31
janv

Les caves du Sablon - wine bar

MADAME

MONSIEUR

Mme pratique le Sablon depuis ses premiers pas dans l’art moderne, du temps où Patrick Derom régnait dans sa galerie rue aux laines. C'était il y a belle lurette.

Arpenter les pavés du vieux quartier, lécher les vitrines des antiquaires, chasser le chocolat belge, humer l’air ambiant en zyeutant les looks m'as-tu-vu Place du Grand Sablon font partie des plaisirs bruxellois.

Découvrir une table discrète à l’excellent rapport qualité prix aussi. Un wine bar se cache dans une ancienne maison appartenant à un antiquaire, rue des Pigeons. Une ruelle étroite, attenante à la rue de Minimes ; les Caves du Sablon ont un côté intime, avec leur enchaînement de salles basses, lumière tamisée, murs chaulés.

On chuchote, on sirote un verre de vin soigneusement choisi par Olivier Cazaubon. Des vins peu ou pas du tout connus, sélectionnés pour leur franchise, de France, d'Italie, du Portugal, d'Espagne, d'Amérique du Sud.

Sur l’ardoise, les plats de saison côtoient les classiques, qui font de l’œil aux grandes faims, des assiettes à partager, rillettes d'oie du sud-ouest (11€), foie gras de canard confit maison (18,50), burrata des Pouilles et légumes grillés que Mme a apprécié… Pour suivre, un roboratif Bourguignon de biche aux airelles, poire au vin épicé (19€). Même plus faim pour un dessert !

M. baisse la tête et plonge dans les Caves du Sablon. C'est un wine bar, voire un wine restaurant, si ça existe!

Donc beaucoup de flacons accessibles au verre (à partir de 4,50€). Une aubaine pour changer de couleur ou de région au fil du repas, faire son "égoïste" qui veut boire du rouge tout le repas et ne pas concéder du blanc à Mme. Le tout avec la plus sûre des élégances. Mme a le choix, M. aussi.

Les vins sont philosophiquement proches de l'agriculture raisonnée, de la biodynamie, voire du bio. C'est bon pour tout le monde.

Si on y boit du bon on y mange aussi bien.

Des produits de la mer, des viandes choisis avec le même soin qui préside à la sélection des bouteilles. Les préparation simples sont bien maîtrisées. Elles permettent de donner de l'espace aux vins à consommer. Fruits de mers, poissons, viandes servent de scène au ballet des verres et c'est un beau spectacle que ces caves chaulées, éclairées à la bougie où, sur fond de murmures et de conversations intimes, tintent les verres qui scellent des vœux de plaisir et de convivialité.

 


Les Caves du Sablon
(Bar à vins – Caves à manger)
Rue des Pigeons, 9 – 1000 Bruxelles
Ouvert du lundi au samedi de 18h à 24h
Tél. : 02 513 12 20
www.lescavesdusablon.be

resto, bistrot, coup de coeur, pas cher, budget, sympa, bruxelles, moins de 30 €, moins de 50€, moins de 75 euros, moins de 100 euros

26
déce

Toya : Loïc Villemin talent lorrain coup de coeur 2014

MADAME

MONSIEUR

Mme clôt l'année en apothéose. Dans sa verte plaine à Faulquemont, loin des rumeurs citadines, Loïc Villemin fomente ses réjouissances de fin d’année. Artiste du légume, roi de la cuisson lente, adepte du circuit court, Loïc a grandi avec des parents restaurateurs. Enfant, il déterrait les salades, glanait les herbes en forêt, cuisait le lapin. Des origines slovènes, un enracinement lorrain, une envie de Japon, où il n’est jamais allé mais dont il rêve encore... Dans sa cuisine, il façonne de petits trésors, plus surprenants, savoureux, méticuleux que tout ceux que Mme a goûtés au long de l’année. Par trois fois, elle a pu juger de sa créativité : en mai, au WY Brussels, en septembre, à Knuthenlund et chez lui, en décembre au Toya. Le choc, la perfection.

Loïc Villemin, notre chef de l’année !

Il explose les frontières, joue les trompe-l’œil, suggère un ailleurs intense, un voyage total des sens. D’un mésaimé salsifis, il parvient à vous extirper des cris de joie. D’un poisson nacré, il dessine un paysage à la lune pleine, d’un radis, il taille une rose, et du mariage des pré-cités, il évoque un sari à dérouler lentement. La sensualité réside dans le geste, que l’on soupçonne à chaque étape de l’élaboration des plats. Ici, il saupoudre un crumble d’algues kombu, là il arrose d’un jus de shizo poivré. Les goûts éclatent au cœur de l’huître aux trois couleurs, jaune, rouge, noir.

Suite de plaisirs

Chaque plat remporte l’adhésion, suscite une émotion, allégresse, gaieté, félicité. Chaque plat raconte La mer, La lune sur le toit, Les sous-bois autour d’une bûche en chocolat… Inspiré par le Japon et le lac Toya à Hokkaidō, dont il a entendu vanter la beauté, Villemin cherche l’idéal. Et l'atteint.

Menu de fêtes hiver 2014-2015 :

Peau de poisson - pomme de terre - mayonnaise agrumes
La chips qui intrigue et donne envie.

Salsifis rôti – pralin vanille chocolat
La cuisson du légume dans toute sa sobriété : brossé, non épluché, des heures au four.

Bœuf tartare – framboise
Une bouchée pure viande, légèrement acidulée.

Huîtres – poire - sancha - agrumes - bergamote
Passionnante partition d’acidités, d'iode et de thé.

Encornet – bergamote - coques, coquillages – riz grillé
Étrange texture à mâcher, jouissive, contrastée : les nouilles irisées dans leur bol noir, un dashi astringent, au parfum d’Earl Grey.

Foie gras- Nikka – chêne
Du foie gras, le chef exhale les saveurs avec un whisky japonais et une gelée au chêne subtile, du croquant et de la douceur, dans une purée de topinambour.

Bonite - chou fermenté – bière – réglisse – coques
La sauce à la Chimay rouge rehausse le goût du poisson mariné dans du foin. La réglisse sème la confusion, avec un bouillon de lichen et d’algues, dieu que c’est bon ! Mme fantasme sur le lichen depuis qu’elle y a goûté au Noma et chez Marc Veyrat.

Lieu jaune - chou romanesco – chou fermenté
Cuit à la perfection, ce poisson sourit dans sa sauce aigre.

Pigeon – betterave – bouillon
Cuit à basse température, le volatile braisé a un goût sauvage et ressemble à un pruneau.

Lièvre -  chocolat

Un classique, un peu lourd après ces agapes.

Loïc Villemin est un magicien, tendance illusionniste, qui construit des assiettes à nulles autres pareilles qui laissent, aux premiers instants, les heureux mangeurs perplexes pour ensuite les émerveiller.

Qu'est-ce ? Voilà la question.

C'est sombre, boursouflé, posé sur des galets noirs, mais le cœur est clair et lustré.

Qu'est-ce ?

Une patte de volatile ou un escargot de mer ?

Vous êtes loin du compte, M. !

Victime ravie d'une proposition hors de vos repères et qui offre, sublime élégance une surprise au plus aguerri des dîneurs.

Et ce tronçon orange zébré de brun que l'on trempe dans une mousse blanche immaculée qu'est-ce ? Un bout de bois ?

Comment ? Pas épluché ? Brossé ? Cuit à basse température ? Un salsifis ? Et une mousse de fromage de brebis ? C'est superbe, c'est délicieux, c'est inattendu !

Que ce soit le topinambour, la bonite de ligne ou le lièvre, Loïc Villemin a tant de technique et de curiosité pour les produits, l'esthétique du Japon, l'air du temps que sa cuisine fourmille d'idées, de traits de génie et surtout d'un goût toujours poussé vers le haut.

Une huître de la baie de l'Enfer, deux émulsions d'agrumes, une écume et le plaisir d'un vin blanc sec vous mènent vers des sommets de mise en scène d'un produit simple, une bonite snackée, un bouillon, des végétaux choisis est un travail d'une délicatesse magistrale.

Ce talent pousse des chefs reconnus ou en vue à convier Loïc Villemin à participer à des quatre mains. Nous l'avions rencontré à l'occasion d'un repas au Wy, nous espérons pouvoir le voir à l’œuvre au printemps chez Sang-Hoon Degeimbre.

Le menu le plus fourni ne coûte pas 100€, avec tant de qualité et de talent, c'est d'une très grande humilité.

 
Loger chez Loïc Villemin

L'hôtel attenant au restaurant permet de ne pas prendre de risque sur la route et de faire honneur à un cave qui recèle des flacons précieux.

L’Hostellerie du Chambellan, à la lisière d’un golf verdoyant, permet de passer un week-end mêlant golf et gastronomie, promenades et calme. A trois heures de route de Bruxelles.

 

 

Menu de fêtes hiver 2014-2015 (desserts) :

Coing – crème glacée au foin
Le fruit d’hiver se mêle au goût fumé.

Bûche- chocolat – champignons - livèche - topinambour
Aérien comme une mousse, doux et boisé avec noisettes et champignons, livèche croustillante et topinambours.

Toya restaurant
Golf de Faulquemont
Avenue Jean Monnet 
57380 Faulquemont
France
Tél. +33 3 87 89 34 22

 

restaurant, resto, coup de coeur, grand chef, michelin, étoilé, lorraine, moselle

restaurant, resto, coup de coeur, grand chef, michelin, étoilé, lorraine, moselle, france

restaurant, resto, coup de coeur, grand chef, michelin, étoilé, lorraine, moselle, france

restaurant, resto, coup de coeur, grand chef, michelin, étoilé, lorraine, moselle, france

restaurant, resto, coup de coeur, grand chef, michelin, étoilé, lorraine, moselle, france

restaurant, resto, coup de coeur, grand chef, michelin, étoilé, lorraine, moselle

Lire aussi nos articles sur le même sujet : Le repas à 4 mains au Wy Brussels
Le concours Native Cooking Awards, auquel L. Villemin a participé.

Découvrez la région de Moselle sur Moselle tourisme.

 

05
nove

King Kong, snack péruvien à Bruxelles

 

MADAME

MONSIEUR

Mme a attendu l'occasion d'emmener ses copines plonger dans la culture péruvienne. Dans cette ancienne galerie d'art, longtemps laissée à l'abandon, King Kong a des allures de fast food cool, avec fauteuils style Emmanuelle (le film hot) et comptoir à l'entrée. Il faut commander et emporter, c'est donc un snack et ça ferme vers 22h.

Le ceviche (spécialité de poisson cru mariné au citron, avec petits légumes) est bon, mais cela ne vaut pas celui de Lima, ultra frais et proche de la mer.

Le sandwich au cochon de lait a de quoi remplir l'estomac et faire saliver les amateurs de viande.

Pas de quoi, soyons sérieux, faire le buzz dans les magazines trendy (et pourtant si).

Une bonne adresse pour se sustenter avec 10 euros en poche. C'est déjà ça !

Lire aussi : nos articles sur la cuisine péruvienne et l'engouement pour les chefs du Pérou que nous avons rencontrés.

M., en vitesse, entre un rendez-vous et la récupération d'une machine chez Cami, avait poussé la porte du King Kong. L'occasion, se disait-il, de se faire un trip nostalgique en direction du Pérou, de Lima et de sa street food.

Le lieu vaut plus pour sa déco et son nom que sa cuisine, du fast food d'inspiration péruvienne. 

Si le sandwich Chicharrón est roboratif et servi rapidement, la bière King Kong (une Bertinchamps relookée) joue d'amertume et d'un look glam, mais les frites de yucca sont d'une tristesse desséchée.

De belles pièces rôties trônent en vitrine, poulets, porcelet en fonction du moment. Peut-être faut-il oser plus gros pour mieux apprécier.

Ce n'est ni cher ni bon marché, ni particulièrement mémorable, c'est de nourriture facile, pour sortir de son train-train de midi et tenter autre chose, mais la typicité est plus dans les appellations que dans les produits. Pour manger péruvien, il reste la Dimension Latina, mais la déco y est moins tendance. 

King Kong snack
Chaussée de Charleroi, 227
B - 1060 Bruxelles
Tél. 02 537 01 96
http://www.kingkong.me

pas cher,resto,snack,pérou,bruxelles,moins de 30€,moins de 20 euros,moins de 50 euros,moins de 100€,moins de 25€

pas cher,resto,snack,pérou,bruxelles,moins de 30€,moins de 20 euros,moins de 50 euros,moins de 100€,moins de 25€

02
nove

Nicolas Scheidt ouvre Hopla Geiss, un resto alsacien

 

MADAME

MONSIEUR

Mme garde un souvenir embrumé et gourmand de périples en Alsace, à Strasbourg, au Mont Saint-Odile et à Colmar. Aussi, quand Nicolas Scheidt, le chef de La Buvette, lui a soufflé qu’il voulait retrouver ses racines alsaciennes et ouvrir un restaurant traditionnel, elle a immédiatement répondu présente.

Le chef et son épouse, diplômée des Beaux-Arts, ont imaginé une sorte de cabane en Alsace, au décor très sobre, avec banc et tables en bois, parois découpées. La cuisine donne sur la première salle, où les visiteurs reniflent les parfums sortis du four sophistiqué, qui permet de cuire une flammeküeche en 3 minutes. Autrefois, en Alsace du nord, ces tartes ultra fines (à base de pâte à pain) étaient le moyen de tester la température du four à pain.

La tarte flambée (10-14€) se partage entre amis sur son grand plateau de bois et se croque à pleines dents : entre la traditionnelle (fromage frais, oignons, lardons) et la tofu fumé & coriandre, Mme a fondu pour la dernière. Le prix est sympa (19€) mais par grand faim, il faudra un autre plat. La volaille au pinot noir est roborative, la sauce onctueuse a du goût, les spatzeles (pâtes maison) donnent du bon. Et pour finir, une tarte pomme flambée au Calvados (11€) ou une torche au marrons (7€).

Lire aussi notre article sur La Buvette, le restaurant gastronomique du chef.

M. a fait un passage à trois au Hopla Geiss : Mme et le grand fiston.Nicolas Scheidt y propose des tartes flambées, les flammeküeche.

Une entrée vitrée donne accès à la cuisine, que l'on traverse vers une salle avec des lambris, a l’arrière, un petit jardin affiche sur ses murs un immense graffiti, d'un auteur à identifier, que les propriétaires ont bien fait de conserver.

Pour combler l'appétit d'un ado les flammeküeche se succèdent en entrée, pâte fine, tartinée de fromage blanc, adjoint de crème et garni de divers légumes, viandes, tofu selon l'envie.

En plat de résistance une belle saucisse (tristement découpée au service, M. aime garder le jus de sa saucisse à l'intéreur et voir la pièce entière) et une salade de pommes de terre bien accomodée.

Du vin, des bières... on est dans de la cuisine simple, d'inspiration alsacienne et c'est peu courant d'avoir accès aux spécialités de l'autre Capitale de l'Europe dans la nôtre.

Désormais, Nicolas Scheidt possède trois établissements à Saint-Gilles : La Buvette, le resto gastronomique de haute volée (notre coup de cœur en févier, voir notre article sur la Buvette ici), le Café des Spores (axé sur les champignons) et Hopla Geiss.

Jus de fruits 4€, bières de 4-12€, coupe de Crémant 7€, carafe de vin 15€ et sélections du chef.

Hopla Geiss
105 chaussée d’Alsemberg 
B - 1060 Saint-Gilles (Bruxelles)
Ouvert du jeudi au dimanche, le soir uniquement (dès 18h30).
Tél. 02.544.14.22
www.hoplageiss.be

bruxelles,resto,restaurant,moins de 100€,moins de 120 euros,moins de 50 euros, coup de coeur