17
oct

Comme un bête roman

MADAME

MONSIEUR

Mme s’interroge. Pourquoi a-t-elle acheté ce roman ?  Pour le titre ? Pour la gueule de garçon manqué de l’auteure ? À cause des critiques élogieuses, voire encensantes ? Pour plonger dans le nerf du sujet : la viande ?

Mme a voulu abandonner la lecture dès la page 37. Après la scène de sexe, vite emballée, l’histoire tourne en rond. Les étapes de l’apprentissage du jeune boucher n’en finissent pas, de description techniques en pléthore de séquences-émotion (on ne saura jamais pourquoi Pim pleure sans cesse et on s’en fiche).

Dans la troisième partie, l'encyclopédie se mue soudain en fable; le protagoniste va (sic) “porter l’art de la boucherie à son achèvement, il sait comment, il sait ce qui lui manquait, c’est l’heure du bouquet final, c’est l’heure du coup d’éclat et de la vérité révélée” (p 153). En matière de sensualité viandesque, mieux vaut relire les métamorphoses de l’héroïne de “Truismes”.

Un bon manuel pour parfaire son vocabulaire de boucherie. Un mauvais roman assurément. Lisez plutôt le fabuleux “Chaud brûlant ” de Bill Bufford.

M. avait entendu Mme. parler d'un livre, un roman, sur un boucher. Il trainait un dimanche sur le canapé, M. s'est entiché de venir à bout de ses 160 pages : Comme une bête de Joy Sorman, chez Gallimard.

Quelle bêtise, il aurait dû aller faire du vélo !

Mais il faut dire qu'il y a une fascination à voir un roman NRF (comme la plupart des labels celui-ci ne veut plus rien dire depuis longtemps) barré d'un portrait photographique de son auteure, débiter sur 160 pages des évidences sur la viande, le carnivorisme au prétexte de narrer les aventures d'un boucher obsessionnel prénommé Pim. Quelle vacuité.

3 parties à l'histoire, l'adolescence et la formation, l'obsession et la réussite professionnelle, le passage à l'acte. Chacune progressivement moins dense et inspirée que la précédente. Le tout avec un style architecturé autour du verbe être et les longues énumérations. On sent que la dame a bien bachoté le dictionnaire de la viande. La docu malheureusement ne fait pas un bon roman.

Il y a bien des tentatives de faire naître le merveilleux, voire d'en appeler au fantastique, mais le personnage principal n'ayant aucune consistance, aucun corps, les seconds rôles étant inexistants et les animaux finissant trop vite sur le billot, toutes ces ficelles n'arrivent pas à faire tenir le gigot.

Les anecdotes servant d'illustration à des digressions n'apportent aucun rebondissement, le lecteur lambda se demande sur plus de 140 pages où Joy Sorman veut nous mener et pourquoi déploie-t-elle tous ces mots pour partager et livrer si peu ?

M. s'ennuie ferme. 160 pages pour au final parler moins bien de la viande que la page Facebook de I Love Bidoche et les suiveurs de Yves-Marie Le Bourdonnec, un roman surfant sur la mode carnée qui semble animer Paris et que François Simon égratignait du fait que celle-ci n'est pas soutenable. Le roman aborde toutes ces facettes sans rien trancher.

Pour l'histoire ... c'est à ce point linéaire, simpliste que le résumé "Pim veut aller au bout de son art et marquer la boucherie de son empreinte, qu'il finira par chasser la vache au fusil" suffit à donner la mesure du remplissage documentaire, sous des airs de néoréalisme, que la chétive trame narrative nécessite pour faire du tout un "roman". 

Les commentaires sont fermés.