01
oct

Toukoul, tout bon

MADAME

MONSIEUR

Un cran au-dessus de la cuisine du Kokob, depuis que le Toukoul a ouvert ses portes rue de Laeken, il ne désemplit pas. Comme dans tous les foyers éthiopiens, on mange avec une crêpe déroulée entre les doigts, l'injera.

Mme rit que M. ne garde ses yeux en poche, selon que les serveuses altières se dandinent, dignes panthères, entre les tables. En plus, elles sourient !

Il ne faut pas manquer de goûter au Sauté d’agneau de lait au gingembre frais, poireau et citron vert (Zelzel Ye-Begh Tibs, 19). Un délice !

Par contre, Mme n'est pas vraiment conquise par le plat traditionnel de viande hachée (une sorte d'américain (ou tartare pour les Français) pas trop relevé, préparé avec du mitmita, du poivre et le (kibe) beurre traditionnel. On a choisi de le déguster mi-cuit. Cru eut été mieux finalement.

Lumières tamisées, file d'attente au bar, et obligation de réserver : le succès est au rendez-vous pour le 2e resto éthiopien de Bruxelles.

Une excellente adresse à se refiler ! Ambiance et convivialité assurés.

M. adore la cuisine ethiopienne, dont il a fait la découverte il y a une quinzaine d'années lors d'un voyage à New York et il avait désespéré longuement de voir un jour une enseigne porter haut les couleurs du berberé et de l'ajira dans notre riant Royaume.

10 ans plus tard le Kokob permettait de combler cette lacune.

Dès lors, que de bonheur de visiter une deuxième adresse bruxelloise vouée aux spécialités de la corne de l'Afrique.

Toukoul. Une adresse ensorcelante. Et il ne s'agit pas uniquement de l'abyssale beauté des femmes d'Abyssinie qui oeuvrent en salle, mais aussi du cadre, de la musique, des senteurs, du plaisir de toucher sa nourriture, de laisser les épices exciter nos sens.

Une belle soirée où, dans un lieu bondé, il est possible d'avoir une conversation à deux ou de se tourner vers ses voisins pour partager sur les découvertes de la carte. Nous avons pratiqué notre meilleur néérlandais avec des Molembeekois en goguette.

Pour finir la soirée, Marco, le barman italien intérimaire en partance pour l'Australie, nous a concoté un cocktail à base de bissap et de rhum. Un enchantement sweet and sour pour écouter le duo de musiciens titiller du synthé et des percus un groove festif qui sied à l'endroit.

toukoul.jpeg

Toukoul
34 rue de Laeken & 1 rue du marronnier
1000 Bruxelles 
02/223.73.77 

Les commentaires sont fermés.