30
déce

Bonne année (imprimé sur vos serviettes perso)



A tous, une très belle année 2014 !

Madame & Monsieur ont passé une année formidable et vous remercient d'avoir été si nombreux sur ce blog.

Un message sur vos serviettes
Renova met en ligne une application pour faire imprimer des serviettes ultra perso, comportant texte, dessin ou photo. Génial pour une fête, un anniversaire, un cadeau. Livraison à votre domicile. Vous pouvez créer jusqu'à 20 serviettes différentes, en y inscrivant par exemple le nom de chaque invité… Nous avons testé l'application et le colis est arrivé sous 48h. NB : utilisez de préférence des photos de bonne qualité pour que l'impression soit bien contrastée.

Prix : 12,30 € (livraison gratuite). Plus d'infos sur le site : http://www.myrenova.com/

fêtes,idées,cadeaux,imprimer,table,déco

24
déce

La Buvette de Nicolas Scheidt


MADAME

MONSIEUR

Mme choisirait la Buvette si elle n’avait qu’une seule sortie en 2014. Pour l’intense expérience. C'est un gastro-bistrot nouveau genre, vintage rock, inventif, sophistiqué sans l’être, sans esbroufe ni nappe, une escale directe à l’essence du goût. Fou.

Depuis le temps, Mme désespérait d’avoir une table dans ce lieu confidentiel où il FAUT réserver !

L'ancienne boucherie
Chausée d'Alsemberg, le Champignac (boutique de champignons) d'antan a été réaménagé en Buvette et tient tête à l’enseigne d’en face, le café des Spores dirigé par le même homme, Nicolas Scheidt. L'Alsacien a bien fait de préférer Bruxelles à Paris. Cheveux de jais, portés longs, silhouette filiforme, il prend le temps de vous cerner, d’annoncer, de raconter les produits, les façons, les envies, de vous emballer. Avec sa subtilité, son talent de concentrer les goûts, de les faire contraster et de miser sur la simplicité. Scheidt est l'un de ces trentenaires de la génération Noma, qui met le produit en avant sans chichi, avec deux ou trois saveurs pour le rehausser. Sa personnalité transpire dans ce qu’il touche et dans cet air pop sixties de The Walker Brothers échappé d'une platine. Charmant.

Rencontre
L’occasion était trop belle quand Véronique, journaliste du magazine Gaël*, nous a contactés pour faire un portrait de “Madame Monsieur au restaurant” et que le choix s’est fixé sur La Buvette. En attendant la publication, quelques mots de la carte de décembre, pour émoustiller vos sens :

Omble chevalier, poire de terre (ce tubercule proche du topinambour ou “aard peer” en néerlandais n’a rien à voir avec son goût, dans ce cas-ci sucré. Aussi nommé yacon, il est finement tranché) et se marie aux algues. Ensuite, tourteau, radis green meat, citron. Poulpe, bouillon (ce que Mme a préféré dans l’intensité de goût), poireau. Joue de bœuf, panais, romaine. Le dessert confirme la créativité du jeune chef : mangue, panettone (préparé comme une sorte de bodding trempé dans l’alcool), lait, kumquat (confit, puissant, il contraste avec la fraîcheur du lait - fromage frais).

M. aimerait un roulement de tambour.

Puis un silence.

Pour susurrer ensuite le nom de ce coup de cœur :

La Buvette.

Enfin un coup de cymbale.

Un peu de décorum.

Evoquez ce nom et vous verrez ceux-qui y ont déjà mangé se confondre en superlatifs et éloges, ceux qui n'y ont pas encore mis les pieds vous dire qu'ils en ont entendu parler... mais que c'est souvent complet, qu'il faut s'organiser... avec une once de regret et puis ceux qui voient bien où c'est... chaussée d'Alsemberg, non ?... mais pensaient que c'était du saucisson ou des champignons... ah c'était avant ?

M. a fait trop longtemps partie du deuxième groupe et a rejoint depuis peu, suite à une série de surprises plus plaisantes les unes que les autres, le premier.

Pour ne pas rabâcher M. va se concentrer sur ces surprises délicieuses qui ont émaillé le menu du jour.

Le poulpe, un péché mignon, était sublime. Cuit sous-vide, dans son jus, qui s'exprime et sert de base au nectar qui accompagne le plat. Simple, peu assaisonné mais d'une puissance gustative absolument renversante. Si les caudalies pouvaient s'appliquer à tous les liquides, le suc d'octopode devrait en compter une vingtaine.

Un tourteau et des tranches de radis ou de la joue de bœuf et une demi salade romaine poêlée étaient élaborés autour du même concept essentiel : le goût.

Puissants, simples, les goûts sont des évidences, la matière distille ses parfums, ses essences et la langue irradie de sensations pures. Un enchantement.

M. est sorti ravi de sa première expérience. Il a derechef décidé de remettre le couvert et dès qu'un lunch se profile à raisonnable distance il décroche son téléphone et forme le 02 534 13 03.

L'avantage c'est que les désistements sont rares quand on convie à si bonne adresse.

La Buvette
Chaussée d'Alsemberg 108
1180 Uccle
Belgique
Tél : 32 (0)2 534 13 03

Menu du midi : 25 € - soir : 45 €

*Le reportage a été publié en février dans le magazine Gaël.

resto,coup de coeur,bruxelle,gastronomique,moins de 25 euros,lunch,moins de 50 euros,moins de 100 euros,moins de 125

 

resto,coup de coeur,bruxelle,gastronomique,moins de 25 euros,lunch,moins de 50 euros,moins de 100 euros,moins de 125

resto,coup de coeur,bruxelle,gastronomique,moins de 25 euros,lunch,moins de 50 euros,moins de 100 euros,moins de 125

resto,coup de coeur,bruxelle,gastronomique,moins de 25 euros,lunch

resto,coup de coeur,bruxelle,gastronomique,moins de 25 euros,lunch

resto,coup de coeur,bruxelle,gastronomique,moins de 25 euros,lunch

resto,coup de coeur,bruxelle,gastronomique,moins de 25 euros,lunch

resto,coup de coeur,bruxelle,gastronomique,moins de 25 euros,lunch

 



12
déce

Cecila, le restaurant de Mélanie Englebin

 

 

Mise à jour du 6 mars 2014 : nous y sommes retournés deux fois cet hiver, du personnel de qualité a été recruté, les desserts sont parfaits et le niveau général a encore progressé... Bravo !


MADAME

MONSIEUR

Mme a eu un coup de cœur cet été (et en a parlé dans la presse). Monsieur y est déjà retourné 2 fois ! Et voilà que cet automne, Cecila est entrée dans Gault & Millau avec la note 14. Cécile est le nom de la mère de Mélanie Englebin, qui règne derrière les fourneaux. La chef de 31 ans fait des étincelles tant avec la viande, les légumes, les sauces et espumas, qu’avec les produits de la mer, qui lui ont ouvert de nouveaux champs d’investigation lors de son apprentissage au Four Seasons à Bora Bora. L’œil vif, elle vous parle de ses années de formation (Jaloa, Sea Grill...) et du poisson qu'elle accompagne d’épices vadouvent, d’algues, de feuilles de chrysanthème, de poivre.

L’entrée :
Gambas géantes, espuma d'agrumes et algues bien grasses (cette sensation de mâcher du vermicelle) fait plaisir, sans alourdir.

Le plat :
Du filet de maigre aux couteaux de mer. Un subtil goût de racine de turmeric, râpée crue provoque un instant d’évasion, de plaisir sensuel, de légèreté, perdure grâce à une texture de purée de pomme de terre et une algue séchée rehaussée de grains de sucre.
Une tasse de thé chinois « Déesse rose », une mignardise chocolat pour terminer. Mme a tout aimé, tout absorbé, décanté.

Cecila a de l’avenir, du talent, de l’esprit. Il lui faut du personnel en renfort, car les réservations ne font qu’affluer. Mélanie Englebin nous a confié avoir bien du mal a trouver du personnel qualifié pour la salle.  Dans la capitale de l’Europe… Dingue non ? Dans tous les cas, il faut réserver.

M., depuis un temps certain, se questionne sur l'usage qu'il a du centre de sa ville. Pourquoi (et comment) sortir à Bruxelles centre ? Grand-Place ?

C'est difficilement accessible depuis son domicile (au minimum une correspondance STIB pour finir dans le quartier du Parc et des horaires où celle-ci, le soir, peut demander 15 min. d'attente) c'est souvent toc, pacotille et bar à bière pour attirer les touristes... On pourrait croire la pièce jouée, l'Ilôt-Sacré c'est mort sauf à aimer la pitta et le sport sur écran.

Et puis on fait des découvertes, des lieux qui ne cadrent pas avec la destination. Qui ne veulent pas aller avec le courant et font des propositions autres.

Un restaurant où le talent s'exprime avant tout sur les poissons, où le menu surprise est la spécialité, où l'on vous propose de vous laisser faire, de déléguer votre confiance. Mais si vous ne voulez pas, la carte propose les inspirations du moment sur les produits du marché.

C'est frais, structuré, bien pensé, goûtu, chaque bouché émerveille et vivifie.

Cecila est de ces lieux qui donnent envie de sortir, de mettre un manteau, de passer sa porte et de partir à l'aventure des découvertes et des surprises proches.

Peu importe que la rue des Chapeliers soit à un jet de falafel de la Grand-Place, que du contraire : cela donne envie d'aller frotter le bras d'Éverard t'Serclaes au sortir de table pour formuler des souhaits d'apparition de tables de cette trempe plus régulièrement et avec autant de succès que cette jeune pousse.

Restaurant Cecila
16 rue des chapeliers
B - 1000 Bruxelles
Tél. 02 503 44 74
Lunch 24 euros. Menu du chef, 3 services, 44 euros.

bruxelles,coup de coeur,moins de 100 euros,resto,bistronomie,menu 44 euros,moins de 120 euros,moins de 150 euros,moins de 135 euros,lunch 24 euros

resto,bruxelles,bistronomie,menu 44 euros,moins de 120 euros,moins de 150 euros,moins de 135 euros,lunch 24 euros