24
fév

Salon du chocolat à Bruxelles - Benoit Nihant séduit Japonais et Coréens

MADAME

MONSIEUR

Mme est accro au chocolat, à la cuisine coréenne et japonaise. Le rapport ? Vous allez voir.
Si, au détour d’un chemin, un gourmet asiatique vous demande "quel est votre chocolatier préféré ?" Mme répond Benoit Nihant. Plus discret que Pierre Marcolini, tout aussi épatant.

Salon du chocolat
Mme s'est rendue en février au Salon du chocolat à Bruxelles, pour féliciter la famille Nihant d’avoir relevé un nouveau pari : ouvrir une boutique au Japon et en Corée.

Un Belge en Asie
Contrairement à ce que l’on peut croire, le chocolat belge n’est pas la star en Asie. Seuls quelques noms parviennent à pénétrer le marché. A Tokyo, il a fallu plusieurs années de tractations pour que Nihant puisse ouvrir boutique. Désormais, raconte Anne Nihant, les amoureux font la file pour acheter une praline Nihant dans une jolie boite, comme on s’offre un bijou ! Même engouement à Séoul, précise Benoit, où il a pu s'installer plus rapidement, avec l’aide d’investisseurs locaux. Une réussite !

Un vrai cacao-févier
Cet artisan peut se targuer d’être l’un des seuls cacao-féviers en Belgique. Traduction ? Il produit du chocolat, de la fève à la tablette (from bean to bar). Contrairement à la majorité des confrères (les chocolatiers d’assemblage) il n’utilise pas le chocolat des usines Belcolade et Callebaut.

Benoit Nihant sélectionne les meilleures origines, tisse des liens avec les producteurs de cacao sur leurs plantations et développe un commerce basé sur des rapports équitables. Le plus important ? Il marie des saveurs subtiles, personnelles. La maison mise sur l’élégance de son packaging et crée l’engouement autour de la collection Haute couture (irrésistibles ganaches fruitées et florales).

Chaque plantation de cacao renferme un éventail de possibilités gustatives typiques de la terre, selon l’ensoleillement, l’humidité, le temps de fermentation… Le bon chocolat, c’est comme le bon vin, une histoire de terroir et de cru. Mme a pu le constater lors d’un reportage sur une plantation bio en République dominicaine en 2013.

Mme préfère :
Les Céleste (coquilles colorées renfermant Yuzu, citron vert ou griotte) mais aussi les Grands crus comme le Venezuela Cuyagua, un criollo voluptueux, légèrement acidulé ou, pour les amateurs de lait, le Madagascar au lait bio à la fleur de sel.

M. n'a aucune fierté nationale pour le chocolat. Il a parfois du mal à comprendre l'engouement qui l'entoure. Dans la majeure partie des cas c'est industriel, gras, sucré, acide et sans grand intérêt.

A Bruxelles se tenait le salon du chocolat. Sans appétit M. y a suivi Mme.

Un hall de foire, des stands avec des macarons, des douceurs, des chocolatiers et un podium pour voir se pavaner de jolies filles couvertes de robes en chocolat, au son des mariachi. M. trouve cela aussi stimulant que d'associer le travail des bouchers Dierendonck et Desnoyer à la robe de viande de Lady Gaga. Kitsch, pour rester agréable.


M. a pourtant de la sympathie pour quelques artisans, dans de rares cas, le chocolatier belge est aussi cacaofévier. Nihant, Marcolini.

Vu les terroirs où le cacao pousse, il est rare que le cacaofévier européen soit cacaoculteur. Mais bon, trop de purisme ne fait pas voyager le cacao, produit de mondialisation comparable au café.

Payer pour entrer dans un lieu concentrant des boutiques de chocolat, il y a comme un paradoxe. Voilà qu'il faut payer pour commencer à consommer... 

Non décidément M. n'est pas prêt pour le salon du chocolat.

Benoit Nihant
Liège, Maastricht, Embourg et aussi chez Rob Bruxelles.
http://shop.benoitnihant.be

 

chocolat,belgique,chocolat belge,cacao-févier,artisan chocolatier,coup de coeur,salon du chocolat,japon,corée,tokyo,séoul

chocolat,belgique,chocolat belge,cacao-févier,artisan chocolatier,coup de coeur,salon du chocolat,japon,corée,tokyo,séoul

chocolat,belgique,chocolat belge,cacao-févier,artisan chocolatier,coup de coeur,salon du chocolat,japon,corée,tokyo,séoul

 

Les commentaires sont fermés.