29
juil

Les anchois de Collioure et la Maison Roque

MADAME

MONSIEUR

Au vinaigre, voire à la Catalane (avec poivrons).

A l'huile.

 
collioure,midi,anchois,produit régional,catalogne,terroir,poissonNota bene: Il existe 3 types de préparations de base d'anchois : à l'huile, mariné et au sel. Collioure dispose depuis 2004 du label européen IGP (Indication Géographique Protégée) pour la production de ces petits poissons.
 
Un produit à rapporter de Collioure
En 1865, Collioure comptait 140 barques catalanes et 800 pêcheurs. A la moitié du 20e s., la ville répertorie 21 ateliers de salaisons, 15 expéditeurs, soit au total 350 personnes qui travaillent grâce à l'anchois. La pêche occupe 2000 personnes (charpentier cordiers, bouchonniers, verriers, sauniers, négociants, transporteurs, usines, ravaudeuses...). Peu à peu, le nombre d'ateliers diminue, pour ne compter que 3 saleurs en 1996. Aujourd'hui, il n'en reste que deux.

Près du port, faites un saut à la Maison Roque. Une institution depuis 1870 ! On peut visiter les ateliers Roque.
 
Anchois Roque
17, route d'Argelès
66 190 Collioure, Francecollioure,midi,anchois,produit régional,catalogne,terroir,poisson

26
juil

Collioure, belle comme dans les yeux de Matisse

MADAME

MONSIEUR

Mme en rêvait, M. a suivi ses désirs : une virée sur la Côte Vermeille, à Collioure. Un village mythique. Matisse y a posé son chevalet. Le fauvisme est né dans cet endroit magique. Les complices fauvistes, André Derain, Albert Marquet, mais aussi  Juan Gris, Georges Braque, Picasso, Raoul Dufy ou Paul Signac l’ont aussi célébrée.

Collioure  est LE plus beau port du midi, avec ses rochers, son fort, ses maisons pastel, sans ostentation, authentiques. Arpenter les ruelles du faubourg, comme l’appellent les autochtones (la moitié du village, non touristique) un bonheur pour les yeux : du linge au balcon, des fleurs grimpantes, quelques chats qui se dorent la pilule et attendent l’heure fraiche.

Et puis, il y a les anchois de la maison Roque, les tapas, le vin catalan, et un superbe hôtel dont il faudra parler bientôt.

Mme n’aime pas… les galets au bord de l’eau, mais la prochaine fois, elle enfilera ses sandalettes.

M. aime faire plaisir à Mme. Surtout quand il s'agit d'aller se rôtir la couenne le long des golfes rocailleux. De se promener le long du sentier littoral, de prendre des clichés de l'eau azur où s'ébattent de juvéniles nageuses. M. est généreux et curieux.

Collioure offre plusieurs raisons de s'émerveiller. Certains quartiers restés authentiques, d'autres voués au tourisme balnéaire façon Sud (terrasses, échopes d'artistes, artisans, bazars,...) le tout disposé autour d'imposants bâtiments militaires. 

Le mercredi à l'arrière du château royal se tient le marché, l'occasion de faire main basse sur des légumes anciens, une tielle sètoise (une gosette salée alliant fruits de mer et tomate), des cochonailles pour le pic-nic.

Ajoutez le muscat, le Banyuls, le sourire du boulanger à l'accent qui chante, la dame qui lie conversation parce que vous déchiffrez les chiffres romains et que plus personne ne le fait, et c'est encore un peu plus de bonheur.

 
 midi, soleil, côte vermeille, Matisse, village, azur, coup de coeur, tapas, anchois, catalogne, vin, Banyulsmidi, soleil, côte vermeille, Matisse, village, azur, coup de coeur, tapas, anchois, catalogne, vin, Banyuls
 midi, soleil, côte vermeille, Matisse, village, azur, coup de coeur, tapas, anchois, catalogne, vin, Banyuls

20
juil

Sandra Nkaké à Saint-Hyppolite du Fort

MADAME

MONSIEUR

Enthousiasmée par l’apéro (un Kir Royal cévenol) et le rosé de Monoblet (Les 2 jumelles, en hommage aux montagnes du coin) et la table roborative de La Cigaloise (une excellente table dont il faudra reparler) Mme a préféré passer son tour.

Ceci dit, sans avoir vu le concert, Mme a cédé aux charmes de Sandra Nkaké, dès la première écoute du CD. Cette sensuelle chanteuse plus punchy que Sade, aussi stylée que Grace Jones, a du velours dans la voix; une nouvelle black diva ?

 

Enthousiasmé par un entrefilet annonçant la sortie d’un album (Nothing for granted) entrevu sur la 2e chaîne française et séduit par les traces Youtube de l’artiste Sandra Nkaké, M. avait organisé le périple estival pour s’assurer d’assister aux 6e Nuits de Saint-Hyppo où le phénomène était tête d’affiche.

 

Sont-ce la puissance et maestria vocale qui s’étirent des graves les plus infernales aux notes de tête qui donnent le tournis le tout supporté par des musiciens hors pair ? Est-ce le show parfaitement maîtrisé, du son aux lumières en passant par les costumes, la conduite et le jeu de scène ? Mais M. est unanime : quel show ! Quel bon concert ! Quelle énergie, quel peps ! Que des bons morceaux ! Quelles belles reprises ! Oser se frotter à Rage against the machine et Led Zeppelin quand on est catalogué groove, jazz, mérite une collection de superlatifs et de ! Oser un slow, des a capella et offrir 3 rappels. Un bonheur ! Même la pluie a refusé d’interrompre la fête.

 

Selon ses papotes avec l’artiste, M. certifie qu’un tourneur belge s’intéresse à la tonique Sandra et qu’un passage en 2013 dans nos mornes plaines n’est pas à exclure. A suivre sur son site web.