31
octo

Priene, l’ancienne ville grecque

 

 

Madame poursuit ses périples archéologiques en Turquie. Elle s’est imprégnée de culture romaine et hellénistique à Ephèse. Un guide nommé Ozan, passionné par l'archéologie, l'a emmenée ensuite à Priene, dont elle n'avait jamais entendu parler. Pour parvenir aux ruines antiques, il faut grimper quelque peu le mont Mycale, protégé du soleil par un chapeau ou une casquette Le chemin est semé de gros cailloux, et les quelques touristes américains, des seniors croisés en chemin ont l'air de souffrir. Mais le quart d'heure de marche vaut la peine.

Fondée au XIe siècle par des Ioniens, la ville a été bâtie selon un plan qui date du IVe siècle A. C. N. Elle s'étendait jusqu'au niveau de la mer depuis une hauteur de 380 mètres au sommet. La cité possédait 3 portes principales et 6 grandes rues avec un ensemble de 80 pâtés de maisons. Comme à Pompéi, ou à Ephèse, les villas bénéficiaient de systèmes d'arrivée et d'écoulement des eaux.

turquie,voyage,priene,archeologie,romain,visite, priene


Plusieurs monuments ont été reconstitués, comme le théâtre du 4 s. ACN, destiné à accueillir 5.000 personnes et dont il reste encore cinq fauteuils en pierre, au premier rang ; ils étaient réservés aux dignitaires (photo). On y a mis au jour une clepsydre (horloge à eau) qui mesurerait le temps de paroles des orateurs. Dans l’orchestre, un autel recevait les offrandes à Dionysos.

turquie,voyage,priene,archeologie,romain,visite, theatre, ruines

A voir aussi, l’agora, ainsi qu’une reconstitution du Temple d'Athéna érigé par le célèbre architecte Pytheos, il n’en reste que quelques colonnes ioniques, mais on imagine la majesté de l’ensemble. De même, le Bouleterium, siège de l'assemblée des citoyens (Priene était une démocratie au IV e s.) doté de gradins. Au loin, la vue delà vallée est magnifique et invite à pérégriner de village en village…

turquie,voyage,priene,archeologie,romain,visite

Reportage à Kusadasi par V. Nimal. Merci à Monsieur Murat Alicigüzel, Conseiller de la Culture et de l'Information Ambassade de Turquie et à Ozan, le précieux guide (photo).

Lire aussi nos autres articles sur Ephese et Kusadasi.

30
octo

Les trésors archéologiques d'Ephèse

 

Madame oppose au chant funèbre de Palmyre une Ode à la joie : Il faut visiter Ephèse !
Aujourd’hui plus qu’hier, ce site archéologique situé à 16 km de Kusadasi en Turquie mérite le voyage. Puisque les Barbares de Daech détruisent une à une les traces de l’histoire. Puisque les trésors de pierre s’effondrent sous la violence des extrémistes. Par curiosité. Par nostalgie face aux ruines des choses perdues, comme l’écrit Mathias Enard. Car refuser de connaître une autre culture que la sienne, c’est s’étouffer à petit feu. Mme continuera d’explorer Ephèse, Priene, Pergame, Troie, et bien sûr les sites de la Grèce antique… Personne n’effacera le leg immense de la civilisation romaine, grecque, hellénistique, à coup d’explosif.

turquie,voyage,culture,anatolie,kusadasi, ephese, ruines, rome


L’Empire romain d’Orient
Dès le IIe siècle, les Romains s’intéressent à l’Asie Mineure (ouest de l’actuelle Turquie) lors des guerres qui les opposent au souverain Antiochos III. Peu à peu, l’empire romain s’étend vers l’Asie : Pergame, la Cilicie, la Bithynie, la Galatie (peuplée de descendants de Gaulois), la Cappadoce, la Lycie et la Pamphylie… Ces anciennes provinces romaines font partie de l’actuelle Turquie. Rome s’étendra jusqu’en Syrie (Antioche, Palmyre), en Arabie (Petra) et en Egypte, et dotera ces contrées de routes, de canaux, de citernes, d’aqueducs et de monuments remarquables.
A l’époque, le sol de l’Anatolie regorge d’or et d’argent, convoités par les Romains. Sur ces faits fleurissent les légendes du roi Midas et du Pactole, et celle du richissime roi Crésus de Lydie…

Les Romains en Turquie
Pour bâtir leur empire, les Romains exploitent les carrières de marbre de la région (Chios, Paros, Synnada). Les blocs taillés sont transportés à Ostie par navire. En Asie, les élevages de moutons fournissent une laine de qualité, qui deviennent de beaux draps teints en rouge foncé (grâce au coquillage murex) portés par l’empereur et les dirigeants romains. Quant à la peau de mouton, elle se mue par un savant travail artisanal en précieux parchemin, spécialité de la ville de Pergame (pergamenè en grec).
Génies de l’architecture, les Romains embellissent de nombreuses villes grecques, hellénistiques ou lydiennes, réussissent à mélanger les traditions locales et leur talent de bâtisseurs. Ils parviennent à absorber les influences, à se les approprier puis à les transmettre.

turquie,voyage,culture,anatolie,kusadasi, ephese, ruines, rome

Ephèse
Il faut voir Ephèse, s’en imprégner, s’y promener (avec un chapeau en été). C’est l’un des grands sites archéologiques de Turquie, découvert au XIXe siècle. Capitale de la province d’Asie, cette cité prospère fondée par les Grecs vouait un culte à la déesse de la chasse, Artémis (Diane en latin). Les architectes romains agrandissent son théâtre, construisent des temples, ornent les ruent de colonnades. Ils ajoutent des aqueducs pour alimenter en eau les fontaines de la ville. La ville compte 250.000 habitants. Partout, de riches Ephésiens érigent leur maison, les décorent de peintures murales, de mosaïques au sol. Déambuler la grande rue de l’ancienne Ephèse est un éblouissement, l’éclatant témoignage  d’une civilisation de l’histoire européenne. Au cours de la visite (prenez un guide officiel, proposé à l’entrée du site) le moindre détail a son intérêt : ici, des tablettes de pierre avec des ronds, ancêtres du backgammon, là des latrines creusées dans des banquettes de marbre, là, des stèles évoquant le dieu de la médecine, le temple d’Hadrien, le théâtre romain…

turquie,voyage,culture,anatolie,kusadasi, ephese, ruines, rome, archeologie


Diane aux mille testicules
L’un des plus beaux souvenirs d’Ephèse se concentre dans une statue. Artémis la cruelle et puissante déesse à Ephèse. Elle était le trésor du temple d’Artémis, rebâti sept fois selon la légende, en raisons d’incendies, détruit pour de bon en 263.  A Ephèse, Diane n’est pas représentée chaste, les pieds nus avec son carquois de chasse, ni avec sa robe ceinturée. Sa sculpture en pied dotée d’une grappe de ce qui ressemble à des mamelles marque les mémoires. Le corps d’Artémis semble emmailloté, elle porte sur la tête une lourde tour, et sur le buste et l’estomac, des grappes de testicules de taureau, animal sacrifié à la déesse et symbole de la fertilité. Auparavant, les archéologues disaient que c'étaient des mamelles... Cette sculpture serait donc hermaphrodite. Sur chaque bras, des lions et au bas de son corps, divers animaux et plantes illustrent la profusion des espèces. Cette représentation originale et fulgurante de la déesse aux milles couilles rappelle un culte primitif d’origine asiatique, mélangé de traditions égyptiennes. Un bel exemple de syncrétisme.

turquie,voyage,culture,anatolie,kusadasi, ephese, ruines, rome, archeologie, artemis, diane


La bibliothèque de Celsus
A Ephèse, la majestueuse Bibliothèque de Celsus est bâtie en 117 à côté de l’agora. Considérée comme la troisième bibliothèque la plus importante dans le monde romain, après celles d’Alexandrie (Egypte) et de Pergame (en Turquie, d’où provient le mot parchemin) elle a été érigée par Titus Iulius Aquila Polemaenus, en hommage à son père Tiberius Iulius Celsus Polemaeanus, sénateur sous Trajan. Le mécène, mort avant la fin des travaux, lèguera une somme de 25 000 deniers pour l'achat des livres en parchemins. Ses héritiers achèvent son œuvre pour créer une bibliothèque d’exception : 12 000 rouleaux, conservés dans des placards en bois encastrés dans les murs, détruits par un incendie.  Le monument a été relevé des décombres, il est tout simplement splendide. Sa façade s’élève sur 8 m de haut, avec ses 18 élégantes colonnes… Quatre statues représentent les qualités attribuées au défunt Celsus : la sagesse, la vertu, l’excellence (arété en grec) et la justice.


Site archéologique d'Ephèse. Ouvert de 8h à 19h dernière entrée, fermeture du site à 20h en été. Entrée 10 YTL.

turquie,voyage,culture,anatolie,kusadasi, ephese, ruines, rome, archeologie

Lire aussi : nos autres articles sur cette région de la Turquie.

Reportage à Kusadasi par V. Nimal. Merci à Monsieur Murat Alicigüzel, Conseiller de la Culture et de l'Information Ambassade de Turquie et à Monsieur Özden Tacettin, General manager Korumar Hotel.

29
octo

Voyage à Kusadasi et Ephèse en Turquie

 

Madame voyage parfois seule. Elle aime les grands espaces, les mélanges de culture, de croyances, de traditions, les vieux villages en montagne, les sites antiques, les sourires autour d’un plat partagé, les criques de la mer Egée. De la Turquie, elle ne se lasse jamais, que ce soit Istanbul, la mégalopole aux confins du monde occidental et oriental, ou des merveilles de l’Anatolie (elle a déjà réalisé deux reportages comme journalistes, l’un portait sur Divrigi, les monuments seldjoukides et les madrasa du XIIIe siècle, classés UNESCO).

Alors que les terribles drames provoquant les migrations en Turquie font fuir les touristes, Mme insiste, creuse, persévère. Ce pays, ces gens, leur richesse, méritent mieux qu’un jugement à l’emporte-pièce. Plongée dans la fête de Bayram (ou fête du sacrifice chez les musulmans), elle a partagé la table de villageois autour du mouton. Le lendemain, elle a pénétré dans la Maison de la Vierge Marie morte à Ephèse, puis elle a visité les temples romains et la majestueuse Bibliothèque Celsus, pleuré en songeant à Palmyre, à la Syrie voisine, et à l'éradication des sites archéologiques par Daech. Elle a pénétré dans une église mi-orthodoxe, mi-mosquée, écouté les légendes millénaristes de villages préservés, d'autres détruits par les secousses sismiques, rencontré un scientifique ému par la disparition de la panthère d'Anatolie, un guide bon-vivant qui lui a fait découvrir les ruines de Priene...

Fin septembre, elle a farfouillé l’ouest de l’Anatolie dans les villages en altitude et le parc national de Dilek, elle a regardé le soleil se coucher sur la péninsule en dégustant les pieds dans l'eau une purée de fèves, un saganaki, un bar grillé et chaque fois, s'est exclamée : c'est Byzance ! Car le vrai luxe réside dans les détails.

Cap sur la Turquie bucolique, sa gastronomie, avec quelques bonnes adresses pour se loger et se restaurer en Anatolie et sur la mer Egée.

turquie,voyage,culture,cuisine,itinéraire,anatolie,kusadasi, itineraire

turquie,voyage,culture,cuisine,itinéraire,anatolie,kusadasi; kotumar, mediterrannee, coup de coeur

turquie,voyage,culture,cuisine,itinéraire,anatolie,kusadasi

turquie,voyage,culture,cuisine,itinéraire,anatolie,kusadasi

turquie,voyage,culture,cuisine,itinéraire,anatolie,kusadasi, cafe, turc

turquie,voyage,culture,cuisine,itinéraire,anatolie,kusadasi, ephese

turquie,voyage,culture,cuisine,itinéraire,anatolie,kusadasi


Reportage à Kusadasi par V. Nimal.
Merci à Monsieur Murat Alicigüzel, Conseiller de la Culture et de l'Information Ambassade de Turquie et à Monsieur Özden Tacettin, General manager Korumar Hotel.

27
octo

Le Chalet de la Forêt, son potager, son sommelier

 

MADAME

MONSIEUR

Mme aime à croire que la vie débute le jour où l’on commence un jardin (proverbe chinois).  Pascal Devalkeneer s’est offert ce plaisir, cultiver un jardin en lisière de la forêt de Soignes, dans son restaurant Le Chalet de la Forêt.

Avant qu’il ne cultive son potager, Pascal Devalkeneer était déjà éclairé en matière de botanique. Il avait lu, cherché, goûté. Lors de son apprentissage, chez Roger Souvereyns, il cueillait les bouquets d’herbes perlées de rosées et plongeait son nez dans un monde de senteurs inspirantes. L’année dernière, Mme l’avait suivi pour un reportage au Danemark et l’avait vu cueillir dans les bois de Knuthenlund, juste avant un festin champêtre. De la rencontre avec l’homme, elle avait retenu un certain humour, une belle humilité, la douceur dans un gant de velours.

Visite du potager
Avant de passer à table, le chef invite chacun à visiter les 1156 m2 de potager bio, conçu avec l’architecte paysagiste Erik Dhondt et Vert d'iris (coopérative à finalité sociale): une fontaine rythme l’écoulement du temps, des parterres de plantes herbacées chatoient par gamme de coloris, d’autres parcelles de variétés ont été sélectionnées pour créer une auto-régulation naturelle. Des arbres fruitiers aux essences rustiques, pruniers, mirabelliers, cognassiers et pommiers du biotope belge entourent les graphiques bacs en plastique recyclé et nourris par compost et fumier. On s’y sent bien, on a envie de tout goûter. Pascal est un perfectionniste, qui va toujours plus loin. Il vous parle de son prochain projet, installer des ruches au printemps. Mais voilà qu’il disparait, sa brigade l’attend.

L’essence du bon
De la cuisine, le chef veut extraire “la simplicité au service de la saveur la plus juste”. Et c’est ce qu’il réussit dans chaque plat, qui étonne, bouleverse, laisse une caresse sur la langue, un souvenir aigu, d’un filet de maquereau juste cuit qu’il marie avec des légumes acidulés et du raifort. De Saint Jacques tout feu tout flamme, avec des fèves, un candele et une vinaigrette aux truffes. De très simples ingrédients, il fait des chefs-d’œuvre, comme ces betteraves et poire black beans au petit-lait. Ce filet de biche fondant et roulé dans une croûte de champignon, avec légumes d’automne. L’air de rien, il vous fait livrer une cuillère de vacherin du Mont d’Or pour vous hisser  au septième ciel puis vous mettre à terre par une variation chocolat au poivre niora, un volcan puissant.

César Roman
Il ne manquait plus dans cette maison qu'un sommelier d'exception, engagé il y a quelques jours: César Roman, Meilleur Sommelier de l’année à Bruxelles en 2013 et Meilleur Sommelier Gault&Millau 2015. Il fait de vous un être choyé. Des cinq superbes flacons dégustés, Mme retiendra le summum, un Riesling 2011 Zellenberg de Marc Tempé. Et l’élégance d’une maison où chaque instant est une fête.

M. a musardé entre les choux raves, le kale, le cerfeuil, le shiso entre autres végétaux qui croissent dans le potager avant de passer à table.

Table d'exception qui fait la part belle aux produits rares comme aux légumes de saison.

Les mises en bouches à base de moules de bouchot ou un financier aux anchois, font mouche et donnent envie d'en manger plus. On a faim !

Suivent les charbons aux petits pois (une mystérieuse croquette parée de noir), une huître Cadoret grillée accompagnée d'une vinaigrette iodée, de sarrasin et de céleri. Un filet de jeune maquereau au raifort, juste saisi, et son jardin de légumes vinaigrés. 

Le sommelier ose des accords sur la salinité et l'oxydation, un savagnin de toute beauté (Côte du Jura, Domaine Berthet-Bondet), sert de faire valoir à l'huître et au maquereau.

Des salsifis sur un topinambour tamponné au fond de l'assiette pour figurer une feuille. Encore une assiette à l'apparence simple qui révèle des monceaux d'idées et de réflexion, sans toutefois prendre la tête du convive.

Des betteraves dont le sucre joue avec l'acidité fondue d'une kriek Cantillon vieillie 4 ans, opèrent un magnifique virage vers le plat. Un filet de biche qui clôture la farandole de surprises. 

En dessert une sphère au chocolat fond sous les assauts d'un cacao pimenté chaud et révèle un sorbet de cacao, une gelée de café, gourmand en diable.

Les mignardises (la crème brûlée on ne viendrait que pour ça !) finissent de convaincre que le Chalet est l'une des meilleures tables de Bruxelles et que la créativité que le potager offre au chef augure de moments fastes à venir.

Merci Pascal pour ces délices ! 

Chalet de la Forêt
Drève de Lorraine 43
1180 Bruxelles
T: 02/374 54 16
Fermeture : Samedi , Dimanche.

Photo : En octobre, Pascal Devalkeneer fait visiter son potager à Mme sous l’objectif de M.

Pbruxelles, restaurant, michelin, coup de coeur, chef, chalet de la forêt, jardin, gastronomie

restaurant,michelin,coup de coeur,chef,chalet de la forêt,jardin,gastronomie,potager,bio,légume

restaurant,michelin,coup de coeur,chef,chalet de la forêt,jardin,gastronomie,potager,bio,légume


Au creux de la main, des câpres de capucines, au goût piquant, proche de celui de la moutarde.

restaurant,michelin,coup de coeur,chef,chalet de la forêt,jardin,gastronomie,potager,bio,légume

restaurant,michelin,coup de coeur,chef,chalet de la forêt,jardin,gastronomie,potager,bio,légume

restaurant,michelin,coup de coeur,chef,chalet de la forêt,jardin,gastronomie,potager,bio,légume

restaurant,michelin,coup de coeur,chef,chalet de la forêt,jardin,gastronomie,potager,bio,légume

restaurant,michelin,coup de coeur,chef,chalet de la forêt,jardin,gastronomie,potager,bio,légume

restaurant,michelin,coup de coeur,chef,chalet de la forêt,jardin,gastronomie,potager,bio,légume

restaurant,michelin,coup de coeur,chef,chalet de la forêt,jardin,gastronomie,potager,bio,légume

restaurant,michelin,coup de coeur,chef,chalet de la forêt,jardin,gastronomie,potager,bio,légume