Vif Weekend et Knack Weekend organisent les Weekend Blog Awards dans le but "de braquer les projecteurs sur les blogueurs belges talentueux,les plus amusants, les meilleurs et les plus originaux".
 
Nominez vos blogs préférés sur www.blogawards.be !

Si vous voulez nominer notre blog www.madamemonsieur.be, inscrivez-nous dans la catégorie Gastronomie (menu déroulant sur cette page).

Le round de nominations se termine le 17 avril 2013. Ensuite, le jury Blog Awards – composé de membres des rédactions de Knack/le Vif Weekend et de l'agence Enchanté – annonceront les noms des finalistes.

Merci à tous nos lecteurs, pour votre bonne humeur, vos mails, votre soutien.

concours,blogs awards,weekend blog awards, 2013, blog food, blogueurs foodies, blogueurs gastronomes, blogs belges

04
avri

De Mayeur, de l’or dans l’assiette

MADAME

MONSIEUR

Mme ne se souvient jamais du goût singulier des jets de houblon. Chaque année, c’est l’interrogation. Comment le cuisiner ? Cette fois, elle préfère s’en donner à cœur joie chez Patrick Vandecasserie, un as de l’art d’accommoder les jets de pleine terre. Impossible d’oublier ce goût désormais ! Plus elle mûrit, plus Mme se laisse charmer par l’amertume et le croquant. Considéré comme l’or du Pajottenland (180 € le kilo tout de même), ce jet pointe la tête hors de terre en mars et perdure parfois en avril selon le climat. 

Comment le chef les travaille ? Sous forme de condiment, piqué ça et là, dans un risotto, relevant un consommé de homard, que Mme trouve délicat même froid. On les déguste aussi simplement avec un œuf poché et une mousseline, avec du skrei de saison ou de l’agneau de lait. 

La cuisine de Patrick séduit par sa générosité et son honnêteté. Mme et M. ont échangé leurs compliments avec de charmants foodies à la table voisine. 

Ambiance feutrée de fermette à charpente apparente, décorée dans une palette perle et neige.

M. aime les histoires de familles et la bonne cuisine. Chez les Vandecasserie on allie les deux fort bien et depuis fort longtemps.

Le père a marqué la gastronomie belge en officiant derrière les fourneaux du premier triple étoilé hors de France. Le fils, après avoir suivi son père, a décidé de faire rayonner sa cuisine depuis une charmante maison brabançonne aux confins de Ruisbroek, à un jet de houblon d'Uccle. 

Patrick Vandecasserie propose une cuisine de saison et de produits d'exception, ce travail de tradition s'accomode de jeux de présentation avec les dernières créations des verreries Durobor (voir ici).

Si la météo le permet, le chef propose à la carte des jets de houblon de pleine terre. Une délicatesse de début de saison, la primeur par excellence.

En menu pour avril l'asperge est au centre de toutes les compositons (65€ sur commande).

A la carte et à la table d'à côté une cannette grésillait dans son plat et les convives semblaient ravis. Tout comme nous.

De Mayeur Restaurant
Fabriekstraat 339 
1601 Ruisbroek 
02 331 5261 
NB : n'hésitez pas à téléphoner pour commander le plat de votre choix et vous assurer de l'arrivage des produits.

Fermeture le mercredi. Parking privé.

jet de houblon, de mayeur, vandecasserie, villa Lorraine, bruxelles, resto, moins de 150 euros, moins de 200 euros, Ruisbroekjet de houblon, de mayeur, vandecasserie, villa Lorraine, bruxelles, resto, moins de 150 euros, moins de 200 euros, Ruisbroekjet de houblon, de mayeur, vandecasserie, villa Lorraine, bruxelles, resto, moins de 150 euros, moins de 200 euros, Ruisbroekjet de houblon, de mayeur, vandecasserie, villa Lorraine, bruxelles, resto, moins de 150 euros, moins de 200 euros, Ruisbroek

22
mars

Uccle : Il Monticelli nouvelle mouture

MADAME

MONSIEUR

Mme le confirme, Monticelli c'est bien. D’abord ce n’est pas cher du tout : en fin de mois, c’est le genre d’adresse qu’on se refile entre copains. Ensuite, ça ne frime pas. Tout est simple, goûtu, vrai. Les gens y vont en famille, entre potes, à toute occasion, pour une pizza ou un plat selon l’inspiration du chef.

Un peu bondé, un peu bordélique, ce petit resto sent l’authentique. Tout le monde donne un coup de main et parfois on risque d’attendre, vu le monde.

Que dire de la fior di latte ? Un poème ! Michaël a l’art de se faire livrer les produits d’artisans exceptionnels, comme ce fromage à pâte filée au lait de vache, qui coule dès que l’on pique une fourchette. A partir d’un artichaut violet, le chef vous fait un risotto mémorable, gluant mais pas trop, al dente mais pas trop. Le vin du patron ? On le boit les yeux fermés.

Des amies de Mme se plaignent de l’attitude désinvolte des garçons de la famille Monticelli. Il ne faut pas s’attendre à un service en jaquette.

Si vous débarquez l’air énervé, pressé d’en finir avant même d’avoir papoté des produits du marché, ça risque de mal se passer. En épiant les conversations des tables voisines, Mme en conclut qu’elle n’est pas la seule à apprécier.

Lire aussi : notre précédent article sur le restaurant Il Monticelli (à Saint-Gilles).

M. a toujours un grand plaisir à pousser la porte du restaurant de la famille Monticelli. Cadre différent, commune huppée, mais même équipe (2 frères, Michaël en cuisine et Fabio en salle, avec le père derrière le bar) complétée par une nouveauté de taille : le pizzaïolo qui se rêve champion du monde.

La carte décline toujours 3 entrées et 2 plats, plus une gamme resserrée de 4 ou 5 pizzas. Plus les envies ou les coups de cœur à l'inspiration de Michaël si il se met en tête de vous faire un truc à lui spécial. Ce genre de truc ce sont des artichauts typiquement romains (les mammole ou les i romaneschi), plus gros que les artichauts classiques, sans foin, coupés en deux, frits et servis avec un risotto.

Le soir c'est toujours aussi couru, la réservation est indispensable même pour le second service. L'ambiance est bon enfant, nos voisins de table nous ont offert leur bouteille de vin, manifestement, personne n'avait soif. Merci !

Le midi c'est plus décontracté. On mange des lasagnes de crêpes, des pizze et l’ambiance est propice aux discussions.

Conseil œnologique, le vin du patron est plus fruité, facile et agréable que des bouteilles plus "cotées", si on ne cherche pas le tanin on en aura beaucoup de plaisir.

M. est ravi que la transplantation d'une institution saint-gilloise en terre uccloise n'ait pas altéré la générosité et le plaisir de l'endroit.

Restaurant Il Monticelli
153, Rue Edith Cavell
1180 Uccle
Tél. 02 534 35 85

monticelli, italien, pas cher, moins de 30 euros, mozarella

monticelli, italien, pas cher, moins de 30 euros, mozarella, polenta, risotto, artichauts, romanesco