13
nove

Pistolet original (made in Belgium)


MADAME

MONSIEUR

Mme n'est pas snob. La belgitude est son dada.  L’esprit farce, en ce pluvieux jour de novembre, elle est prête à vous faire le coup du pistolet.

[PISTOLET]. Nom masc.
Amis français, vous ne savez pas ce que c’est ? Voyons, un bon pistolet ? L’origine du mot viendrait de pistor, le meunier. La définition, selon Monsieur Littré :  "à Bruxelles, nom des petits pains au lait qu'on prend au déjeuner".

Mme n’est pas snob. Le Sablon, c’est pour les touristes et les antiquaires. Sauf quand un concept énorme déboule dans le quartier et que tout le monde va en entendre parler. Pistolet Original est une enseigne lancée par une consultante en gastronomie, Valérie Lepla. Cela fait dix ans qu’elle fomente son coup et on peut dire que c’est réussi.

Le concept ? Déguster des pistolets, fourrés de bonnes choses au goût authentique et de qualité supérieure. La crème des artisans livrent cette enseigne : l’inénarrable boucher Dierendonck, la Maison Dandoy, la moutarderie Tierenteyn… et le pain spécialement conçu par le boulanger artisanal Yves Guns. L’un des parrains de Pistolet original n’est autre qu’une figure emblématique de la cuisine bruxelloise, Wijnants (photo).

Déli comme à New York
Pistolet Original, c’est un snack haut de gamme. Quelques chaises autour d’une grande table conviviale (esprit Pain Quotidien) pour y déjeuner, croquer un pistolet sur le pouce ou l'emporter. C’est aussi une épicerie qui met en valeur les produits de la gastronomie belge.

Et c’est bon ?
Mme a commandé le pistolet chaud au bloempanch et pommes caramélisées. Le pain croustille, la mie est légère, le boudin noir fondant, les pommes sucrées. Une tuerie ! Le prix ? 5 20 €.

Dire qu'en 1852, Gérard de Nerval vantait déjà les mérites du pistolet : "Il me fallut (...) gagner la place de l'Hôtel-de-Ville [à Bruxelles], afin d'y boire une chope de faro, accompagnée d'un de ces pistolets pacifiques qui s'ouvrent en deux tartines garnies de beurre." (Les Fêtes de mai en Hollande).

Paris a sa baguette, New-York son bagel, Londres son muffin, Bruxelles a désormais son pistolet. Et l’histoire n’est pas prête de s’arrêter.

Comme tout bon garçon M. a toujours aimé les pistolets. En semaine chez les bouchers, fromagers que ce soit Buelens, Noël, Romain, Roland, VDH, le weekend dans un stamenei comme la Clef d'Or, ou à la maison si ils venaient de Délicia, De Baere, Van Dender ou Bevernaege.

Le pistolet, on le coupe comme on veut, dans le pli pour avoir deux belles moitiés à fourrer ou bien dans la masse pour avoir un bon gros casse-croûte. C'est un patrimoine discret, une évidence du manger belge.

Le Sablon accueille donc une nouvelle enseigne dédiée à une foule de produits locaux (bloempanch, américain, poulet curry, tête pressée,...), de grande qualité, servis dans le petit pain national : Pistolet.

Ça ouvre tôt, c'est couru à midi et c'est ouvert jusqu'en début de soirée avec une nocturne le jeudi.

Côté prix, si il y a des folies, les bourses moyennes ne doivent pas craindre le coup de fusil. Ça débute à 3,50€ (américain, poulet rôti curry) pour le pistolet au tourteau c'est 6€, et ça peut filer au-delà des 12€ pour les crevettes épluchées au Royaume. So chic.

Comme c'est cuisiné maison ou venant de grandes maisons, parfois tout l'assortiment n'est pas dispo, mais on peut aisément louvoyer entre les propositions chaudes et froides pour trouver pistolet à son goût. Le pistolet est un Guns (quoi d'autre !), les charcuteries viennent de chez Dierendonck, les bières sont locales et trendy (Bertinchamps, Leopold 7...) et le vin est bien choisi.

Dans la vague Déli, on peut emporter ou consommer sur place et l'épicerie propose les produits, dont des bonbons absolument régressifs, à la vente... comment résister ?


Pistolet Original
24 Rue Joseph Stevens
B- 1000 Bruxelles
Tél. 02 880 80 98

Consulter leur Page Facebook pour suivre les nouveautés.

Horaires
Ouvert 7/7 jours, de 8h à 18h sauf jeudi jusque 23h.
Formule du matin (de 8h à 11h et dimanche) :
Pistolet perdu
Pistolet brouillé ( avec lard)
Oeufs à la coque et mouilettes au filet de saxe
et une formule 1 pistolet + assortiment confiture, choco Marcolini, pâte speculoos Dandoy, sirop de liège, crottes en chocolat et beurre salé...

pistolet,pistolet original,snack,déli,sandwich,sablon,coup de coeur,moins de 15 euros,moins de 30 euros,moins de 35€,moins de 50€; moins de 100€

pistolet,pistolet original,snack,déli,sandwich,sablon,coup de coeur,moins de 15 euros,moins de 30 euros,moins de 35€

03
nove

Jarapea à Irouleguy (pays basque)

MADAME

MONSIEUR

Mme a voulu voir Espelette (M. a fini par accepter). Parce qu’on y cultive le fameux piment doux, qu’on y pend des guirlandes de piment aux fenêtres et qu'on y vend des tas de spécialités artisanales. Néanmoins, elle a évité d'y trainer trop longtemps, vu les hordes de vacanciers pressés devant chaque enseigne et l’énervement de Môsieur. Espelette, c'est pittoresque.

Soit. Mme adore les détours, surtout à travers les vignes.

Et si on allait voir le plus petit vignoble de France ? Le seul, par-dessus le marché, du pays basque français. Irouleguy, dont le vin est classé AOC depuis 1970. Et où y casser la croûte ?

Jarapea nous est apparu le bon endroit, avec sa terrasse plongeant sur les vignes, le sourire de la patronne, ses plats du jour et ses prix d'amis. Mme n'oubliera certainement pas ce plat gratiné d'écrevisses au fromage basque, l'Ossau Iraty. Une tuerie. Le poulet basquaise est bien, le gâteau basque aussi. Une table bon marché, goûteuse et simple.

M. avait programmé le GPS sur "points d'intérêt à proximité", catégorie "Restaurants". De retour d'une excursion à Espelette il avait envie de manger ailleurs qu'à Saint-Jean-Pied-de-Port.

Irouleguy. 5 km.

Le verdict du GPS semblait hasardeux, un trait sinueux vers la droite indiquait qu'il fallait serpenter sur le coteaux embrumés, vers les hauteurs. D'un coup de volant le sentier battu est quitté va pour l'aventure.

Le GPS de M. n'est pas des plus frais, l'adresse n'existait plus, mais au coeur du village le rare passant, basque et méfiant, nous indiqua une table, fraîchement rouverte où il va de temps en temps manger.

Accueil charmant, grandes tablées, on attendait des rugbymen qui devaient arriver. La cuisine d'Arnaud Boittin est locale, fraîche et excellente.

M. a gouté l'axoa. Relevé, tendre, copieusement servi. Le tout avec un vin du cru, un régal.

 
 

Restaurant Jarapea
Le Bourg
F- 64220  Irouleguy
Tél.  + 33 05 59 49 16 92

moins de 100€,moins de 50€; moins de 35€,pays basque,vin,cantine,coup de coeur,bon marché,pyrénées-atlantiques, vignoble, écrevisses, agneau

moins de 100€,moins de 50€; moins de 35€,pays basque,vin,cantine,coup de coeur,bon marché,pyrénées-atlantiques,vignoble,écrevisses,agneau

01
nove

Où manger sur le pouce à Saint-Jean-Pied-de-Port ?

MADAME

MONSIEUR

Mme a aimé l'arrière-pays basque, ses collines, ses pics, ses villages aux volets colorés, ses espadrilles, et sa gastronomie. Elle s’est perdue parmi les foules gravissant la colline de Saint-Jean-Pied-de-Port, haut lieu de pèlerinage sur la route de Saint-Jacques de Compostelle.

Joli village, quoique inondé de visiteurs en été, heureusement qu'il y a une enceinte que l’on peut arpenter pour faire le guet entre les collines et respirer.

Café Ttipia

Après la promenade, Mme a eu bien du plaisir à s’attabler sous un platane, en terrasse du Café Ttipia. Un bar à tapas familial, qui fait de bons petits plats, comme la salade de chipirones (12€) copieuse et fraîchement garnie d’oignons et de salade. En plus, les serveurs avaient de l'humour et l'humeur vive.

Une bonne adresse pas chère et accueillante, à adopter les yeux fermés, si l’on craint l’arnaque aux touristes.

Café Ttipia
2 Place Floquet
64220 Saint-Jean-Pied-de-Port
+33 5 59 37 11 96

Café Ttipia

M. a beaucoup apprécié l'ombre des platanes au bord de la rivière, l'ambiance joviale qui émane du bar et qui déborde sur la terrasse. On n'est pas ici dans de la grande cuisine, mais des plats simples, locaux, roboratifs et bien faits.

La terrasse est fort courue. Souvent prise d'assaut par les touristes et les locaux. Mais malgré une joyeuse pagaille, le service suit et l'on mange rapidement des viandes à la plancha (lomo 1€), un axoa plutôt doux, des œufs...

Restaurant du Trinquet


M. s'est initié à la pelote basque dans le trinquet en arrière-salle du restaurant un mercredi matin. Pala, main nue, chistera, toutes les disciplines sont pratiquées.
 
Côté restauration des plats locaux, formule brasserie. De quoi se remettre de ses efforts et rencontrer des passionnés de pelote autour d'un verre.

7 place du Trinquet
64220 Saint-Jean-Pied-de-Port
+33 5 59 37 09 34

pays basque, resto, coup de coeur, pas cher, chipirones

moins de 100 euros,moins de 50 euros,moins de 120 euros,moins de 35 euros

moins de 100 euros,moins de 50 euros,moins de 120 euros,moins de 35 euros

31
octo

La Porte des Indes et son buffet à volonté

MADAME

MONSIEUR

Mme croyait que La Porte des Indes ne changerait jamais. Cette enseigne de l’avenue Louise, née en 1994, a subi diverses modifications, suite à son rachat par le groupe Blue Elephant (10 restos dans le monde).

C'est un immeuble coquet flanqué de portiques en bois, décoré de sculptures, de fontaines, sauf qu’à y regarder de près, à l’étage, la déco "coloniale" a vécu ses heures de gloire. Les salles décorées dans le style Edwardien sont un brin poussiéreuses.

Pour le coup, Mme a cédé au buffet du samedi soir, avec samosas d’agneau et de poulet à la sauce mangue, un chicken lasooni tikka (poulet, ail, sauce menthe, ou encore un dal (lentilles au curry) et une légère sauce au yaourt. Pour suivre, plusieurs plats chauds, dont un poulet tandoori, un vindaloo piquant, un biryani, un roganjosh (agneau du curry) et la délicieuse salade raita Raita (yaourt au cumin, concombres, tomates et onions). Table de desserts frais et variés.

Le chef exécutif Mehernosh Mody (basé à Londres) se targue d’avoir voyagé plusieurs mois dans le sud de l’Inde pour établir une carte aux parfums de Pondichéry, avec des accents créole, tamil et français, du fait de l’ancienne colonie.

Prochain défi : comparer avec le buffet du Palais des Indes, à quelques pas de là. Puis s'envoler pour Londres et Pondichéry !

M. a un doute ontologique à fréquenter les all-you-can-eat. Soit on souffre du porte-feuille, soit du ventre, au pire des deux.

L'idée du buffet n'est pas le fond du problème, avoir le choix, pouvoir hésiter, goûter, y revenir, avoir l'occasion de tester ce qu'à la carte on ne prendrait pas le risque de commander, voilà des arguments pour oser l'expérience. C'est le plaisir du buffet d'hôtel, du brunch, des mariages...

Mais comment sortir du "en ai-je pour mon argent ?"

Le all-you-can-eat se doit d'être un exercice de contrôle, d'ascèse. Il faut réfréner la gloutonnerie, le gaspillage, éviter la bacchanale, ne pas charger la mule, y revenir souvent, manger de nombreuses fois avec parcimonie pour approcher tous les plats, toutes les entrées, tous les desserts.

Alors oui, l'expérience vaut son prix et il n'y aucun gâchis scandaleux. Un équilibre souvent difficile, si la cuisine ne tient pas ses promesses.

La porte des Indes ? Rien de renversant, c'est frais, bon, fait maison mais cela reste de la cuisine familiale. Le service est rempli d'attention pour qui sait prendre le temps de la rencontre et des habitudes d'une culture différente.

Les currys sont bons, chaud en épices sans être brûlants. Les desserts offrent aussi une belle diversité.

La Porte des Indes
Av. Louise 455
B - 1050 Bruxelles

Buffet jeudi et samedi soir (40 €)
Menus, €43, €58.

inde,bruxelles,curry, buffet

 

inde,bruxelles,curry

inde,bruxelles,curry, buffet

inde,bruxelles,curry,buffet,all-in,tandoory, pondichéry